23-02-2018 10:11 - Mauritanie : la Banque Mondiale table sur une croissance de 5,2% d’ici 2020

Mauritanie : la Banque Mondiale table sur une croissance de 5,2% d’ici 2020

Les Mauritanies - La banque mondiale (BM) a annoncé que la croissance économique de la Mauritanie, s’établira progressivement à 5,2 % à l’horizon 2020. Cette révélation a été faite, mercredi, 21 février à Nouakchott, par une mission de la BM, lors d’une conférence de presse, dans le cadre de la présentation du rapport sur la situation économique du pays (bilan 2016/2017 et perspectives de 2020).

Ainsi, les experts de l’institution ont informé que le regain de l’activité économique sur cette période sera principalement due à l’augmentation des prix des métaux sur le marché mondial , aux réformes de la gestion des investissements publics et au financement de la stratégie nationale de croissance rapide et de prospérité partagée(SCAPP).

Faisant le point sur l’économie (2016/2017), M. Wael Mansour expert responsable des affaires économiques de la Mauritanie au sein de l’institution, a souligné que les performances économiques ont été relativement bonnes. Le pays a enregistré une augmentation de la croissance, passant de 3,5 % en 2017 contre 2% l’année précédente.

En outre, le responsable a magnifié la bonne politique financière adoptée par les autorités, en période de vaches maigres (2014, 2015) où le pays a souffert de la chute drastique des prix des matières premières notamment le fer qui représente environ 1/3 du budget national.

« Cette politique a porté ses fruits en 2016 et 2017 puisque la Mauritanie a pu réaliser un excédent budgétaire de 1,2% du PIB », a-t-il remarqué

Et d’ajouter que, « cela a conduit à un recul du taux d’endettement général pour la première fois depuis plusieurs années ».

Rappelons que la Mauritanie s’est lancée dans un processus de diversification de son économie pour contre carrer les effets pervers du marché des matières premières notamment des produits miniers.

Ibrahima Junior Dia



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1216

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • moukhabarat (F) 23/02/2018 11:47 X

    La politique économique se résume à une alternative: soit l'Etat prend l'argent des citoyens ou leur laisse leur argent. Le choix de la Banque Mondiale de se féliciter de l'excédent budgétaire de 2016/2017 est pour le deuxième terme. Or notre administration gère très mal les ressources publiques(mal gouvernance, incompétence...). Si la religion des excédents budgétaires avait prévalu en 2007/2008 aux Etats unis ce serait la faillite du système économique libéral.