14-05-2018 11:50 - Mauritanie: esclavage et racisme: Nouakchott rappelé à l’ordre par l’Onu

Mauritanie: esclavage et racisme: Nouakchott rappelé à l’ordre par l’Onu

LaLibre - La Mauritanie est rappelée à l’ordre par le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale (CERD) des Nations Unies. Ce dernier souligne que Nouakchott ne respecte pas la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale, qu’elle a signée en 1966 et ratifiée en 1988.

Après des auditions à Genève les 1er et 2 mai, le CERD a adopté le 10 mai des observations finales, après avoir examiné le rapport périodique du gouvernement mauritanien (présenté avec … 9 ans de retard) et les rapports alternatifs d’ONG de défense des droits de l’homme et en particulier du mouvement anti-esclavagiste IRA (Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste), dont le président, Biram Dah Abeid, a été couronné par le Prix des droits de l’homme de l’Onu en 2013.

Loi trop floue, prêtant aux abus

Le CERD a critiqué la loi mauritanienne de 2018 sur la discrimination raciale, soulignant son absence de clarté juridique et de définition de la discrimination conforme à la Convention – ce qui ouvre la porte à des abus.

L’IRA avait souligné, de son côté, que l’imprécision de cette loi permettait de l’utiliser contre les militants anti-esclavagistes; les esclaves sont en effet toujours des Noirs et les propriétaires d’esclaves par ascendance presque toujours des Arabo-Berbères.

Le CERD s’est aussi inquiété de la non reconnaissance d’ONG combattant la discrimination, comme l’IRA, créée en 2008 et non reconnue depuis 2010 alors qu’elle a effectué toutes les démarches nécessaires.

Veiller à lutter contre l’esclavage

Le CERD reste préoccupé par la survivance de situations d’esclavage et de préjugés qui y sont liés. Il recommande à l’Etat mauritanien de veiller à l’application effective de sa loi de 2015 contre l’esclavage; de s’assurer que les victimes puissent porter plainte sans pression; que ces plaintes soient enregistrées; que des enquêtes soient effectuées et des poursuites engagées et que les responsables soient condamnés en proportion avec la gravité des faits.

Ce n’est pas le cas actuellement. Alors que l’IRA a déposé à elle seule 225 plaintes contre des Mauritaniens pour esclavage, quelques personnes seulement ont été condamnées jusqu’ici, majoritairement des étrangers.

Le CERD demande également à l’Etat mauritanien de trouver des solutions durables pour les victimes de la crise de 1989-1991. Il s’agit notamment de 60.000 Mauritaniens noirs qui avaient été expulsés vers le Sénégal voisin lors d’une crise raciale dans leur pays; de retour en Mauritanie, ils ne se voient pas reconnaître les droits des Mauritaniens.

Le CERD demande aussi d’abroger une loi d’amnistie de 1993 empêchant d’établir les responsabilités dans les meurtres de Mauritaniens noirs lors de cette crise, notamment la pendaison, le 27 novembre 1990, de 28 militaires noirs.

Plus généralement, le CERD recommande une meilleure représentation des Mauritaniens noirs dans toutes les sphères de la vie politique et dans l’administration et d’ériger les principales langues des ethnies noires en langues officielles au même titre que l’arabe.

Par MFC.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 2084

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • tokossel2222 (F) 14/05/2018 16:55 X

    M. Selmedine on l'habitude en Mauritanie d'accomplir des mauvais forfaits contre les citoyens en particuler les noirs (pular, soninké wolof et haratine) et après avoir accomplir ces forfaits des religeux et des personnes de tout bord commencent à nous chanter que nous sommes musulmans et la réligions nous dicte sur tel ou ça. Lorsque vs tuez ces gens la la religion n'a rien dicté? Lorsque vous expulsiez la réligon n'a rien dicté?. Lorsque vous marginalisez la réligon n'a rien dicté? Lorsque vous réccupérez les biens et les terres de la valée la réligion n'a rien dictée. C'est maintenant que la réligon dicte AHHHH.

  • Selmedine (H) 14/05/2018 16:31 X

    Les comités onusiens CERD ou autres nous ont habitué à interpellé les pays pauvres .Tout cela pour nous détourner de la sségrégation dont est victime le peuple palestinien.Nos problèmes nous concernent et lnotre linge nous le laverons conformément à notre religion .Le CERD est un ramassis de juifs peu enclins à nos causes et nos intérêts .

  • Mawdo1960 (F) 14/05/2018 14:40 X

    Ce raport doit etre utilize pour sortir la RIM de L'UA et d'autres organizations Africaines et International. Comme L Afrique Sud des annees precedents, la RIM doit subir des sanctions economiques et politiques pour la ramener a la raision. Une minorte ne doit pas dirriger pays. L Afrique du Sud, n'a pas echapper a la regle la RIM ne doit pas etre une exception.