24-08-2018 22:30 - Elections : si l’on n’est pas en mesure d’aider la CENI, il ne faut pas lui compliquer la tâche

Elections : si l’on n’est pas en mesure d’aider la CENI, il ne faut pas lui compliquer la tâche

Elhourriya - Le plus grand défi auquel la Commission électorale nationale indépendante (CENI) est confrontée, pour la tenue du scrutin du 1er septembre 2018, c’est la pléthore de candidats.

Première conséquence fâcheuse : le bulletin de vote lui-même. Son envergure mais aussi la difficulté pour des électeurs aux ¾ analphabètes de « reconnaître » leurs champions dans une cohorte de signes modernes et anciens. Mais la difficulté qui trouble aujourd’hui le sommeil des Sages de la CENI c’est celle des représentants des partis politiques, le jour du vote, au sein des bureaux.

Pratiquement, il est impensable que la centaine de formations politiques en course puissent tenir dans une salle. Vouloir être là, plutôt que de contribuer au bon contrôle du vote risque de créer le désordre. Les partis politiques auxquels la CENI aurait proposé d’agir au sein de leurs coalitions (majorité, CUPAD, FNDU), ne seraient pas enclins à cette solution pourtant la seule envisageable dans le cadre d’élections dont l’organisation sort de l’ordinaire.

A une semaine du scrutin, les différents protagonistes de cette opération doivent comprendre que le processus est irréversible. Les élections auront lieu. Et, si l’on est animé de bonne foi, mieux vaut aider la CENI à réussir son pari plutôt que de lui mettre des bâtons dans les roues (médias, partis politiques, etc) et de l’accabler par la suite.

Dans toute élection, ici ou ailleurs, la réussite dépend des bonnes dispositions de tous les acteurs. Ne dit-on pas que : « une seule main n’applaudit pas » (eyd wahda maa t’safeg ».

Sneiba Mohamed



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 956

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • sammbasy (H) 25/08/2018 07:22 X

    Les listes candidates sont dans leur droit d'avoir leur représentant dans les bureaux de vote, conformément à la loi. Quand on choisit de faire cavalier seul (CENI non consensuelle, dont l'indépendance et la compétence a été largement mis en cause par l'opinion), il faut assumer. En tout cas, le principal souci de l'opposition non représentée à la CENI c'est la transparence des élections. La CENI ou la HAPA devraient aussi s'intéresser au cas du Président de la Republique qui est en campagne avec les moyens de l'Etat (les avions de l'armée nationales en particulier) et dont les posters sont plantés le long des rues de Nouakchott. Du jamais vu...