19-01-2018 21:30 - Post-scriptum : Merci Moussa Diagana d’avoir déconstruit le mythe !

Post-scriptum : Merci Moussa Diagana d’avoir déconstruit le mythe !

Initiatives News - « De Wagadu-gu à Bamako, tu as éveillé la conscience de milliers de jeunes. » Ces propos font partie d’un commentaire sur Facebook fait par Ibrahima Thiaw sur un hommage de Gourmo Abdoul Lô à Moussa Diagana, l’auteur de la légende du Wagadou vue par Siya Yatabaré, disparu il y a quelques jours.

A Moussa Diagana qui nous a quittés le 16 janvier 2018, il faut dire merci d’avoir déconstruit un mythe qui fut tout sauf positivement fondateur pour le peuple soninké.

Longtemps ce peuple s’est complu dans la croyance au Bida, un dieu pourvoyeur de bonheur en contrepartie de la plus belle, la plus noble, la plus légitime des filles de « son » Empire, le Ghana.

Il a fallu, la vivacité d’esprit de Moussa Diagana, usant d’un talent à la fois d’artiste et de philosophe pour dévoiler le complot politique dont était victime un peuple crédule. Vu par Siya, ce qui se passait dans l’empire n’était rien d’autre qu’une arnaque. C’est ce que la pièce de théâtre a mis en évidence : des prêtres (sept !!!) qui profitaient pour violer, tuer et jeter les belles, nobles et légitimes vierges dans le puits où était supposé se trouver un Python à sept têtes…Il fallait avoir ce « regard perçant » qu’est celui du regretté Moussa Diagana pour oser élucider ce crime !

“Tu emportes avec toi, bien accroché, le Respect dû à ceux qui s’élèvent à la pensée universelle d’une humanité meilleure.” (Gourmo Abdoul Lô)

C’est cette vivacité d’esprit qu’a salué Maitre Gourmo Abdoul Lo, juriste et homme politique mauritanien en ces termes : « Tu auras donné sens à ta vie et à la nôtre, par ton regard perçant du Témoin de l’histoire. Tu emportes avec toi, bien accroché, le Respect dû à ceux qui s’élèvent à la pensée universelle d’une humanité meilleure. »

E à propos de complot politique, il se trouve que depuis la nuit des temps, ceux qui dirigent ont le plus souvent été de mèche avec ceux qui détiennent le savoir pour mystifier ceux qui sont dirigés….

Les rois, les princes, les mages, les prêtres, les sultans, les marabouts, etc. tous ont usé de leur ascendant sur les peuples pour assouvir leur soif de pouvoir et de ses ingrédients !

La légende déconstruite, le “crime” élucidé

Très peu de sages ont fait preuve d’humilité et ont fait effort de justice et d’équité. Les mythes, les légendes et autres histoires ont servis de supports pour emprisonner les mentalités des foules dans les rêves de promesses qu’il vaut mieux éviter de qualifier…

Pour ce qui est de la légende du Wagadou, celle officiellement admise au grand dam des récits plus adaptées à expliquer la chute d’un empire par des événements historiques repérables, ç’aurait été une provocation que de dire aux descendants de Kaya Magha et de la dynastie des Cissé, entre autres gardiens de la féodalité, qu’une défaite historiquement établie, ou une catastrophe naturellement plausible, était la véritable cause de la dislocation qu’eux imputent à « la vengeance » d’un dieu serpent, déçu de n’avoir pas eu droit à l’offrande habituelle. Moussa Diagana a réussi une « lecture du soupçon » avec brio qui, à notre sens doit être la rupture définitive avec le mythe et tout ce qu’il implique. Car, pour citer encore le commentaire d’ Ibrahim Thiaw, éminent cadre mauritanien qui est aujourd’hui Directeur exécutif adjoint du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE): « Moussa Diagana a rendu un énorme service à son peuple, en particulier en vulgarisant la légende du Wagadu. »

Donner la parole à Siya, la dernière victime qui aura eu la vie sauve grâce, dirait-on, à la folie opiniâtre de son fiancé Mamadi le taciturne, c’était certes le moyen le plus efficace de restituer une version bien plus logique de ce que fut le destin d’un peuple historiquement défait condamné au voyage pour ne pas dire à l’errance, celle que subissent les bannis lorsque la défaite se fait « gêne ».

En effet, après le Ghana, visiblement seul repère confortable, puisque considéré comme l’âge d’or qui n’aura été détruit que par une force métaphysiquement admise, les soninké sont devenus des voyageurs.

Réveille-toi, ô peuple…

Pas forcément des nomades, puisqu’ils emportent partout avec eux la mentalité des sédentaires trop rattachés aux « valeurs », ils s’en vont qui à la recherche du bien, qui à la recherche du savoir. Des migrants prêts à aller au bout du monde, quitte à mourir. Pourvu qu’au finish le retour soit éclatant comme une victoire. La migration devient une sorte de renoncement à la reconquête d’un pouvoir politique qui fut jadis le sien. Voilà ce qu’est sans doute devenu le destin du peuple soninké. Un peuple qui, il faut le lui concéder, a réussi également une mutation on ne peut spirituelle, lorsqu’il s’est tourné, à la faveur de l’islamisation, vers la science religieuse. Un rattrapage qui en fit une des références dans la région ouest africaine où des grands noms d’érudits sont considérés comme émanant de ce peuple soninké.

Moussa Diagana s’en est allé. Que son âme repose en paix. A son peuple de se réveiller du confort dogmatique. Il a eu le mérite de l’en sortir en donnant la parole à la femme. A Siya, folle parce que découvreuse du secret. Folle parce qu’ayant tourné le dos au conformisme.

Kissima



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 2206

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • Mokhoni (H) 20/01/2018 15:01 X

    Repose en paix Mr Diagana on n aurait aimé que vous nous éclairer sûr d autres mensonges jalousement gardés par la communauté soninké dont j espère bien que d autres vous emboîteront le pa

  • Moussa Samba Sall (H) 19/01/2018 23:41 X

    Bien que connu du grand public comme un écrivain célèbre dont l’ouvrage phare fut, sans doute, «La légende du Wagadu, vue par Sia Yatabéré», Moussa Diagana était un très bon professionnel du développement qui a apporté une contribution estimable à la construction du pays et du continent. J’ai ouïe dire que Moussa avait commencé sa carrière comme enseignant dans le Nord du pays avant de poursuivre des études supérieures sanctionnées par un Doctorat du 3ème cycle en Sociologie du Développement à la Sorbonne, en France. Je l’ai connu en 1982 à Foum Gleita alors qu’il travaillait pour la Société Nationale de Développement Rural (SONADER) comme Sociologue. Infatigable et en perpétuel mouvement, Moussa avait la lourde responsabilité du déplacement, vers de nouveaux sites, de dizaines de villages et campements répartis dans ce qui constitue aujourd’hui la zone de retenue du barrage de Foum Gleïta et des périmètres irrigués de cette grande réalisation agricole. La tâche n’était pas aisée si l’on sait qu’il fallait convaincre des populations à quitter des lieux où elles et leurs familles (parents et grands-parents) avaient passé toute leur vie et enterré leurs morts. Moussa a mené ce travail avec brio. Depuis 1989, Moussa Diagana travaillait pour le Système des Nations Unies en qualité d’expert du développement, d’abord au PNUD en Mauritanie, puis comme expert international dans d’autres pays africains, en RD Congo particulièrement. Moussa était altruiste, de compagnie agréable et honnête dans ses rapports avec autrui. Qu’Allah l’agrée en Son Paradis. Ina lillahi we ine ileyhi rajioune.

  • habouss (H) 19/01/2018 22:25 X

    Très brillant hommage à un valeureux mauritanien parmi les précurseurs du développement durable, paix à son âme. Qu'Allah maintienne haut le flambeau de ce Savoir qui nous quitte petit à petit par la faute d'une éducation nationale en déroute. En comptant sur Kisma Diagana et autres amoureux du verbe nous essuiyerons nos larmes par d'autres productions littéraires INCHAALLAH.