16-01-2018 20:45 - Ould Aman : Je me plains auprès du président du Wali et Hakem de l’Assaba

Ould Aman : Je me plains auprès du président du Wali et Hakem de l’Assaba

Adrar-Info - Le citoyen mauritanien Mohamed Ahid Ould Aman (un habitant de la ville d’Afam Lakhdheirat dans la Wilaya de l’Assaba) a déclaré qu’il était lui et certains de ses collègues victimes d’injustice de la part du Wali et du préfet de la ville de Kiffa qui ont ordonné la démolition de leurs boutiques , en soutien ouvert à d’autres parties prenantes

Ould Aman a déclaré dans une lettre envoyée au site : « Zahraa.mr » qu’il est affligé par la démolition des boutiques qui lui appartenaient et qu’il avait construit depuis 10 ans, sur le bord de la route principale « Route de l’espoir » qui traverse la ville.

Il a souligné que « certaines familles ont déposé, après cette longue période, une plainte demandant d’élargir la route . Demande à laquelle les autorités administratives ont donné suite favorable, en démolissant mes boutiques ».

Ould Aman a déclaré que la démolition de ses locaux par les plaignants, avant l’arrivée d’une mission du gouverneur et du préfet et l’acquiescement et approbation de ces actes par ces derniers , reste la plus grande injustice pratiquée à l’endroit à son endroit tout comme, elle est une grosse insulte de la part de ceux qui sont sensés être les justiciers entre tous les citoyens.

Ould Aman
a appelé le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz à ‘intervenir pour lever l’injustice qu’il subit, lui et ses compagnons, soulignant que le pays est un pays démocratique de manière significative et la justice doit y être établie.

Source : Zahraa.mr



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1943

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • lass77 (H) 17/01/2018 06:34 X

    Si c'est pour l’intérêt public,oui c'est normal mais en contrepartie l'Etat doit vous indemniser et assurer vos droits, c'est ainsi que ça se passe dans des pays civilisés où règne la justice.