05-01-2018 07:29 - Mauritanie: des syndicats dénoncent l'élection "illégale" d'un nouveau président du patronat

Mauritanie: des syndicats dénoncent l'élection

Le360 - Après l'élection, le 28 décembre dernier, d'un nouveau président de l'Union nationale du patronat de Mauritanie (UNPM), les centrales syndicales proches de l'opposition ruent dans les brancards.

Les centrales syndicales proches du Forum national pour la démocratie et l’unité (FNDU, un vaste rassemblement de l’opposition) ruent dans les brancards après l’élection de Zeine El Abidine Ould Cheikh Ahmed, PDG de la Banque mauritanienne pour l’Industrie (BMI) à la présidence de l’Union nationale du patronat de Mauritanie (UNPM), à l’issue d’un vote organisé le 28 décembre dernier.

La Centrale libre des travailleurs de Mauritanie (CLTM) dénonce «une attitude arrogante, belliqueuse du gouvernement, en violation des dispositions légales et réglementaires et des conventions de l’Organisation internationale du travail (OIT), régissant le droit des individus à former des communautés, à élire des représentants de leur choix au sein des organisations et à vivre ensemble dans le respect de la dignité, de l’honneur et des valeurs».

En effet, pour Samory Ould Bèye, SG de la CLTM, le comportement des autorités à l’occasion de l’élection du nouveau bureau du patronat rappelle de forts mauvais souvenirs, avec «une immixtion des pouvoirs publics, entraînant une éviction pure et simple du président en exercice de l’organisation dans un contexte dépourvu de toutes les garanties d’indépendance, de transparence et d’impartialité, indispensables dans tout Etat de droit».

La centrale syndicale évoque ainsi le cas d’Ahmed Baba Ould Azizi ould El Mamy, président de l’UNPM jusqu’au 28 décembre dernier, mais en froid avec le pouvoir de Nouakchott depuis quelques années, qui vit désormais hors du territoire national.

Le nouveau président du patronat, Zeine El Abidine Ould Cheikh Ahmed, est présenté comme un "homme d'affaires" du président Mohamed Ould Abdel Aziz.

Pour sa part, le Secrétaire général de la Confédération générale des travailleurs de Mauritanie (CGTM), Abdallahi Ould Mohamed dit Nahah, rappelle que «la guerre entre le bureau du patronat et le gouvernement a débuté en octobre 2016, suite à un discours du président Ahmed Baba Ould Aziz, critiquant l’environnement des affaires dans le pays. Ainsi, les autorités se sont largement impliquées dans l’élection du nouveau bureau de l’UNPM, commettant au passage plusieurs infractions, entorses et irrégularités dans la convocation du congrès, qui ne pouvait se faire que par l’intermédiaire du président en exercice, ou par la justice, 2 conditions non remplies. Les cotisations de 6 des 11 fédérations ont été également versées de manière irrégulière».

Par notre correspondant à Nouakchott
Cheikh Sidya




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Le360 (Maroc)
Commentaires : 2
Lus : 2065

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • La Baronne Noire (H) 05/01/2018 13:08 X

    Cela n’est que qu’une petite partie de ce que vous allez voir dans l’avenir, il y’à plusieurs Al Abidine dans l’ombre qui attendent pour remplacer les contres d’Aziz, j’avais dit et je continue à dire que le président Aziz fera tout pour asseoir son empire (commandement, autorité et puissance) pour diriger à sa façon le pays de telle sorte aucune opposition ne sera possible, mais aussi son royaume financier pour être le seul maitre à bord, en appliquant la règle d’or qui dit que, qui a de l’argent aura des esclaves, il veut contrôler l’économie du marché, il va y arriver parce qu’en face il y’à pas d’homme qui portent un pantalon et une ceinture, les hommes ont peur et ont peur de tout, même de leurs ombres.

  • eyquem (H) 05/01/2018 08:45 X

    Dans un pays où on se fout éperdument de la légalité, la décision appartient au plus arrogant, celui qui peut braver tout obstacle de légitimité et de conscience. C’est la loi du plus arrogant. Le temps cassera cette dynamique … ces arrogants que nous voyons aujourd’hui brader le destin de toute une nation, ces inconscients et irresponsables seront les locataires, demain des prisons Mauritaniennes, ou alors des délinquants en fuite … la vérité triomphe toujours ! Si vous marchez dans une rue et que vous rencontrez un fou furieux, armé de machettes et de gourdins, restez tranquille, le temps qu’il vous libère la rue. Il est vrai que quand il se met à taper sur les gens, sa folie fera des dégats ... nous voilà aujourd'hui la risée du monde