14-06-2018 14:30 - Mauritanie: d’anciens esclaves dénoncent l’accaparement de leurs terres

Mauritanie: d’anciens esclaves dénoncent l’accaparement de leurs terres

RFI - Ils sont libres, mais pas d'accéder à leur terre, c'est ce que dénoncent d'anciens esclaves libérés dans la vallée du fleuve en Mauritanie. C'est le cas des dizaines de familles des villages soninkés du Guidimakha, spoliées de leurs terres agricoles par leurs anciens maîtres. Des familles qui ont décidé en dernier recours d'organiser un sit-in devant la présidence de la République à Nouakchott.

Les anciens esclaves du village de Daffor, à 60 kilomètres de Selibaby, dans l'est mauritanien, ne peuvent plus mettre en valeur leurs terres ancestrales. Ils sont empêchés par les anciens maîtres qui voient d'un mauvais oeil leurs velléités d'émancipation.

Baliou Coulibaly, leur porte-parole, dénonce l'occupation illégale des terres : « Nous sommes là, aujourd’hui, pour manifester contre l’occupation illégale des terres de braves citoyens du village de Daffor par les lobbys esclavagistes.

Et ce phénomène, effectivement, a éclaté à Daffor. Mais c’est un phénomène général qui existe pratiquement dans tous les villages soninkés. Aussi bien au niveau du Guidimakha qu’à Gataga, qu’à Kaédi et dans tous les villages ».

De nombreux villages ont envoyé des délégués pour participer à ce sit-in devant la présidence. C'est le cas de Yassa Ali : « Les féodaux se sont rassemblés pour dire que depuis que le village existe, vos grands-parents, vos pères, vos mamans étaient tous des esclaves. Et vous, si vous refusez d’être des esclaves, les terres qui sont là, elles sont à nous ».

Un collectif d'associations de lutte contre l'esclavage et ses séquelles, s'est constitué pour aider les paysans à récupérer leurs terres. La terre appartient à celui qui la met en valeur et c'est une loi mauritanienne de 1983 qui le dit.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : RFI
Commentaires : 2
Lus : 2163

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • hachmi (H) 14/06/2018 19:01 X

    Ces positions radicales ne sont au bénéfice de personne, ni pour les nantis moins encore pour de pauvres paysans qui depuis des temps encestraux sadonnaient à leur activité. Depuis l'avènement des reseaux sociaux et par mimétisme une animosité fait éclater une harmonie séculaire.

  • KAALDEN (H) 14/06/2018 14:38 X

    ce n'est pas parce qu'on vous prété des terres pour cultiver qu'elles vous reviennent de droit !! Ce argumyent est peu consistant - La loi domaniale de 83 ne peut pas balayer la propriété privée !!!