11-07-2018 20:16 - SNES: Appel

SNES: Appel

Journal Tahalil - Cher-e-s militant-e-s libres, Cher-e-s collègues, L’heure est à la mobilisation : - Nos avancements sont bloqués depuis plusieurs années,

- Nos salaires sont maigres, suspendus illégalement et non remboursés,
- Notre statut est prisonnier des tiroirs des ministères,
- Nos primes sont retardées suivant les humeurs des responsables,

- Les contractuels sont sans le moindre droit et ne sont recrutés qu’à la fin du premier trimestre de l’année scolaire,

- Le clientélisme et le népotisme sont les maitres mots des promotions et des affectations,

S’ajoutent à cela la faiblesse et/ou l’absence de formation initiale, la quasi absence de formation continue, les mauvaises conditions de travail: bâtiments vétustes, mal sécurisés et mal entretenus, salles de classe surpeuplées, absence de manuels scolaires, tableaux craquelés, craie de mauvaise qualité ....

Ainsi se renouvelle la souffrance de l’enseignant et se dégrade le niveau des élèves sans que le ministère concerné ne lève le petit doigt.

Face à cette situation qui se dégrade jour après jour, au Syndicat national de l’enseignement secondaire (SNES), nous appelons tous les enseignants à resserrer leurs rangs, à résister à cette négligence systématique vis-à-vis de l’éducation, à se faire respecter et à se mobiliser pour arracher leurs droits.

Dans ce cadre, nous vous invitons à un sit-in jeudi matin 12 juillet 2018, à 10 heures devant le palais présidentiel.

Vive la lutte des enseignants !

Vive la Mauritanie unie et prospère !

Nouakchott, le 09/07/2018

Le Comité exécutif



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 1149

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • lhraki (H) 12/07/2018 09:01 X

    Il est vrai que le ministère a suspendu les avancements des fonctionnaires depuis 3 ou 4 ans sans donner d'explications.Sur ce plan là, je suis d'accord avec le syndicat.

  • lhraki (H) 12/07/2018 08:56 X

    Vous attendez la fin de l'année scolaire pour revendiquer vos droits !Vous ne trouvez pas que c'est débile....?

  • Vent de Sable (H) 11/07/2018 23:32 X

    Quelle hypocrisie ! Ces enseignants passent sept mois seulement (de novembre à avril) sans rien enseigner, vu leur incompétence. Les cinq autres mois (de mai à septembre) ils prennent leurs vacances (entièrement payées). Toute l'année ils s'adonnent a la corruption, le clientélisme, la fraude... Et maintenant ils pensent tromper l'opinion par leurs slogans vides.