22-08-2018 22:45 - En Afrique, la fête de la Tabaski est marquée par la crise

En Afrique, la fête de la Tabaski est marquée par la crise

RFI - Beaucoup de pays d'Afrique célèbrent, ce mardi 21 août, la fête musulmane de la Tabaski. Mais dans certains pays, comme le Mali, le Tchad ou encore le Congo-Brazzaville, les célébrations et leurs préparatifs souffrent cette année de la crise. En Egypte, elle est marquée par la nouvelle interdiction d'égorger les moutons dans les rues, une tradition au Caire.

♦ Mali : des moutons plus rares et plus chers à Bamako

A Bamako, les animaux, bergers et sacs d'herbe pour nourrir le bétail ont envahi les rues et les boulevards. Lundi, les derniers acheteurs se pressaient pour acquérir leur mouton de Tabaski. Bénéfices pour certains mais surtout dépenses pour d'autres, les moutons sont moins nombreux et plus chers que l'année passée.

Compte tenu de la conjoncture, les salaires sont bas et ceux qui font le business ont du mal à vendre sur le marché.

Effervescence sur le marché de Bamako
20-08-2018 - Par Coralie Pierret

♦ Tchad : ambiance morose sur le marché de Karkandjier

En plein cœur de N'Djamena, au marché de Karkandjier, l'ambiance n'est pas encore à la fête. Les populations sont moins nombreuses à aller chercher leurs bêtes par rapport aux années précédentes. La crise économique qui frappe le pays depuis la chute des prix du cours du pétrole a réduit le budget des familles pour les festivités.

Je n'ai vendu que trente moutons. A la mi-journée l'année dernière, j'avais vendu au moins une centaine de bêtes. Les clients n'ont pas d'argent. Ils négocient beaucoup les prix.

Les commerçants ont du mal à vendre leurs moutons à N'Djamena

20-08-2018 - Par RFI

♦ Congo-Brazzaville : la crise affecte le commerce du mouton

La crise qui sévit dans ce pays qui compte un peu plus de 800 000 musulmans touche aussi les festivités de la Tabaski. Les vendeurs affirment avoir baissé le prix du mouton tandis que les acheteurs le trouvent plutôt exorbitant.

Les prix sont descendus, le mouton est moins cher par rapport à l'année passée à cause de la crise. Il y en a qui coûtent 90 000 francs CFA ; puis il y a le gros à partir de 110 000 et 120 000 francs CFA. Ça dépend seulement de la capacité.

Le prix du mouton fait débat au marché du quartier Cent files

21-08-2018 - Par Loïcia Martial

♦ Burkina Faso : année difficile pour les couturiers de Ouagadougou

Contrairement aux dernières années, les couturiers de la capitale burkinabè affirment n'avoir pas de bonnes affaires. Certes, les clients viennent mais ils peinent à payer pour la confection de leurs tenues.

Cette année, c’est un peu dur car il y a beaucoup de gens qui se plaignent de moyens. Quand on leur donne le prix, ils se plaignent et me demandent de le diminuer, ce qui fait que vraiment, moi aussi, cela me pénalise un peu.

Les couturiers s’affairent sans grand succès à Ouagadougou

20-08-2018 - Par Yaya Boudani

♦ Côte d'Ivoire : broderies, retouches et finitions à Treichville

Au quartier des couturiers et des bordeurs à Treichville, commune d'Abidjan, en Côte d'Ivoire, chaque année, au moment de la Tabaski, les musulmans du pays se précipitent pour acheter le mouton et aussi se faire coudre la plus belle tenue pour cette grande fête musulmane.

Pour la Tabaski, on a beaucoup de travail. Les bazins, les dentelles, les pagnes. Quand je regarde la personne, je sais déjà quel genre de modèle peut aller avec la personne.

Branle-bas de combat chez les couturiers de Treichville

20-08-2018 - Par Frédéric Garat

♦ Sénégal : une fête qui se décline sur internet et par téléphone

Pour les croyants, la Tabaski est l'occasion de se retrouver en famille et d'échanger directement. Mais aussi par l'intermédiaire des téléphones et des réseaux sociaux.

Dès le début de la journée, les réseaux sociaux sont envahis de photos. On montre ses habits tout neufs, son mouton. Il faut être à la page. Des hashtags sont créés sur Twitter...

Bonne année, prières, voeux de réussite inondent les réseaux et les messageries

21-08-2018 - Par Vincent Dublange

♦ Mauritanie : quitter la capitale pour se retrouver en famille

Cette année comme par le passé, Nouakchott se vide d’une grande partie de ses habitants qui préfèrent aller fêter en famille, à l’intérieur du pays. Depuis trois jours, les gares routières sont prises d’assaut. Personne ne veut rater les retrouvailles familiales.

C'est un grand jour pour les musulmans. En ce jour, nous dépensons beaucoup d'argent pour répondre aux exigences du sacrifice. Là, je quitte mon travail à Nouakchott pour partager l'évènement en famille et dans mon village natal.

Retrouvailles familiales en perspective pour les Mauritaniens

21-08-2018 - Par RFI

♦ Egypte : les traditionnels égorgements de rue de moutons interdits

Cette année, le gouverneur du Caire a décidé d'interdire l'égorgement des moutons ou des veaux de l’Aïd al-Adha dans les rues comme cela s'est toujours fait dans la capitale égyptienne. Les contrevenants risquent une amende de 250 euros. Une mesure qui divise les Cairotes, notamment les conservateurs qui estiment que cela porte atteinte à la tradition ancestrale qui veut que l'égorgement ait lieu devant le domicile de celui qui fait le sacrifice.

Sous la pression de l'opinion, des provinces ont tenté d'interdire cette coutume. Peine perdue du fait de la conviction qu'il s'agissait d'une tradition religieuse. Mais les choses pourraient changer: les autorités islamiques comme la mosquée d’al-Azhar et le grand mufti ont fini par édicter des fatwas selon lesquelles les égorgements de rue étaient contraires à l'islam car ils portaient atteinte à la santé publique

L'interdiction d'égorger des moutons dans la rue est considérée comme un diktat par les conservateurs égyptiens

21-08-2018 - Par Alexandre Buccianti

♦ Algérie : les autorités mettent l'accent sur les mesures d'hygiène

Dans la matinée, ce 21 août, les médias algériens ont diffusé les images du Premier ministre Ahmed Ouyahia et d'autres hauts-responsables qui sont allés prier à la Grande Mosquée d'Alger à l'occasion de l'Aïd. De nombreux commerces sont fermés dans la capitale et beaucoup d'habitants ont quitté la ville pour aller passer ces deux jours de fête dans leur famille.

Cette année, les autorités algériennes veulent aussi mettre l'accent sur les mesures d'hygiène alors qu'entre 3 millions et 4 millions d'animaux sont sacrifiés pour l'Aïd dans le pays.

Dans toute la ville d'Alger, des affiches ont été placardées pour sensibiliser les Algériens au kyste hydatique. Si certaines bêtes sont malades, la consommation des abats peut être dangereuse.

En Algérie, le gouvernement veut sensibiliser la population aux mesures d'hygiène à l'occasion de l'Aïd

21-08-2018 - Par Leïla Beratto

♦ Au Sénégal, une fête, deux dates

Cette dualité est devenue presque une coutume au Sénégal. Une partie de la communauté musulmane, celle de la famille omarienne et des Ibadous, célèbre la fête de la Tabaski le 21 août. La majorité procède, quant à elle, au sacrifice du mouton le lendemain, le 22 août.

Pour la Korité, on était ensemble. La Tabaski donc, on doit être ensemble. Pourquoi deux Tabaski ? C'est pas normal ! Ça me dérange!

Tabaski: au Sénégal, une fête, deux dates

22-08-2018 - Par RFI



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : RFI
Commentaires : 0
Lus : 1079

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)