20-02-2018 10:12 - Mauritanie : la disparition des boutiques EMEL inquiète les populations pauvres du pays

Mauritanie : la disparition des boutiques EMEL inquiète les populations pauvres du pays

Sahara Medias - « Les prix des prix de premières nécessité comme le riz, le sucre et les pâtes sont désormais insupportables, tous les prix ont augmenté » ainsi s’exprimait Mahmoud alors qu’il débarquait d’un taxi certains produits achetés au marché pour les besoins de sa petite boutique.

Sitôt débarquées les marchandises que le boutiquier entamait la vente à sa clientèle dont le nombre ne cesse de s’accroître depuis que l’activité des boutiques EMEL s’est considérablement réduite.

Des boutiques auprès desquels pouvaient s’approvisionner les populations pauvres à des prix subventionnés en produits de première nécessité.

Dans la moughata de Teyarett, les longues files naguère visibles devant les boutiques EMEL ont disparu depuis que celle-ci ont cessé de s’approvisionner depuis plus d’un mois.

Certains responsables désignés par le gouvernement dans ces boutiques justifient cette situation par la liquidation de la SONIMEX qui gérait le volet du programme au niveau de la capitale, et le commissariat à la sécurité alimentaire chargée de lui succéder fait encore face à certaines difficultés pour combler le déficit.

Pour ces responsables la priorité pour le CSA a été l’approvisionnement des boutiques dans le milieu rural, eu égard aux conséquences de la sécheresse dans ce milieu, quand bien même il a livré aux boutiques de Nouakchott une petite quantité de produits qui s’est épuisée le premier jour.

En attendant un prochain approvisionnement, des familles pauvres, qui comptaient pour leur quotidien sur les produits vendus dans ces boutiques à prix réduits, vont devoir se trouver dans des situations difficiles.

D’autres ont été contraintes de se rendre au marché où elles ont constaté une importants hausse des prix, conséquence pensent-elles de la mise en circulation de la nouvelle monnaie qui aurait été dévaluée.

Autre conséquence de la liquidation de la SONIMEX, ces dizaines de jeunes gestionnaires des boutiques EMEL, diplômés chômeurs pour la plupart, qui se sont rassemblés lundi devant les locaux du commissariat à la sécurité alimentaire pour faire pression afin de sauvegarder leurs emplois et donc éviter le chômage qui les menace depuis la liquidation de la société qui les entretenait dans les boutiques.

Les manifestants réclamaient des contrats de travail enregistrés auprès de l’inspection du travail, qu’ils soient dispensés des pertes de poids qui interviendraient lors des pesées et la détérioration des produits du fait de facteurs externes.

La plupart de ces jeunes travaillent dans ces boutiques depuis la mise en place du programme en 2012 et percevaient pour cela des salaires payés par la SONIMEX, avant que celle-ci ne fasse l’objet de liquidation suite à d’importantes difficultés financières et que sa mission ne soit confiée au commissariat à la sécurité alimentaire.

Une mesure qui semble inquiéter ce personnel qui travaillait dans ce programme depuis près de 6 ans.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 1362

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • sîdaty (H) 20/02/2018 10:38 X

    Vous aviez toujours dit que les boutiques Emel ne servent à rien et aujourd'hui vous les reclamiez... Insatiable et incompréhensible le mauritanien cherche toujours des poux dans la tête de son voisin...

  • Ould Yarg (H) 20/02/2018 10:35 X

    Ceux qui sont paraisseux et qui comptent sur un frere un cousin pour etre boutiquier Vendeur EMEL doivent avoir honte. Allez Cultiver ce riz a Foum Gleita, dans le chamama. Non toujours des magouilles en bas pour sucer au sang le pauvre citoyen pauvre et qui est perdant LA MAURITANIE.la culture de la paraissse semble rapporter plus que la culture des cereales en Mauritanie. Vous dites ""La plupart de ces jeunes travaillent dans ces boutiques depuis la mise en place du programme en 2012 et percevaient pour cela des salaires payés par la SONIMEX, avant que celle-ci ne fasse l’objet de liquidation suite à d’importantes difficultés financières et que sa mission ne soit confiée au commissariat à la sécurité alimentaire. Une mesure qui semble inquiéter ce personnel qui travaillait dans ce programme depuis près de 6 ans"" Six ans si ils etaient mis a cultiver ont serait autosuffisant. Nom de Dieu arretons de faire semblant de developper ce pays alors on ne fait que le reculer. Solutions. Recenser tous les chomeurs et leur donner par chomeur un hectar , l'argent des boutiques emel leur sera verse pour la semance, les angrais , le gasoil etc etc. mais d'ici peu ils vont laisser et retourner dans les salons de Nouakchott commenter le but de Messi. "On a beau dissimuler ses excréments au fond de l'eau, ils remontent toujours a la surface"