03-01-2018 08:29 - Mauritanie: Le nouveau taux de change pour l’Ouguiya transforme les habitudes

Mauritanie: Le nouveau taux de change pour l’Ouguiya transforme les habitudes

Sahel Intelligence - La valeur de la monnaie nationale mauritanienne, l’Ouguiya, a été divisée par dix le 1er janvier 2018, une décision qui théoriquement ne devait pas avoir de conséquences sur la valeur intrinsèque de la monnaie, mais qui a toutefois provoqué quelques chamboulements avec son entrée en vigueur au début de la nouvelle année.

Les bureaux de change officiels et les cambistes du marché noir ont connu une hausse significative de leur chiffre d’affaires ces dernières semaines. En effet, depuis que le gouvernement a annoncé les nouvelles règles le 28 novembre dernier, la population s’est ruée sur les valeurs refuges que sont le dollar et l’euro.

D’après le président Mohamed Ould Abdel Aziz, cette mesure permettra « à l’Ouguiya de reprendre sa place dans les transactions financières, de protéger le pouvoir d’achat du citoyen et de réduire la quantité de la monnaie en circulation ».

Mais avant que cela ne soit vraiment effectif, la division par dix de la valeur de la monnaie mauritanienne a été en partie mal accueillie par la population.

Selon des sources proches de la Banque Centrale de Mauritanie (BCM), « les gens thésaurisaient l’ouguiya. Maintenant qu’ils sont obligés de s’en débarrasser, ils achètent et conservent les devises dans leur coffre-fort de domicile ».



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 2753

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • Stratégie (H) 03/01/2018 10:28 X

    Messieurs le problème n’est pas que l’ouguiya à perdu ou gagner de la valeur, mais comment faire accepter aux citoyens les chiffres inscrit sur les billets de Banque, comment faire comprendre aux mauritaniens que 50 = 500 UM et 100 = 1000 UM en écriture, voilà ce qu’il faut chercher à faire comprendre aux citoyens. Si l’ouguiya ne change pas de valeur, n’augmente pas la valeur et que les mêmes choses restent au même point, pourquoi changer les chiffres, il fallait juste changer les billets et maintenir les vrais chiffres, au lieu vouloir dévaluer sans le dire.