02-03-2018 16:30 - Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République sur la situation des malades du VIH/SIDA

Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République sur la situation des malades du VIH/SIDA

Fatimata Ball - Audience avec son excellence Monsieur le président de la République. J’ai décidé d’alerter la plus haute autorité sur la situation des malades du VIH/SIDA : la sentence, par le SENLS.

La politique de la carotte et le bâton sont toujours de mise au Secrétariat Exécutif National de Lutte contre le Sida en Mauritanie. La persistance de la stigmatisation, la discrimination et de l'injustice sociale est l'un des plus grands fléaux de la riposte au sida.

La visibilité des personnes vivant avec le VIH perce le silence qui entoure souvent le VIH et rappelle à tous les horizons, l’humanité et les droits de l'homme. Par ailleurs, la discrimination à tous les niveaux visant les personnes touchées par l'épidémie persiste.

Ces dernières ont élaboré des plans de riposte pour lutter efficacement contre la stigmatisation, la discrimination et les autres violations des droits de l'homme auxquelles elles sont confrontées quotidiennement.

C’est ainsi que l’on peut citer à titre d’exemple-clé : l'Indice de stigmatisation des PVVIH, un programme de recherche mené par et pour les personnes vivant avec le VIH pour mesurer et répondre aux traitements discriminatoires dans divers contextes et pour renforcer la résilience et la solidarité nécessaire au changement social structurel. La discrimination en milieu de travail est une réalité.

Après ma rencontre avec son Excellence le Président, mes peurs, gémissements et grincements des dents, au lieu de s’amenuiser se sont plutôt intensifiés :

- Le contact qu’on m’avait affecté, me reliant à son excellence monsieur le Président de la république ne répond plus ?

- Qu’en est-il des instructions de Monsieur le Président de la république ?

- Au niveau du SENLS, la sentence ne s’est pas fait attendre ;

Mon nouveau crime avoir établi un état de lieu de la riposte national y compris la prise en charge des malades.

Contre toute attente, je me retrouve au banc des accusés, privée des droits et sujette à diverses manipulations. Ce qui renforce à mon exclusion totale dans les activités du SENLS au niveau national.

Qu’est ce qui justifie le système de deux poids, deux mesures mené par le Secrétaire Exécutif à l’encontre de deux personnes vivant avec le VIH, ayant les mêmes TDR et fonctions, recrutées à la même date : de Point focal des associations des personnes vivant avec les 03 maladies VIH/TB/Malaria.

Si je devais poser des questions au Secrétaire exécutif, ce serait :

- que me reprochez-vous ?

- qu’est-ce j’ai fait et qui justifie ce système de deux poids, deux mesures … ?

- Ai-je été coupable de malversations au niveau national ou international ?

- pourquoi, on me censure alors que les coupables eux, sont mis en avant et récompensés ; des récompenses qui vont avec missions, financements sans suivi…chèques libellé à des particuliers…

- Comment expliquez- vous ces manipulations des personnes vivant avec le VIH dans votre institution ?

- Jusqu’où comptez-vous aller dans votre politique d’extermination ?

Pétition de destitution moyennant 35000 um contre signature…

Je n’écris pas ce SOS pour un règlement de compte mais plutôt pour dénoncer une situation dans laquelle le secrétariat exécutif me fait vivre à cause de mes prises de positions contre le faux et la manipulation. En tant que personne vivant avec le VIH SIDA, ayant dédié ma vie à la lutte contre cette maladie, je me suis fais le serment de ne jamais me taire et de lutter contre toutes les injustices.

Par Fatimata Ball

Point Focal au SENLS, Ma volonté à briser le silence autour du VIH et à militer pour une qualité de vie pour les personnes vivant avec le VIH, leurs familles et surtout ma détermination à contribuer à stopper la progression de cette pandémie dans mon pays et à l’échelle mondiale est sans faille quelque soit le prix à payer.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Fatimata Ball
Commentaires : 1
Lus : 1825

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • lass77 (H) 02/03/2018 18:20 X

    Le débat au tour du sida est un culte de l omerta en Mauritanie compte tenu de la définition et le mode de transmission de cette maladie. Puisqu'on parle de sexe, ça devient complexe voire hypocrite et pourtant il s'agit d'un problème de santé et sécurité publique. Le sida peut ruiner un pays.