07-08-2018 10:35 - Mauritanie : 15 jours aux prestataires de transfert d’argent pour se régulariser

Mauritanie : 15 jours aux prestataires de transfert d’argent pour se régulariser

Alakhbar - Les prestataires de transfert de fonds ou de valeur ont un délai de 15 jours (à compter du 1er août) pour régulariser leur situation sous peine d’être fermés définitivement.

Les contrevenants seront passibles des sanctions prévues par la réglementation en vigueur, indique un communiqué de la Banque Centrale de Mauritanie (BCM).

La BCM affirme avoir constaté que plusieurs prestataires de transfert de fonds se sont installées dans le pays particulièrement à Nouakchott, sans aucune autorisation de la Banque Centrale de Mauritanie, contrairement aux dispositions législatives et règlementaires en vigueur.

La Banque centrale rappelle que l’article 24 de la loi 2005-048 du 27 juillet 2005, relative à la lutte contre le blanchissement d’argent et de financement du terrorisme, exige des personnes morales et physiques de solliciter et d’obtenir une autorisation de la Banque Centrale de Mauritanie avant d’exercer des activités de transferts de fonds ou de valeurs.

L’article 25 précise les peines applicables aux personnes physiques ou morales qui effectuent des services de transferts de fonds ou de valeurs sans autorisation.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 3575

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • Belle Plume (H) 07/08/2018 16:21 X

    Pourquoi cet article 24 d'une loi qui date de 2015, ne s'est-il "réveillé" que ce 01 août 2018 ? C'est, tout de même, un peu plus de 3 ans d'oubli !

  • elhousseinou (H) 07/08/2018 12:28 X

    De toute façon celui qui n'a pas d'autorisation doit fermer Nul n'est censé ignorer la loi