07-06-2018 11:29 - L’aéroport international de Nouakchott aux mains des Emiratis

L’aéroport international de Nouakchott aux mains des Emiratis

Sahara Medias - Des sources propres à Sahara Media lui ont révélé qu’un accord a été signé entre le gouvernement mauritanien et une société émiratie en vertu duquel cette dernière se chargera de la gestion de l’aéroport international de Nouakchott, « Oumtounsi ».
La même source ajoute que l’accord est fin prêt et qu’il devra entrer en vigueur après le sommet de l’union africaine qu’abritera Nouakchott dans quelques semaines.

Des délégations de la société émiratie et du bureau d’études britanniques qui lui est associé, ont effectué des missions à Nouakchott ces derniers mois pour préparer cette opération et auraient bénéficié d’un intérêt particulier de la présidence de la république selon cette source qui a souhaité garder l’anonymat.

La société émiratie est l’une des plus grandes sociétés de transport aérien dans le monde avec une importante croissance.

Elle a commencé à s’intéresser au continent africain depuis trois ans, un continent qui enregistre une croissance soutenue.

Cet intérêt avait été révélé par un haut responsable de la société lors d’un point de presse.

Ce responsable avait déclaré que l’Afrique constituait un axe important de la nouvelle route de la soie qui relie le continent noir à l’Asie et que Dubaï sera la jonction entre les deux continents.

Il a ajouté que 10% des revenus de la société « Emirates » viennent du continent africain.

Pour pouvoir entrer sur le continent africain, la société avait besoin de pouvoir mettre le pied quelque part, face à la forte concurrence de grandes sociétés comme celles de l’Afrique du sud, de l’Ethiopie et du Maroc, en plus d’une importante présence de la société Qatarie et celle de la Turquie.

Les Emiratis avaient dépêché, il y a quelques mois, des experts d’un bureau d’études britannique afin d’évaluer la viabilité de l’aéroport de Nouakchott, ses avantages et les avantages qu’ils pourraient tirer de sa gestion.

Notre source ajoute que l’ancien directeur général de la société des aéroports de Mauritanie avait fait les frais du peu d’intérêt porté à ce bureau d’étude, occupé qu’il était par la campagne d’adhésion du parti au pouvoir.

Son successeur avait reçu des instructions formelles d’ouvrir largement toutes les portes aux experts britanniques.

Le rapport final avait certifiait que l’aéroport international de Nouakchott avait des caractéristiques qui lui permettaient de constituer un tremplin dans la région ouest africaine pour la société émiratie, grâce notamment à ses caractéristiques techniques qui lui permettent d’accueillir de gros porteurs, en plus de sa position stratégique proche de l’Europe et des deux Amériques.

La proximité de deux grands aéroports détenus par deux importants concurrents, l’aéroport international Mohamed V au Maroc et Blaise Diagne au Sénégal, dopera la concurrence de la société émiratie sur le marché africain.

L’arrivée des Emiratis

Il y a quelques semaines un avion spécial avait atterri sur le tarmac de l’aéroport international de Nouakchott avec à son bord des émiratis auxquels ont été grandement ouvertes les portes du salon d’honneur.

Sitôt descendus, ils ont embarqué à bord de véhicules appartenant à la présidence de la république où ils se sont rendus immédiatement.

Leur avion était resté sur le tarmac sans qu’aucun employé de l’aéroport n’ait pu obtenir une information le concernant ou un quelconque renseignement relatif à ses passagers.

Pendant quelques jours les émiratis sillonnaient l’aéroport, interrogeaient certains employés et ont pu obtenir tous les documents désirés, y compris la liste du personnel de la société des aéroports de Mauritanie, la SAM.

Dès lors il était évident que les émiratis avaient mis la main sur l’aéroport international de Nouakchott, l’accord étant à un stade avancé, il est prévu qu’il soit signé avec la ministère de l’équipement et des transports mais sous la supervision directe de la présidence de la république.

Toujours est-il que l’accord est entouré d’un grand secret, peu de responsables mauritaniens sont au fait des détails, le dossier étant aux mains d’un important centre de décisions.

Sauvetage de l’aéroport

Pour les mauritaniens l’entrée en lice des émiratis pour la gestion de l’aéroport Oumtounsi constitue un espoir de sortie du tunnel dans lequel il est demeuré depuis son inauguration.

Malgré la grande campagne de publicité menée par les autorités pour le nouvel aéroport, celui-ci n’a pas pu améliorer le trafic aérien ni intéresser d’éventuels promoteurs, deux ans après son inauguration.

Au même moment où le nouvel aéroport mauritanien souffrait de l’isolement, les sénégalais inauguraient leur nouvel aéroport avec des normes de qualité modernes et aptes à la concurrence, ce qui a cultivé autour de l’aéroport mauritanien des controverses, n’ayant pas pu engendrer une dynamique économique pour le pays.

L’arrivée des émiratis pourrait constituer l’espoir que nourrissaient les responsables mauritaniens de voir leur aéroport agonisant sortir de l’ombre et constituer un pont aérien avec le monde.

Le grand perdant

Les émiratis se sont donc engagés à assumer la responsabilité de la gestion de l’aéroport de Nouakchott qui en tirera un grand profit, ce qui ne sera pas le cas pour deux sociétés nationales, la société des aéroports de Mauritanie et la Mauritania Airlines.

Les mauritaniens ont souhaité que la société émiratie prenne en charge la société des aéroports de Mauritanie, ce qu’elle a catégoriquement refusé, se limitant à la gestion du seul aéroport international de Nouakchott, ne se sentant pas concernée par les autres aéroports du pays.

Aussi les mauritaniens ont-ils décidé de créer une nouvelle société dénommée « société mauritanienne des aéroports de l’intérieur », celui de Nouakchott étant désormais exclu de la liste.

A propos du personnel de la société, les émiratis ont signifié aux autorités qu’ils n’étaient pas tenus de recruter le personnel de la SAM, précisant toutefois qu’elle fera une évaluation de ce personnel, en recrutera ceux qui donneront satisfaction, les autres devant être versés à la nouvelle société.

Des divergences sont nées entre les deux parties à propos de la Mauritania Airlines, les émiratis exigeant son déménagement de l’aéroport international avec ses avions et ses équipements, proposant qu’elle déménage à l’aéroport international de Nouadhibou pour en faire sa base pour la maintenance de son matériel et ses équipements.

Une proposition qui aurait été acceptée par la partie mauritanienne et qui se fera progressivement.

Mutisme officiel

Bien que nos sources affirment que l’accord est arrivé à un stade avancé, il n’en demeure pas moins qu’il continue d’être entouré du plus grand secret, aucune déclaration officielle n’ayant été faite.

Ce qui est certain par contre c’est que la coopération entre la Mauritanie et les Emirats arabes unis s’est particulièrement développée ces dernières années dans différents domaines, militaire, sécuritaire, économique et politique.

Les visites de responsables des deux pays se sont multipliées et les EAU demeurent l’un des plus grands soutiens de la Mauritanie dans les domaines économique et militaire.

Ces relations se sont consolidées alors que la Mauritanie prenait des décisions déterminantes relativement à deux dossiers qui préoccupent Dubaï : ceux de l’Iran et Qatar.

La Mauritanie a réduit sa représentation diplomatique en Iran à un chargé d’affaires, condamné les immixtions iraniennes dans les affaires intérieures des pays arabes, et n’avait pas hésité à rompre ses relations diplomatiques avec le Qatar l’accusant de soutenir le terrorisme.

Il est évident qu’un tel niveau d’entente entre les deux pays, ouvrira les portes aux investissements émiratis en Mauritanie, des investissements dont le pays a besoin pour doper son économie, affectée par la baisse des prix des matières premières sur les marchés mondiaux, une crise à laquelle n’ont pas échappé les pays du Golfe.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 7
Lus : 6567

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (7)

  • doudou19 (H) 09/06/2018 01:11 X

    Ca sent du vinaigre. Pourquoi tuer ainsi la Société des Aéroports de Mauritanie (SAM) pour avoir quelques dollars sous la table? Tous les moyens sont bons pour se renflouer les poches. Bleil(H) tu n'as pas le niveau requis pour évaluer les compétences du personnel de l'ANAC et de MAI.

  • lass77 (H) 08/06/2018 16:45 X

    Donc les Emiratis ont jugé rentable et benefique la gestion de cet aéroport qui je rappelle n'a pas de passagers escomptés , moins d'avions, le climat d'affaire et d'investissement qui laisse à desirer du fait de la corruption et le fainéantisme qui gangrènent certains mauritaniens qui veulent etre servis à table.Le domaine aéronautique n'est pas une affaire de boutique de commerçant à gerer.

  • Belphegor (H) 08/06/2018 09:59 X

    Nos dirigeants vont trop vite en besogne, même si l’accroissement du trafic passager passe obligatoirement par l’arrivée de nouvelles compagnies étrangères sur Nouakchott il faudrait d’abord accorder des autorisations a Asky et Air Cote d’Ivoire (qui tapent en vain) a la porte depuis l’inauguration du nouvel aéroport pour desservir Nouakchott via leurs hubs de Lomé et d’Abidjan, ils ne pourront pas protéger indéfiniment le monopole de la MAI (aux tarifs prohibitifs) sur les lignes sous régionales au départ et à destination de Nouakchott…Notre aéroport n’a pas encore atteint le trafic passager minimum pour qu’un poids lourd mondial comme Emirates se décide à y ouvrir des liaisons a la rentabilité très incertaine si on prend le cas de la compagnie Iberia qui a desservi Madrid a Nouakchott (via Las Palmas) 3 fois par semaine pendant 1 an avant de se retirer faute de remplissage suffisant de ses appareils, on a encore énormément de chemin à faire avant de se rapprocher des aéroports de Dakar ou Casablanca en termes de trafic passagers annuel.

  • bleil (H) 07/06/2018 18:48 X

    Sauvetage du secteur de l’aviation ! l'autorité aéronautique (ANAC) et la Mauritania Airlines absentes dans ce genre de négoces, faute de compétences, doivent déménager à Atar par exemple ... ce secteur est totalement sinistré à l'image du pays et mérite des gestionnaires dignes de ce nom pour son développement ... port

  • moukhabarat (F) 07/06/2018 15:55 X

    Les émirats s'intéressent aussi au port de Nouakchott...mais tout ça à une odeur de Tcheb-teb avec des personnes proches du palais dont un ancien officier supérieur déserteur du temps de Maaouya. En effet la gestion de l'aéroport avait fait fait l'objet d'un appel d'offres resté sans suite et voila que plus d'un an après on parle d'un contrat signé en catimini. Ceux qui sont derrière cette affaire doivent savoir qu'ils rendront compte un jour et toute cette magouille sera défaite.

  • boubou_kibili (H) 07/06/2018 13:38 X

    Tout cela est bien s'agissant de l'accord avec à la clé des investissement emirati en RIM. le seul probleme c'est la mauvaise gouvernance a fini de tuer ce pays qui n'a plus de ressources humaines ou si elles existent elles sont parties ou sur le point de l'ëtre. Cette Junte doit definitivement partir en 2019 et laisser ce pays gerer notre pays comme le font les nation serieuse. A chacun son boulot et depuis 1978 au moment où nous étions encore enfants on a toujours vu ces gars là. Le seul espoir a été 2005 et la deception fut totale, le maitre actuel du pays qu'il a pris en otage l'ayant mis en eau profonde. A présent qu'il s'en aille lui et son Union Pour Rien (UPR) et ses Sbires civils et militaires et qu'ils laissent ce pays à ceux qui pourront le faire evoluer et Maachallah ilss existent. Sinon je ne vois que le pire en pire. Chers elements de la Junte le developpement est question de capacités et non de baillonnete !!!!!!!!A bon entendeur salut!!!!

  • samboy (H) 07/06/2018 11:56 X

    même nous on est déjà vendu au plus offrant.chacun doit préparer sa valise.