02-01-2018 09:35 - « Silence papier » : la galère des vendeurs de journaux !

« Silence papier » : la galère des vendeurs de journaux !

Le Rénovateur Quotidien - La presse papier n’alimente plus les kiosques et les bureaux depuis une dizaine de jours pour rupture de stocks du papier journal à l’imprimerie nationale.

Si les lecteurs assidus des journaux souffrent de cette situation inédite dans un pays doté d’institutions démocratiques- même si dans la pratique on foule au pied ses valeurs fondamentales, les vendeurs à la criée eux, endurent le plus cette brusque interruption des parutions.

MS, un des plus grands distributeurs de la presse au centre ville se plaint d’avoir en quelques jours être réduit au chômage car dit-il, « c’est la source ma de survie depuis des années ».

Comme lui, ses collègues attendent avec impatience la reprise des activités au plus vite sinon ils sont condamnés à une longue galère. Seul devant un tabac d’infortune garni de vieux journaux à côté, des cartes téléphoniques et autres objets achalandés sur son précieux étal, la déception se lit sur son visage. Avec les ventes des journaux, les petits revendeurs à la criée boostaient leur commerce et arrivaient à fidéliser une clientèle constituée en majorité de fonctionnaires des ministères et d’enseignants.

Des lecteurs « parasites » leur tenaient compagnie une bonne partie de la matinée. Depuis quelques jours, c’est le « silence papier ». Les autorités elles, semblent se complaire dans ce qui s’apparente à une volonté délibérée d’en découdre avec une presse mal considérée par les plus hautes institutions censées garantir la protection et en assurer la promotion. Parent pauvre de la démocratie, la presse privée joue pourtant son rôle dans la régulation du jeu démocratique dans le pays.

C’est la pionnière dans la dénonciation des scandales et autres abus politiques. Sa place ne saurait être supplantée par le numérique ou d’autres supports virtuels. Le plaisir du vrai lecteur au contact physique avec le papier est de loin incomparable à la relation avec l’ordinateur.

A qui profite le supplice ?



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1064

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • ELVALLI (H) 02/01/2018 11:01 X

    Après nous avoir servi le plat «tissu» avec le changement du drapeau national, le plat «poésie» avec le changement des paroles de l’hymne national, on nous sert maintenant le plat «papier» avec le changement des billets de banque (pour arnaquer riches mais aussi pauvres)et la rupture de stock à l’imprimerie du papier journal (pour éradiquer la presse écrite après avoir muselé la presse audio vision). Honnêtement cette nourriture (c’est Aziz qui nous nourrit, selon Ould Maham) est de mauvais gout et pauvre en vitamines ! Nous ne sommes pourtant pas difficile d’estomac dans ce pays où on mange le poisson cru, le fer, le cuivre, l’or, les terrains publics, les poubelles, les malades, les petits écoliers et même les chameaux, tout quoi ! On nous affame délibérément pour se conformer au proverbe maure : « Affame ton chien pour qu’il te suive mieux ». Que ne mangera pas-t-on en 2018 ?