24-08-2018 14:30 - Mauritanie-Mali: que faisait IBK à Nouakchott?

Mauritanie-Mali: que faisait IBK à Nouakchott?

Le360 - Ibrahim Boubacar Keita (IBK), réélu à la tête du Mali pour un deuxième mandat de 5 ans, était ce jeudi à Nouakchott pour «une visite de courtoisie» d’une seule journée.

Ce déplacement intervient 2 jours après l’investiture du président réélu. Un timing qui suscite forcément de la curiosité et des interrogations. Aussitôt après son atterrissage à l’aéroport international «Oum Tounsy» de Nouakchott, le président malien a eu un entretien en tête avec son homologue mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz.

Ces échanges ont porté «sur les relations fraternelles existant entre les 2 pays, les voies et moyens de les renforcer et d’autres sujets d’intérêts communs», selon la presse gouvernementale.

Une rhétorique tirée du langage officiel, taillé dans la langue de bois. Le Mali et la Mauritanie sont membres du G5 Sahel aux côtés du Burkina Faso, du Niger et du Tchad. Sous l’impulsion de la France, ancienne puissance coloniale, ces pays ont créée une brigade conjointe chargée de lutter contre le terrorisme.

Pour le journal en ligne «Tawary», IBK «vient remercier le président Mohamed ould Abdel Aziz de son soutien indéfectible au peuple malien. Et d’exprimer sa grande satisfaction par rapport à l’aide sécuritaire apportée par la Mauritanie dans le cadre de l’organisation des 2 tours de l’élection présidentielle 2018. Ce qui a permis le déroulement du vote dans un climat de paix. Cet organe ne donne pas plus de précisions sur cette assistance sécuritaire».

Interrogé à ce sujet, un observateur des faits politiques et sécuritaires au Sahel, répond «ne pas avoir une idée précise de la nature de la contribution sécuritaire, financière ou logistique, de la Mauritanie au scrutin organisé fin juillet et début août au Mali.

Cependant, pour l’avoir vu à l’aéroport, je peux certifier qu’IBK était très heureux en arrivant à Nouakchott. Keita était accompagné de tout son staff de campagne. Ce qui du point vue politique est très significatif».


Mais au-delà du contexte post électoral malien, et de la donne sécuritaire sous régionale globale, une autre raison solide semble avoir pesé plus que toute autre motivation dans la visite du chef de l’Etat malien en Mauritanie ce jeudi. Il s’agit du cas de l’otage français Sophie Pétronin.

Dans une déclaration faite mercredi 22 août, veille du voyage du président malien à Nouakchott, Agnès Von der Muhli, porte parole du Quai d’Orsay, affirmait «la détermination des autorités françaises à obtenir une solution favorable» qui doit aboutir à la libération de la vieille dame. Le gouvernement subit une grosse pression de la part de la famille de Mme Pétronin.

Ce qui explique ce commentaire de la radio «Kassataya» qui émet sur la toile depuis Paris, laquelle croit savoir que «derrière la lutte contre le terrorisme islamiste se cacherait la volonté de l’Elysée de libérer la seule otage française au Monde, détenue actuellement par la principale coalition Jihadiste au Sahel alliée à Al Qaida, le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM)». Il s’agit de Sophie Pétronin, présidente de l’Association d’Aide à Gao (ville du Nord Mali), enlevée en 2016.

Le contexte politique intérieur dominé par l’affaire Benalla, et les brûlants dossiers politiques et économiques de la rentrée en France, empêchent le déplacement du président Emmanuel Macron. Ainsi «c’est le président malien qui a pris son bâton de pèlerin pour convaincre Aziz de donner un coup de pouce» dans les négociations visant à libérer l’otage française.

Par notre correspondant à Nouakchott
Cheikh Sidya




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Le360 (Maroc)
Commentaires : 1
Lus : 3295

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • diagorga3 (H) 25/08/2018 07:07 X

    Pauvre Mali. Ce n'est pas le peuple qu'il faut plaindre, mais le dirigeant. Etant certain de perdre, il a fait appel aux services du Grand Fraudeur de la région. Le ridicule ne tue pas.