25-06-2018 16:10 - Mauritanie : « 20 % de la population vit toujours en esclavage »

Mauritanie : « 20 % de la population vit toujours en esclavage »

La Croix - Des centaines de milliers de Mauritaniens sont toujours victimes de l’esclavage, et des militants abolitionnistes sont réduits au silence malgré la criminalisation de cette pratique dans la constitution du pays depuis 2007.

Abeid Biram Dah, fondateur mauritanien de l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA), principal mouvement anti-esclavage du pays, a adressé une lettre ouverte à Emmanuel Macron, quelques jours avant sa visite en Mauritanie pour le Sommet de l’Union africaine du 2 juillet. Il y dénonce la répression contre les militants anti-esclavage.

Abeid Biram Dah, fondateur mauritanien de l’Initiative pour la Résurgence du mouvement Abolitionniste (IRA), principal mouvement anti-esclavage du pays.

La Croix : Pourquoi l’esclavage se poursuit-il en Mauritanie malgré son abolition en 1981 ?

Abeid Biram Dah : Plus ou moins 600 000 Mauritaniens, soit 20 % de la population, vivent toujours en esclavage par ascendance, alors que cette pratique a été abolie de la constitution en 1981 et même criminalisé en 2007.

Cette pratique d’une autre époque se poursuit en raison des lois mauritaniennes qui sont issues d’une charte appelée le « rite malékite » de la « charia » islamique. Ce code discriminatoire est toujours placé au sein de la constitution islamique mauritanienne comme principale source de loi. De là, l’esclavage représente un enjeu économique énorme pour l’aile conservatrice au pouvoir en Mauritanie.

Les personnes noires autochtones de la Mauritanie (les communautés afro-mauritaniennes et les Haratines) sont réduites en esclavage par les descendants des conquérants arabo-berbères. Les victimes naissent expropriées et sont assujetties à des châtiments corporels. Elles n’ont pas le droit à l’éducation, ni aux pièces de l’état civil et sont susceptibles d’être cédées, ou vendus.

Les militants anti-esclavages peuvent-ils s’exprimer librement ?

A. B. D. : Les organisations de défense des droits de l’homme ou abolitionniste sont inaudibles. Tous ceux qui manifestent sont arrêtés, jugés, condamnés à des peines lourdes allant jusqu’à quinze ans, ils subissent aussi des actes de torture, d’humiliation et de tabassage systématique.

C’est dans ce cadre que les militants l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA) sont constamment persécutés. Une dizaine des militants restent incarcérés en Mauritanie, sans compter 17 procès d’opinion au cours de ces dernières années.

Quels sont les moyens d’action de l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste ?

A. B. D. : Nous nous investissons dans la sensibilisation, qui consiste à dénoncer par voie de presse et en partenariat avec des ONG internationales des droits de l’homme comme Amnesty internationale, Human Rights Watch, etc.

Notre mobilisation se poursuit en dépit de l’arsenal répressif des autorités mauritaniennes. Nos militants ont subi plusieurs procès publics très médiatisés, au cours desquels ils ont tenu tête aux juges, aux officiers de police et ils ont pu transformer les jugements et les procès en tribune de dénonciation et de vulgarisation contre l’esclavage.

Qu’attendez-vous du président français Emmanuel Macron, invité d’honneur au sommet de l’Union africaine en Mauritanie le 2 juillet, à qui vous venez d’adresser une lettre ouverte sur les discriminations systématiques de certaines communautés ethniques dans le pays ?

A. B. D. : Nous attendons du président Emmanuel Macron qu’il réitère à son homologue mauritanien les principes sur lesquels est bâtie la France, comme pays membre permanent des Nations unies.

Qu’il rappelle surtout à la Mauritanie la base du pacte international qui lie les États du monde entier qu’est la déclaration universelle des droits de l’Homme et des peuples.

Nous voulons enfin que le président français aborde la question de la tentative d’épuration ethnique en Mauritanie entre 1986 et 1992 où des milliers de Mauritaniens noirs ont été déportés de force au Sénégal et au Mali et dépossédés de leurs biens, radiés de leurs fonctions, tués dans des assassinats collectifs organisés. Que le président français éclaire cette face sombre de l’histoire de la Mauritanie, dans la vérité et le droit.

Recueilli par Jean-Paul Musangania



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 11
Lus : 1804

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (11)

  • Buwuelm (H) 26/06/2018 18:11 X

    Netali. Si je suis votre raisonnement, vous vouliez expliquer que Biram est pire qu'Aziz. Là je comprends.

  • netali (H) 26/06/2018 12:06 X

    Buwuelm ce que je veux dire par "plus pur qu'Aziz" c'est qu'Aziz est aujourd'hui le Président de la Mauritanie et qu'il est le responsable actuel de tous ce qui se passe en Mauritanie bien que cela avait existé avant et avec lui car il était toujours dans le systéme donc s'il ne fait rien pour changer la situation des mauritaniens toute couche confondue c'est qu'il en ait responsable en tant que président. par contre ce Biram fait tout ce bruit pour ne rien résoudre.

  • Belphegor (H) 25/06/2018 23:19 X

    @kangourou On attend que le menteur patenté que vous adulez vienne nous montrer ces fameux "20% d'esclaves"....j'avais oublié qu'il existe encore des lobotomises qui croiront encore Biram même si il dit que la terre est carrée.

  • kangourou (H) 25/06/2018 21:16 X

    Qu'est ce qu'il y'a de surprenant à dire que 20 pour cent des mauritaniens sont des esclaves? (***) Arrêtez de faire les hypocrites. Biram avait parfaitement raison comme d'habitude.

  • Buwuelm (H) 25/06/2018 19:26 X

    Je me demande sur quelles bases M. Birame a sorti ces 20% et 600.000 qu'il avance. Ce monsieur est un partisan de la discorde. Je voudrais aussi bien comprendre ce qu'a écrit NETALI dans son commentaire, à savoir "Vous êtes plus pur qu'Aziz".

  • Belphegor (H) 25/06/2018 18:06 X

    Le mythomane vendeur d'illusions dans ses œuvres : toujours prêt à sortir des chiffres fantaisistes (qu'il ne pourra jamais prouver) pour des subsides, toujours prêt à surfer sur la vague d’Islamophobie qui prévaut en occident pour sa visibilité médiatique personnelle avec prix et distinctions....Je me demande est-ce qu'il réalise ce que représente 20% d'esclaves pour une population (mauritaniens et étrangers) qui atteint à peine 5-6 millions d'habitants : ça veut dire qu’on a au monde la plus grande concentration d’esclaves au km2, je plains ceux qui mettent leurs espoirs de changement en ce Mandela de pacotille qui se sert juste de la lutte anti esclavage pour son pain et son beurre, certains ont compris a cause de son alliance opportuniste avec SAWAB d’autres continuent encore de se voiler la face…Plus dur sera le réveil pour eux.

  • Bertrand (H) 25/06/2018 18:06 X

    Je pense que bi-rames a tellement remâché ces mots sur l'existence de toute une république en esclavage au point que ces mots n'ont plus de saveur même dans une bouche gloutonne. Son insolence son mépris des convenances sa violence lui ont valu une certaine publicité auprès de ceux qui ne tiennent à rien sauf à eux mêmes et auprès des ennemis de la Mauritanie et de l'islam. Maintenant s'il veut faire de la politique il doit ajouter de peu d'eau à son zrig. Mais il peut toujours devenir chaque jour plus grossier plus violent et finir sa vie en prison et avoir droit à une statue dans un quartier imaginaire. Parce que ceux qui l'utilisent aujourd'hui seront les premiers à l'abandonner.

  • kangourou (H) 25/06/2018 17:38 X

    Mes chers compatriotes oû est notre capacité de s'indigner, il est temps que cela change. Le pays va tout droit au mur, cela ne peut plus durer. Vivement Biram President.

  • fidelis (H) 25/06/2018 17:36 X

    Après un travail laborieux de notre diplomatie, notre pays commence à attirer les grandes rencontres internationales. Ces rencontres sont profitables à tous, de l'hôtelier, au transporteur en passant par le restaurateur et l'artisan et même la vendeuse de thiaf. C'est une occasion unique pour tout citoyen conscient et de bonne foi de vendre la destination Mauritanie et promouvoir nos valeurs de solidarité et d'hospitalité. Je n'approuve point la démarche de ceux qui en profitent pour tenter de ternir notre image pour leur intérêt crypto personnel. C'est indigne et indécent. Qu'Allah protège ce pays.

  • netali (H) 25/06/2018 16:37 X

    Mr Biram moi je pense que c'est toi qui nous pourri actuellement la vie. Personnellement je suis apolitique, par contre je suis pour le liberté et l'égalité de tous les mauritaniens (blanc ou noir). Des gens hommes politiques comme toi on en a marre de vous. vous passez tout votre temps à monter les uns contre les autres. Tout le monde sait qu'il y a du racisme, de la discrimination, de l'injustice en mauritanie mais qui nous dis pas que tu ne fais pas parti du systéme.Personnellement j'ai pas confiance en toi ainsi que tous ces petits politiciens soit disant militants des droits de l'homme en Mauritanie. Vous étes plus pur qu'Aziz.

  • bleil (H) 25/06/2018 16:33 X

    "Les idiotes ne sont jamais aussi idiotes qu'on croit; les idiots, si." L'esclavage a été interdit bien avant 1981 quand les idiots de militaires en ont fait une distraction quand il pillaient sans vergogne le pays... ensuite au pif nous sommes plus de 90% à vivre en tant qu'esclave par ascendance ou par situation sociale dans un environnement exécrable ou le dénie de justice constitue la règle depuis belle lurette ...