30-12-2017 09:54 - « Va-t-on laisser les justes, comme Ould Ghadde, combattre tout seul ? »

« Va-t-on laisser les justes, comme Ould Ghadde, combattre tout seul ? »

L'Authentique - « Nous sommes face à un pouvoir familial et clanique, qui fait ce qu’il veut de l’argent public et de la loi fondamentale du pays ».

C’est en ces termes que Birame Dah Abeid, président du mouvement antiesclavagiste IRA, a entamé la conférence de presse qu’il a animée en marge d’une visite qu’il a accordée vendredi 29 décembre 2017, à la famille du sénateur Mohamed Ould Ghadde, embastillé depuis plus de cinq mois, en dépit de son immunité parlementaire.

La famille du Sénateur Mohamed Ould Ghadde, arrêté depuis plusieurs mois et incarcéré à la prison centrale, a reçu vendredi 29 décembre 2017, la visite de Birame Dah Abeid, président de l’Initiative de résurgence du mouvement abolitionniste (IRA), accompagné de ses principaux collaborateurs, Dah ould Boushab, Mohamed Hamdi et Khattri Ould Rahel, entre autres.

Se solidariser avec la famille de Ould Ghadde

Cette visite du leader abolitionniste entre dans le cadre de la solidarité que le mouvement IRA n’aurait eu cesse d’exprimer à l’endroit du sénateur et de sa famille. « Je suis là aujourd’hui pour desserrer l’étau autour du sénateur Ould Ghadde qui a choisi de sacrifier sa liberté pour que le peuple mauritanien puisse retrouver sa dignité, ses constances nationales et ses deniers publics spoliés par un pouvoir qui confond le bien privé et le bien public » a déclaré Birame Dah Abeid, président d’IRA.

Selon lui, le président Mohamed Abdel Aziz a fait de la Mauritanie sa propriété privée, jouant avec la Constitution selon ses humeurs et puisant dans les deniers publics dont il s’est accaparé lui, sa famille et son clan restreint. « Ce n’est qu’en soutenant Ould Ghadde dans son courageux combat que nous pouvons mettre fin à ce diktat » a-t-il poursuivi.

Birame Dah Abeid a regretté par ailleurs que la classe politique et les élus aient démissionné face au laminage que leur fait subir le pouvoir de Mohamed Abdel Aziz.

« Ce pouvoir veut dompter tous les Mauritaniens, châtiant tous ceux qui osent s’opposer à lui » a déclaré Birame qui cite les officiers supérieurs de l’armée mis au pas, les hommes d’affaires réduits en instrument docile, les chefs de partis et les médias muselés et pressurés face au rétrécissement du champ des libertés.

Le président du mouvement IRA a lancé un appel pour un sursaut national et un réveil de conscience du peuple mauritanien pour bouter Mohamed Abdel Aziz hors du pouvoir en 2019. « La seule alternative pour Aziz est de sortir par la grande porte et se contenter du privilège d’ancien président, ce qui pourrait le prémunir de poursuite avec en prime une couronne auréolée pour avoir facilité l’alternance pacifique au pouvoir dans le pays ». Dans le cas contraire, dira Birame, il risque d’entraîner la Mauritanie dans une spirale d’incertitude dont lui seul et ses soutiens seront comptables devant le tribunal de l’histoire.

Gagner le défi de la résistance contre le pouvoir

Selon Birame, ce mal du pouvoir absolu ronge non seulement la Mauritanie mais beaucoup d’autres pays africains, créant les conditions du sous-développement, de la pauvreté et de l’arriération, terreau sur lequel progressent l’intolérance, le terrorisme et les crimes de toutes sortes.

Il a évoqué les actions que son mouvement a initié sur le plan international pour serrer l’étau autour du pouvoir mauritanien, citant la dernière session de la Commission parlementaire paritaire ACP-UE qui s’est tenue du 18 au 20 novembre passé à Haïti et qui prévoit d’envoyer en juin 2018 une délégation ad-hoc pour enquêter sur les nombreuses violations des droits de l’homme dans ce pays. « La Mauritanie se dirige vers une condamnation internationale, aussi bien au niveau de l’ONU, de l’Union Africaine que de l’Union du Maghreb Arabe » a-t-il précisé.

Quant au niveau national, le mouvement IRA préparerait une suite d’actions en faveur des défenseurs des droits humains et des hommes d’affaires emprisonnés, notamment le sénateur Ould Ghadde, les deux militants séquestrés à Bir-Moghreïn, Moussa Birame et Abdallahi Maatala Saleck, en particulier.

Sid’Ahmed Ould Ghadde, a de son côté déploré les conditions dans lesquelles son frère est incarcéré, à la prison civile de Nouakchott, notamment son arrestation illégale malgré son immunité parlementaire, les fers dans lesquels il a été amené lors de sa première audience, les refus systématiques de visite ou les visites écourtées, ainsi que le refus de lui faire parvenir le repas familial.

La conférence de presse s’est déroulée en présence de Moussa Samba Sy, directeur de publication du « Quotidien de Nouakchott » et Ahmed Ould Cheikh, directeur de publication du journal « Le Calame » tous les deux assignés à Nouakchott sans possibilité de voyage, pour leur implication présumée dans le dossier controversé du sénateur Ould Ghadde, accusé de crimes transfrontaliers, entre autres chefs d’inculpation. Plusieurs autres sénateurs actuellement en liberté provisoire ainsi que deux syndicalistes sont aussi enrôlés dans cette ténébreuse affaire, à relent de règlement de compte contre des opposants.

Cheikh Aïdara



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 1758

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • Belphegor (H) 31/12/2017 07:05 X

    @Le politicien Tout à fait, Biram ne fait jamais rien pour rien...Ce n'est pas par altruisme ou par humanisme mais juste à des fins de récupération politique surtout que le détenu en question est membre d'une communauté qu'il conspue sans discernement à l'étranger comme dans son pays avec des chiffres fantaisistes à l'appui sur l'esclavage dont ils détiendraient le monopole exlusif

  • Le politicien (H) 30/12/2017 13:58 X

    C'est la mère des hypocrisies... Le roi des insultes racistes à l'endroit des "Beydanes" ne peut pas se métamorphoser miraculeusement en un empathique "mécène" sur le plan moral, sans incitations substantielles (sonnantes et trébuchantes!). Les insultes à l'étranger des "Beydanes", ne nourrissent apparemment plus son homme...

  • abarry45 (H) 30/12/2017 10:12 X

    Viral Svp arrêtez La famille Ghadde n'a rien à voir C'est un élu qui trahit sa nation C est vous qui ramenez les choses aux clans familiaux Être responsable d'un acte c est reconnaître en être l'auteur et en accepter les conséquences c 'est à dire les sanctions qui peuvent être récompense ou punution f après Prof Malick Ba Diagne Monsieur Ghadde et toi pour de l'argent avez voulu mettre ce pays à sang assumez et l'enquête démontrera autre chose C est un problème de justice et non de politique Votre financeur n'a qu'à payer tous les avocats pourra défense Les rencontres de Abidjan avec Y B et C sont connues de tous Au sein de votre mouvement des hommes commencent à parler