18-01-2018 18:30 - Bambèye (Sénégal) : des malfaiteurs attaquent six mauritaniens, la gendarmerie ouvre une enquête

Bambèye (Sénégal) : des malfaiteurs attaquent six mauritaniens, la gendarmerie ouvre une enquête

Senego - Des malfrats ont blessé six mauritaniens, selon l’Obs. Les faits se sont déroulés à Ndangalma (Bambèye), vers 2h20 du matin, dans la nuit du 15 au 16 janvier dernier. Armés de machettes et de fusils artisanaux, les malfrats s’en sont pris à des commerçants mauritaniens établis dans cette localité.

Six d’entre les victimes s’en sont sortis avec des blessures graves [...]. La bande de personnes non encore identifiée était armée de machettes et de fusils. Ils ont nuitamment fait irruption dans la maison occupée par des commerçants, tous de nationalité mauritanienne.

Une attaque à main armée qui défraie la chronique dans cette partie du Baol, nous disent nos confrères. En effet, les malfrats, non contents de la moisson qu’ils jugent infructueuse, se sont acharnés sur ces commerçants en les rouant de coups de machettes et de bâtons.

« Lorsqu’ils sont venus, un des commerçants m’a appelé et je lui ai demandé d’alerter le voisinage. Je suis ensuite sorti avec mon arme et j’ai appelé un de mes amis pour qu’on se rencontre sur les lieux. Il y a eu des blessures graves…« , raconte un témoin.

Et pourtant les malfrats n’ont pas emporté beaucoup d’argent avec eux. Seules les sommes de 40.000 FCfa et 1.600 FCfa que les victimes détenaient par devers elles. « Un d’entre eux a été longtemps tabassé pour qu’il sorte l’argent qu’il gardait. Il a été maltraité par les voleurs.

Ils étaient au total sept (7) commerçants dans la maison. Il n’y a plus de sécurité à Ndangalma. Seul un poste de gendarmerie dans la zone peut régler la situation. Parce que ce genre d’attaques sont fréquents dans le village« ,
poursuit le témoin.

Au total, les malfaiteurs ont emporté avec eux la somme de 41.600 FCfa et un téléphone portable. Une enquête est ouverte par les éléments de la brigade de gendarmerie de Bambèye.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 6
Lus : 3977

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (6)

  • ghaanar (H) 19/01/2018 08:25 X

    Le président de la République islamique de Mauritanie, Mohamed Abdoul Aziz, a envoyé son ministre de l’Orientation islamique et de l’Enseignement originelle à la tête d’une forte délégation auprès du khalife général des mourides pour venir présenter les condoléances du peuple mauritanien suite au rappel à Dieu de Serigne Cheikh Sidy Mokhtar Mbacké. Le ministre a rappelé la fraternité qui existe entre les deux peuples et le séjour du vénéré Cheikh en république islamique de Mauritanie. Le Ministre a remis au nouveau khalife une enveloppe de 20 mille euros et 15 chameaux en guise de contribution.

  • Selmedine (H) 18/01/2018 21:25 X

    Il est regrettable que nos citoyens continuent d'être maltraités ,et tués froidement par des bandes de criminels sans que les autorités du Sénégal ne prennent des dispositions pour les sécuriser.La Mauritanie et le Sénégal sont 2 pays frères liés par l'islam , le voisinage et le destin commun .Il y va de l'intérêt des senegalais de faire la lumière sur ce genre d'actes horribles que rien ne justifie

  • Lambii-Gollo (H) 18/01/2018 20:36 X

    Les commentaires sont très sages et mérites que l’on met cet incident malheureux sur le compte du banditisme et des voleurs, les autorités sénégalaises retrouveront les coupables qui seront sévèrement punis.

  • Bertrand (H) 18/01/2018 20:31 X

    Si l'incident s'était passé en Mauritanie contre des sénégalais tout le Sénégal et une partie de la population aurait crié au racisme et à l'esclavage. Même une partie de la presse se serait mise dans la danse. Il doit s'agir tellement d'un acte de banditisme sur fonds de xénophobie,mais le peuple musulman sénégalais n'en est pas responsable en tant que tel.

  • mdmdlemine (H) 18/01/2018 18:53 X

    َA la place de cridem, je me reserverai de publier cette information, même vraie, qu'il faut inscrire dans le cadre de la criminalité qui peut toucher aussi les guinéens, les français, les gambiens, les ivoiriens et qui se moquent de la nationalité Ma raison, que certains ne peuvent pas partager, est que les faibles d'esprit, particulièrement les extrémistes arabes peuvent décripter l'incident dans le cadre d'une xénophobie et cherchent à établir des rapports fictifs entre cette agression et les evenements de 1989 et les années de braise, le passif humanitaire qui en ont résulté Je sais que cridem est dans l'embaras du choix, entre informer rien que pour informer et censurer d'où la necessité d'informer pour sans contrer le sentiment de xénephonie inverse, en mobilisant l'opinion pour mettre en exergue le caratère "criminel", de l'incident

  • khaledwalid (H) 18/01/2018 18:39 X

    Attention à ce genre d'info à prendre avec beaucoup de précautions. En précisant que c'est avant tout des actes de banditisme ordinaire et que nos compatriotes ne sont pas visés en tant que tels.