26-02-2018 17:16 - Une crise de soif frappe la ville de Adel Begrou dans l’est de la Mauritanie

Une crise de soif frappe la ville de Adel Begrou dans l’est de la Mauritanie

Adrar-Info - La ville de Adel Begrou dans la Wilaya du Hodh Oriental, vit actuellement, l’impact d’une crise aiguë de soif, qui en fait leur préoccupation majeure, à l’approche de l’été où les besoins en eau potable augmentent considérablement.

La crise de la soif dans la région, qui abrite le plus grand nombre du cheptel du pays, s’est manifestée concomitamment avec l’épuisement des puits conventionnels qui ne répondent plus à l’exigence des besoins en eau depuis de nombreuses années.

Des dizaines de familles à Adel Begrou ont confirmé que la crise de la soif commence a amorcer, en ce moment, un grave tournant, après les dommages causés à l’ancien château d’eau qui alimentait provisoirement la localité, en attendant la mise en service du projet d’alimentation de la ville par les eaux en provenance du lac «Dhar».

Les habitants de la localité comptent sur l’approvisionnement en eau potable, acheminée par citernes jusque sur une distance de 130 km.

Les habitants de la ville de Adel Begrou, appellent les autorités à améliorer leur situation en construisant un nouveau réservoir d’eau, disposant d’ une grande capacité, permettant autosuffisance en eau de leur localité.

Les résidents indiquent qu’aucune action de la part des responsables concernés ne se dessine à l’horizon pour améliorer leur situation.

Par contre, les autorités locales les empêchent simplement, d’organiser des manifestations demandant de l’eau potable.

Source : http://zahraa.mr/node/15731

Traduit par Adrar.Info



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1266

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • mdmdlemine (H) 26/02/2018 17:35 X

    la photo dit tout. Même les bêtes de somme ont fui les lieux. Il ne restent plus que les femmes, contraintes d'enrouler leurs voiles nilas pour aller chercher l'eau. Pas question de venir avec un seul bidon puisque la situation critique oblige à avoir des réserves de quelques litres pour pouvoir tenir dans ce desert L'Etat doit se mettre au travail et porter secours à ces pauvres sans moyens