13-07-2018 16:35 - Mauritanie: Libérez Mohamed Ould Ghadde de la détention arbitraire, disent des experts de l’ONU

Mauritanie: Libérez Mohamed Ould Ghadde de la détention arbitraire, disent des experts de l’ONU

Africa Newsroom - La Mauritanie doit immédiatement libérer le sénateur Mohamed Ould Ghadde et lui fournir tous les soins médicaux dont il a besoin, selon un groupe d'experts de l'ONU.

"Nous appelons la Mauritanie à respecter ses engagements en matière de droits de l'homme à l'égard de M. Ghadde. Il a été arbitrairement privé de sa liberté en raison de son activisme politique," a déclaré le Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire.

M. Ghadde a été arrêté le 10 août 2017, cinq jours après le référendum auquel il s'était opposé visant à abolir le Sénat dont il était membre.

Les experts de l'ONU ont déjà publié l’avis n°33/2018 affirmant que sa détention est arbitraire et ont demandé sa libération. Leur nouvel appel à la liberté fait suite aux commentaires du Président mauritanien, qui a déclaré lors d'une récente interview télévisée que son pays ne comptait pas donner suite à l'avis du Groupe de travail.

"Nous sommes préoccupés par toute déclaration publique susceptible de compromettre la séparation des pouvoirs judiciaire et exécutif. Cette séparation doit être préservée," ont déclaré les experts. Le Groupe de travail a précisé que toute ingérence du pouvoir exécutif contreviendrait au Pacte international relatif aux droits civils et politiques en ce qui concerne l'impartialité et l'indépendance des tribunaux.

"M. Ghadde devrait être libéré immédiatement et bénéficier d'un droit à l’indemnisation et d'une garantie qu'il n'y aura pas de répétition du traitement qu'il a reçu, conformément au droit international," ont-ils souligné.

"Nous exhortons la Mauritanie à respecter ses obligations en vertu de la Charte des Nations Unies, de la Déclaration universelle des droits de l'homme et du Pacte international relatif aux droits civils et politiques. la Mauritanie s'est engagée à garantir particulièrement le droit à la liberté, à la sécurité et à un procès équitable, et à offrir des recours aux personnes arbitrairement privées de liberté," ont déclaré les experts.

"Nous exhortons donc la Mauritanie à libérer M. Ghadde et à libérer également trois autres hommes détenus arbitrairement, Mohammed Shaikh Ould Mohammed Ould M. Mkhaitir (avis n°35/2017), Moussa Biram et Abdallahi Matala Saleck (avis n°90/2017)", ont indiqué les experts.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 944

Commentaires (1)

  • synthetiseur (H) 13/07/2018 18:01 X

    Les mauritaniens ont ete très enthousiastes et admiratifs de la sage décision du Président Mohamed Ould Abdel Aziz de respecter la constitution en s’abstenant de briguer un troisième mandat, décision qui constituait le prélude à ce grand changement que doit connaitre notre paysage politique national.

    A moins d’un revirement kafkaïen, dramatique, il est peu probable que Mohamed Ould Abdel Aziz rempile pour un troisième mandat ;

    Et même s’il décidait, à la dernière minute de se dédire, pour une raison ou une autre , le prix que l’homme aura à payer sera à son propre détriment car sa crédibilité morale et politique au niveau national et international sera en jeu. Le Président en posant cet acte était également attendu sur un autre défi celui de se constituer en véritable constructeur de cette ère nouvelle et d’ajouter à son bilan économique et social une réalisation d’ordre politique indélébile ;

    Respecter la constitution oui, quitter le pouvoir en 2019 oui mais la décision ne doit être ni fortuite ni un subterfuge ou une tactique. Elle doit s’insérer dans une option d’apaisement, d’ouverture, de dialogue inclusif impliquant autour du Président sortant tous les acteurs politiques et sociaux alliés comme opposants à l’intérieur comme à l’extérieur du pays.

    La libération de Mohamed Ould Ghadde, l’arrêt de toutes les poursuites judiciaires contre Mohamed Ould Bouamatou, Mohamed Ould Dabbagh, Limam Chavii , la réhabilitation politique et économique de ces personnalités pourront être des actes forts et facilitants.

    La période qui nous sépare de la fin du mandat de Mohamed Ould Abdel Aziz est suffisante pour nous voir vivre ces actes courageux de sa part et qui l’inscriront à jamais dans la mémoire collective des mauritaniens et lui vaudront admiration et considération. Ainsi pourra-t-il marquer l’histoire en étant l’un des rares chefs d’Etat africains à renoncer au pouvoir, mieux, à diriger et arbitrer une alternance démocratique politique concertée dans une atmosphère fraternelle, de conciliation et de concorde autour des valeurs démocratiques et républicaines fondamentales avec une armée républicaine, arbitre, protectrice de ces valeurs.

    L’autre choix serait de vouloir envers et contre tout pérenniser un système sous la pression de tous ceux qui voient à travers son départ leurs privilèges et intérêts étroits remis en cause et qui veulent l’engluer dans des stratagèmes fourbes, peu transparents peut être même, anticonstitutionnels, sans lendemains et de nature à augmenter les risques d’implosion politique et sociale. Les prétendants aux postes électifs et politiques doivent avoir le sens du dépassement de soi et comprendre que l’alternance politique est une culture et un des impératifs de la démocratie pluraliste et des valeurs républicaines.

    Elle est fondée sur l’indépendance de la justice, la liberté, l’égalité devant la loi, la règle de la majorité et la consultation du peuple par voie électorale. Les acteurs politiques sont d’abord et avant tout des militants d’une cause. Ils sont voués au désintéressement et au sacrifice.

    Ils sont guidés par l’éthique de la conviction ; leur conception de la démocratie repose sur un idéal moral : l’intérêt général. La principale qualité d’un acteur politique est l’oubli de soi.