10-03-2018 21:00 - Mauritanie: quel est l’état réel du secteur de la pêche?

Mauritanie: quel est l’état réel du secteur de la pêche?

Le360 - En Mauritanie, les exportations des produits halieutiques enregistrent une hausse constante ces dernières années, selon le ministre de la Pêche, Nany Ould Chrougha. Des chiffres en dépit desquels un expert déplore la situation d'un secteur souffrant de plusieurs maux.

La situation du secteur de la pêche en Mauritanie est au centre de thèses contradictoires entre la version gouvernementale d’une bonne tenue du secteur et des progrès au niveau des exportations des produits de la mer, d’une part, et celle d’un expert mettant en avant la réalité d’un énorme déficit d’intégration à l’économie et d’une absence de valeur ajoutée qui perdure, d’autre part.

Selon le ministre de la Pêche et de l’économie maritime, Nany Ould Chrougha, le secteur de la pêche est engagé dans un processus continue de transformation à l’origine d’une hausse constante des quantités de poissons exportées, qui sont passées de 215.000 tonnes en 2014 à 360.000 tonnes en 2017.

S’exprimant jeudi soir au cours du point de presse consacré aux commentaires des résultats de la réunion hebdomadaire du Conseil des ministres, devant lequel il venait de présenter «un projet de décret modifiant et complétant les dispositions du décret 2015-159, portant application de la loi 2015-017 portant Code des pêches», le responsable gouvernemental a expliqué que la production nationale de poissons est exportée à l’étranger dans de bonnes conditions d’hygiène, grâce à un contrôle strict et au respect des normes internationales.

Ce qui a permis une hausse constante des quantités vendues à l’étranger «et une croissance continue depuis quelques années. Ainsi, celles-ci sont passées de 215.000 tonnes en 2014, à 360.000 en 2017. Pendant la même période, les usines de transformation des produits halieutiques sont passées de 40 à 133, alors que le nombre de navires accrédités est passé de 100 à 190».

Tous ces progrès rendent nécessaire une reconsidération et une révision des missions confiées à l’Office national d’inspection sanitaire des produits de la pêche et de l’aquaculture (ONISPA), et c’est là l’objectif de la modification des dispositions du décret 2015-159.

Le ministre de la Pêche et de l’économie maritime a par la suite expliqué que «l’ONISPA a reçu plusieurs accréditations internationales, les plus récentes ayant été notées du côté de l’Afrique du Sud et de la Namibie, et représente la seule institution pouvant présenter de tels états de service dans la sous-région».

Toutefois, cette thèse gouvernementale sur l’évolution et la bonne du secteur de la pêche n’est pas partagée par tous les acteurs.

Ainsi, dans une contribution publiée par la presse locale cette semaine, Sidi Mohamed Ould Mohamed Cheikh, expert des affaires maritimes, relevait qu’en dépit des efforts du président de la République «visant le développement durable du secteur de la pêche», les résultats accomplis au cours des dernières années sont en deçà des potentialités. Pour lui, «le segment artisanal et côtier souffre encore d’une anarchie chronique, d’un désordre total et d’une insécurité gênante».

Dans cette contribution, l’expert évoque des problèmes qui se posent en termes «d’absence de maîtrise des données de production, des ventes, de l’hygiène, de sécurité maritime, qui handicapent l’intégration effective du secteur à l’économie nationale».

En Mauritanie, on dénombre une flotte de 7.000 pirogues et 150 navires côtiers, plus de 40.000 emplois de pêcheurs, mareyeurs…, avec une production annuelle globale de 400.000 tonnes de différentes espèces, selon les chiffres avancés par Ould Mohamed Cheikh.

Par notre correspondant à Nouakchott
Cheikh Sidya




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Le360 (Maroc)
Commentaires : 1
Lus : 1581

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • samba el bakar (H) 11/03/2018 14:52 X

    La pêche est devenue le mignon péché des gros bonnets de l’Oligarchie Mauritanienne qui s’est juré d’accaparer toutes les potentialités économiques du Pays Cela va du planton trop au courant des dérives extraconjugales du Patron , au tout petit sous-fifre en tenue jusqu’aux étoilés trop heureux qu’il n’y ait aucune préoccupation sécuritaire permettant de tester le niveau de leur nationalisme outre que par la pendaison de leurs frères d’armes désarmés. Pourquoi s’étonner dans ces conditions des bilans diamétralement opposés sur le Secteur de la Pêche .Il est bien loin le temps où les beydanes se bouchaient le nez au passage du poisson, ce temps où l’éloge la plus haute de la part d’un Haalpulaar était « Mon beydane racé appartenant à une Grande Tente qui ne touche jamais au poisson ! » Ah Oui, ces temps-là ,on pensait peut-être au poisson d’eau douce qui lui ne rapporte pas, il est vrai des Milliards comme son congénère de la mer.