27-02-2018 22:30 - En Mauritanie, pays islamique, des divorces en cascade

En Mauritanie, pays islamique, des divorces en cascade

Africanews - En Mauritanie, les mariages se font et se défont à un rythme soutenu. Dans cette communauté islamique, les femmes assument des divorces à deux, trois, voire quatre reprises sans heurter personne. Un taux de divorce qui oscille entre 42 et 49 %.

Ce sont les chiffres avancés par la presse locale et certaines associations. Certes jamais confirmer par des institutions gouvernementales, mais ce taux pourrait être corroboré par le nombre de cas devant les affaires sociales pour le paiement de pensions alimentaires. Aujourd’hui, la Mauritanie est considérée comme le pays arabe où le taux de divorce – très souvent décidé par les femmes – est le plus élevé au monde.

Une réputation qui s’explique par plusieurs facteurs. D’une part la défection des hommes qui n’arrivent plus à subvenir aux charges de la famille, parfois reconstituée. Mais il y a surtout le facteur culturel qui voudrait que la femme mauritanienne soit une femme forte et émancipée.

Contrairement à nombre de pays arabes où la femme est fortement dépendante des décisions de la communauté masculine, en Mauritanie, les femmes pèsent pour beaucoup dans les instances de décision. En témoigne la proéminence féminine dans le gouvernement et autres institutions de l’Etat.

D’ailleurs, bien qu’on soit dans un pays islamique, la polygamie est difficilement acceptée par les femmes. Certains hommes sont obligés de se marier en cachette. Mais quand cela est découvert par leur épouse, c’est le divorce assuré. “Le problème avec les hommes, c’est qu’ils aiment trop les femmes, or la femme mauritanienne est jalouse !”, confie une femme divorcée au site le nouvelobs.com.

“Une lecture éclairée de l’islam”

Dans un pays très ancré dans la religion, avoir des relations sexuelles hors mariage peut être sévèrement puni par la charia, la loi islamique. Un mariage sur un coup de tête s’avère donc un raccourci pour avoir rapidement les relations sexuelles. Mais lorsque les époux commencent à mieux se connaître, c’est parfois la désillusion.

Il y a aussi les mariages intéressés et forcés de femmes adolescentes. Leurs parents entreprennent ces unions afin de trouver des hommes capables de subvenir aux besoins de leurs filles, parfois âgées de 12 ans. Plusieurs années plus tard, à l‘âge adulte, ces filles décident alors de basculer d’un mariage de raison à un mariage de cœur.

Mais si les divorces sont aussi répandus dans la communauté mauritanienne, c’est surtout parce que l’acte peut être prononcé à la vitesse de l‘éclair par les autorités compétentes. “Ici, il suffit d’un acte verbal, une phrase, et la personne est divorcée”, explique l’actuelle commissaire à la sécurité alimentaire, Najwa Kettab.

En dépit de ces divorces entrés dans le quotidien des Mauritaniens, une femme divorcée n’est en rien marginalisée par la communauté comme c’est le cas dans la majorité des pays arabes. Bien au contraire, une femme passée par plusieurs divorces peut s’attirer la convoitise des hommes.

“Je crois que nous avons une lecture éclairée de l’islam”, tend à dire Najwa Kettab. Pour elle, l’implication des femmes dans le processus d’interprétation des textes saints a permis d’avoir une vision différente de l’islam et de ses recommandations par rapport aux autres pays arabes.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Africanews
Commentaires : 1
Lus : 2334

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • lass77 (H) 28/02/2018 13:15 X

    C'est la énieme fois qu'on nous sort un article parcellaire, partiel et à sens unique sur ce sujet en Mauritanie. Article biaisé sous toute sa forme. Si les divorces sont intempestifs en Mauritanie, ils ne concernent que les Maures particulierement les beidanes qui se marient tardivement voire preferent le célibat avec toutes les conséquences que l'on sait. Faire l'apologie du divorce dans une société musulmane ce n'est pas une surprise en Mauritanie. Je rejette que l'idée que la polygamie n'est pas acceptée en Mauritanie peut etre oui mais uniquement chez les Maures mais largement admise chez les Negromauritaniennes exclues justement dans cet article or tout sujet de societés doit inclure toutes les composantes d'une telle societé dans son ensemble. La question du mariage et divorce concerne aussi les Negromauritaniens à proportion gardée. C'est le vocable Pays arabe qui fausse le débat qui fait que les negromauritaniennes ne sont pas citées.