12-03-2018 13:12 - Quand les chiffres de la pêche en Mauritanie parlent !

Quand les chiffres de la pêche en Mauritanie parlent !

Sidi Mohamed Ould Mohamed Cheikh - Il y a cinquante ans passées, la Mauritanie exploite son bio riche potentiel des ressources halieutiques, sans autant pouvoir atteindre les avantages économiques, sociaux et financiers tirés de cette activité par ces voisins de la sous région de l’Afrique de l’Ouest (le Maroc et le Sénégal), malgré, les multiples efforts et stratégies visant le développement de ce secteur.

Pourquoi cette récession? J'essaierai objectivement autant que possible de répondre, à cette ancienne question renouvelée.

Le Benchmarking ci-dessous sur les principales composantes du secteur de la pêche entre le Royaume du Maroc, la Mauritanie et le Sénégal illustre les avantages économiques, sociaux et financiers tirés par chaque pays de son stock de poissons estimé dans le tableau suivant.

DésignationMarocMauritanieSénégal
Potentiel des ressources1 300 000 tonnes1 832 000 tonnes900 000 tonnes
Production totale1 100 000 tonnes    360 000 tonnes460 000 tonnes
Flotte (hauturière +côtière+artisanale)15 810 navires    7 240 navires13 090 navires
Emplois (direct+indirect)700 000 personnes 55 000 personnes600 000 personnes
Recettes 1.59 milliards $ 600 millions $1.02 milliards $

Source : Départementales

Avant de répondre à cette pertinente question, je tiens à préciser à mes détracteurs, que l’objectif de se poser cette question aujourd’hui entre dans le cadre de l’évaluation, du diagnostic et de la reforme politique, économique et sociale initiée par Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, Président de la République afin de bâtir une Mauritanie développée, unies, et prospère.

Concernant cette pertinente question, et à mon humble avis de technicien, le secteur de la pêche a connu plusieurs phases, notamment celle initiale de la découverte, puis la reconnaissance de l’importance économique du potentiel par l’Etat, amorcée concrètement le début des années 90. Cette étape cruciale (1990-2004), s’est caractérisée par l’élaboration et la mise en œuvre de plusieurs stratégies visant le développement du secteur.

Parmi les stratégies réussies la Mauritanisation totale des équipages des navires de la pêche industrielle, cependant d’autres mesures comme, la tentative de la valorisation des produits halieutique le renforcement de la surveillance, la réalisation d’infrastructures ont échouées, ouvrant la porte ainsi à un grand pillage, à une large corruption et par suite une gestion chaotique qui a remis toutes ces stratégies à l’eau.

En 2005, le secteur comptait une flotte d’environ 3700 pirogues pour la pêche artisanale, 102 glaciers pour la pêche côtière et 347 chalutiers pour la pêche industrielle, mais complètement vétustes, la plupart d'origine chinoise. Face à cette situation chaotique de la pêche industrielle, la construction des pirogues s’est développée d’une façon rapide et anarchique.

En 2009, la roue du changement constructif à commencée à tourner par l’enlèvement des épaves, puis, le renforcement des capacités de la surveillance pour freiner les navires étrangers qui pillaient nos ressources. Ensuite l’extension et le renouvèlement de toutes les installations portuaires du pays. En plus la construction de nouveaux ports de pêches à TANIT, N’ DIAGO et VERNANA PK 28 pour décongestionner l’activité concentrée au nord du pays.

Ressentant, la fragilité de la sécurité des pirogues, l’auteur du changement constructif a acheté immédiatement du JAPON des moules prête pour la construction de navires, plus sûre, plus confortable, plus conviviale et plus rentable aux profils des anciens capitaines et marins pêcheurs artisanaux et côtiers.

Sans relâche, des instructions fermes ont été mises en vigueur pour réserver le stock du poulpe valeureux aux nationaux, et seulement les nationaux, enfin le renforcement de la formation maritime à travers le recentrage des efforts de l’Etat dans une seule Académie navale.

Cependant, cette profonde vision s’est dernièrement heurtée par des mesures qui ont entravé la rotation correcte de la roue de croissance pour la rendre plus lente et plus timide. Ces mesures prises au niveau départemental ne peuvent accompagner ni pérenniser cette vision clairvoyante visant la levée rapide de tous les écarts pour permettre un développement durable et continu.

La première de ces mesures et la plus dangereuse sur le secteur dans un avenir proche, c’est l’accès des navires étrangers au régime national, sans changer leurs pavillons, car non seulement, elle est contradictoire avec les principes de l’augmentation des avantages nationaux, mais aussi réduira le potentiel du stock national estimable parce que la capture est compter pour le pavillon et non pas le port de débarquement.

La deuxième, c’est vider le secteur de ses compétences, de ses spécialistes et de ses techniciens, à travers la répartition des postes selon les intérêts étroits personnel du Ministre.

La troisième, c’est la désorientation des projets, programmes et assistance technique financés par les partenaires et les donateurs internationaux initialement conçus pour le renforcement des capacités, de la production et d’investissement du secteur pour être une source financière parallèlement au budget du Département non dépenser entièrement pour camouflage.

La quatrième, c’est l’absence d’une vision sociale à long, à moyen ou à court terme pour l’absorbation du chômage des marins de plus en plus croissant et incompréhensible (comparer 55 000 emplois avec 600 000 et 700 000 au Sénégal et au Maroc).

La cinquième, est la faiblesse criante des capacités humaines, matérielles et financières des administrations maritimes centrales, le conflit des compétences, l’éparpillement des efforts et par suite le dysfonctionnement des opérations qui se reflète automatiquement sur le développement du secteur.

La sixième mesure, est la création expresse d’un vide juridique, à travers le retardement de l’adoption de la majorité des textes (décrets et arrêtés) d’applications des lois portants Codes de la pêche et de la marine marchande mises en vigueur depuis 2013. La septième,…à suivre plus tard.

Car, l’activité de la pêche comme toute autre activité exercée en mer, sollicite un développement synchronisé, conforme et cohérent de toutes les mailles de la chaine de production allant de la capture du poison en mer à l’assiette du consommateur.

Cette chaine commence par la qualification de l’être humain (opérateurs et main d’œuvre), le suivi régulier de la ressource (potentiel exploitable), la sécurité de l’outil de production (navires), la disponibilité de l’infrastructure de débarquement (ports ou Point de Débarquement Aménagé) et la capacité de la structure d’accueil (usine de traitement et valorisation).

Si, l’une des mailles sus-dessus n’est pas fonctionnelle ou ne fonctionne pas correctement, l’activité s’arrête. Car, il s’agit d’une activité qui s’exerce dans un milieu hostile et dangereux qui ne supporte pas le bricolage des informaticiens.

En conclusion, d’une façon générale, pour que la Mauritanie, puisse rattraper le convoi de la globalisation maritime déjà en route, je crois qu’il faut impérativement réactualiser et reformer les cadres juridiques institutionnels et organisationnels de ces activités économiques avant qu’il soit trop tard comme toujours par le passé, pour accompagner ce développement en vitesse.

En ce qui concerne, la pêche, je pense qu’en révisant les mesures incompatibles et parfois contradictoire avec la vision globale nationale, le secteur peut se rattraper, vaincre le chômage et augmenter sensiblement les avantages socio-économiques et financière.

Sans aussi, perdre l’occasion qui se présente dans le secteur Oil/Gaz de l’offshore, pour augmenter la chance d’en bénéficier plus de l’évolution remarquable des services, professions et métiers annexes à la pêche, au transport maritime, à l’exploration et à l’exploitation du potentiel annoncé du gaz. .

À cette fin, je propose à Monsieur le Premier Ministre l’ingénieur Yahya Ould Hademin de lancer des journées de concertations et de consultations franches et tenant compte de la réalité nationale, impliquant tous les Départements de l'État, les acteurs privés nationaux et internationaux et les partenaires au développement de la Mauritanie pour identifier et évaluer des réformes consensuelles qui permettront à notre pays d’en bénéficier davantage de son riche potentiel de ressources halieutiques, gazières et pourquoi pas pétroliers.

Sidi Mohamed Ould Mohamed Cheikh
Expert des Affaires Maritime
Tel 26411837



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 1966

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)