29-08-2018 18:45 - Voilà pourquoi Aziz ne doit pas partir

Voilà pourquoi Aziz ne doit pas partir

Mohamed Hanefi - Ce jour-là, devant le portail de l’hôpital national, un jeune homme couché à plat ventre avait un poignard planté jusqu’à la garde dans le dos. Je le regardais, révolté par l’apparente inattention, mais surtout par l’inaction de ceux qui gravitaient autour de lui.

Pourquoi diable personne ne se penche pour retirer ce couteau ? Quand je posais la question à l’un des infirmiers, il me répondit : « impossible de retirer le couteau. Il va saigner de l’intérieur et mourir."

Il faut une chirurgie.

Étrange similitude avec le « Système », qui a pris possession d’Aziz et de la Mauritanie. Et qui d’une pierre a fait deux coups. Ce pays est difficilement conçu pour progresser et être libre. Et c’est le libre choix de ses citoyens qui en a décidé ainsi.

On ne peut empêcher personne de se faire harakiri, quand il le décide.

Ce peuple est tellement bon, tellement naïf, tellement impulsif, tellement facile, tellement crédible, tellement confiant que ses bergers en font ce qu’ils veulent et comme ils le veulent. Et son sort que depuis l’aube de l’indépendance son sort ne pouvait dépendre que de la rectitude, de la droiture et de la vertu de ses cadres.

Hors, le cadre chez nous cadre mal avec tout ce qui n’est pas son intérêt personnel, la priorité de ses proches sa vie sous les apparences et l’exploitation de tous ceux et tout ce qui tombent sous sa domination.

L’équation est donc faussée depuis le départ.

Le mal est d’autant plus grave et plus aggravé que la dextérité de chez nous à épouser les circonstances, à jouer les comédies depuis la religieuse, passant par la politique, brûlant les feux du social, aveuglant les yeux de la censure et de la morale, font de notre élite des commandos blindés, capables de faire voguer les navires, sur les dunes de sables.

Personnellement je ne vote personne, je n’ai jamais voté personne. Comme tout ce qui est sur le dos de la terre de ce pays, mon droit de vote de citoyen vivant l’exil, a été phagocyté par cette situation anormale, anachronique et déséquilibrée, qui fait qu’une jalousie douloureuse me prend aux tripes, à chaque fois que je passe dans un pays, où le citoyen, peut marcher en levant la tête. Je peux cependant, et j’en remercie ceux qui m’en ont au moins laissé le droit, exprimer mon opinion sur une situation, qui pour sûr, nous mènera à une catastrophe certaine.

Je viens de passer deux mois et demi dans le pays. Période au cours de laquelle, j’ai fui la capitale, la politique et les politiciens.

C’était une bonne chose.

Mais en même temps j’ai pu constater avec tristesse et amertume, comment ces citoyens, pour la plupart vivant sous les vapeurs, qui tardent à se dissiper d’une civilisation et de traditions, qui en ont fait une cible facile, pour tous les malhonnêtes du pays et d’ailleurs, sont en danger.

J’ai vu de mes yeux et entendu de mes oreilles, comment les démons du tribalisme, du clanisme, du racisme, des vieilles haines, ont été brutalement tirés de leur sommeil. Réveillés et tirés des fonds du monde de l’obscurité et de l’obscurantisme abjecte, pour manipuler les masses. Le but, jamais avoué est d’en faire des catapultes aveugles, pour pulvériser les obstacles aux chefferies, aux hégémonies, au profit et au leadership, qui ouvre les sésames des commandes de l’influence et de l’argent.

Des citoyens en argile, avec lesquels on fabrique la poterie qu’on veut, selon la situation qu’on désire et le siège convoité, pour poser un derrière.

Las ! Quelle honte et quelle fourberie. Vendre son pays, ses parents, ses frères, ses sœurs, et la carte de son existence pour un siège ou un confort, fades et délavés par le nombre de fois où un postérieur s’est posé dessus.

Non ! Et ce n’est qu’un avis. Ce n’est que mon avis : Aziz, ne doit pas partir, tant que nous n’avons pas vu qui remplira son siège, de façon différente.

Ceci ne le dédouane nullement de la responsabilité, d’avoir plié à un moment donné aux toiles d’araignée de la gabegie, qu’il avait fustigé à Nouadhibou. Un jour qu’il tirait à boulets rouges sur « ceux qui semblent ne pas avoir pitié de ce pauvre peuple ». Ceux qui disait-il « ne pensent qu’à fournir le fourrage pour leurs chameaux et leurs moutons. ».

Aujourd’hui le fourrage est pour les V8, les Villas, les mariages, les randonnées dans le monde sur le compte d’un peuple qui plie sous la misère. Un fourrage tellement gras que notre cheptel en a crevé de cholestérol.

Bien que le but de ce texte ne soit de critiquer personne, je ne peux m’empêcher de rappeler certaines horreurs, qui ne peuvent en aucun cas rimer avec l’intention de vouloir briguer ou même prétendre vouloir un bien pour ce peuple. Car on ne peut avancer en reculant.

Avec toutes les réalisations (plutôt pour les beaux yeux des bourgeois), des vagues intarissables de citoyens continuent à mourir brutalement si ce n’est par la faim ou l’ignorance, ils finissent pulvérisés sur le dos arqué et rugueux de ces monstres de routes nationales, dont la soif de sang ne s’étanche jamais et qui semblent rigoler de notre prétention à être un pays civilisé.

La sècheresse qui sévit, a désaxé des paysans ahuris, qui ne trouvent ni sensibilisation, ni aide. Et bien sûr, quand on sait que l’ingénieur, les spécialistes, les techniciens et mêmes les hâbleurs tout court, sont en campagne, pour être députés et de députés, ils seront des « parleurs ». Ils tourneront la langue pour un salaire facile et une influence, pour une tutelle qui ne leur pèsera jamais sur la conscience. Aux prochaines élections, ils reprendront le manège. Et avec le temps le coup par coup deviendra automatique. Ils pourront mitrailler les constitutions, les conventions, les habitudes, les traditions et les usages.

Quand l’homme se tue à être Dieu, souvent il devient moins qu’une bestiole. Le vrai face à face n’est pas entre les politiciens ou les partis politiques. Ils sont tous animés de la même intention et la même convoitise.

Le vrai conflit se situe entre un peuple bon faible, malléable, contre des groupes de ses enfants qu’il a générés dans l’espoir et qui l’assassinent par gourmandise.

Aziz ne doit partir qu’après avoir expliqué pourquoi il a tué l’espoir qu’il a fait naitre dans les poitrines des pauvres. Et pourquoi il a permis aux vautours et aux rapaces de continuer à planer dans le ciel du pays pour le dominer et le maitriser, contre tout intérêt supérieur de la nation. Pourquoi il a joué sur les vieilles cordes du tribalisme, au point de mettre le pays en péril et diviser ses enfants pour des échéances indéfinies.

Pourquoi l’enseignement est-il dans cette situation sous le règne d’un homme sur lequel tous les espoirs étaient fondés.

Pourquoi cet écart immoral entre celui qui mange et celui qui n’a rien à se mettre sous la dent. Etc… Aziz a été responsable, pour une décennie de la vie et de la mort de centaines de citoyens. Il doit expliquer, s’expliquer, pour que nous puissions le situer dans l’histoire du pays dans la place bonne ou mauvaise selon sa prestation.

Il doit lui-même demander des comptes à tout celui qui l’aurait induit en erreur, si inducteur en erreur il y a. C’est ainsi que les pays avancent et c’est ainsi que personne ne sera tyrannisée par la fausseté des jugements.

La répétition de ces scénarios, devient éprouvante pour nous autres les « cibles- proies ». Celui qui remplacera le président Mohamed ould Abd Aziz, doit étaler ses stratégies, et qu’elles ne soient pas la traditionnelle litanie contre l’autorité précédente, pour bouffer à la place de celui qui bouffait déjà.

C’est fini ! cette stratégie est désuète et délavée par les rafales de mensonges et les orages de promesses non tenues…jamais tenues qui la caractérisent. Craignez Dieu dans ce peuple. Vous finirez tous un jour dans une tombe.

Nous en avons marre ! S’il faut opter pour un moindre mal, nous choisissons celui qui est déjà rassasié. Au moins, peut-être, il laissera tomber quelques miettes pour le pauvre. Nous avons tout vu, tout entendu, tout avalé et nous connaissons qui vous êtes.

Mes deux dernières nuits à Nouakchott, dans la cacophonie de hauts parleurs, qui n’expriment rien d’intelligible, mais qui assourdissent le citoyen, pour lui faire perdre l’ouïe et les pédales avec. Je me suis souvent demandé, les yeux grands ouvert dans l’obscurité, « Ces gens-là que diront-ils à Allah le jour de la rétribution. ».

Je ne pouvais savoir s’il s’agissait de Jamil Mansour, de Messaoud Boulkheir, d’Ahmed Daddah, de Biram, de « Tawa soûl », Sawab, UPR, d’un mariage ou du Sabar d’un baptême Wolof dans les environs. Le même tintamarre flou et envahissant de griots qui chantaient, des tam-tams sourds et lourds, qui m’empêchaient de fermer les paupières, alors que je devais être à l’aéroport à trois heures du matin, pour un long voyage.

J’ai quitté mon pays sans comprendre pourquoi un si authentique pays ne vaut-il même pas quatre sous pour ses enfants. Et comment pour des pacotilles éphémères, on peut vendre tout ce qu’on a de plus cher.

يا ويلكم من الله.

Mohamed Hanefi. Koweït.



"Libre Expression" est une rubrique où nos lecteurs peuvent s'exprimer en toute liberté dans le respect de la CHARTE affichée.

Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.


Source : Mohamed Hanefi
Commentaires : 8
Lus : 3163

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (8)

  • nemahaidara (H) 30/08/2018 14:01 X

    Et si notre cher Mohamed ould Hanefi se préparait avec "armes et bagages" à se ranger ? Comment comprendre ce pamphlet digne de ceux qui ont appris "l'art de vaincre sans avoir raison"? Si tu es décidé à franchir le pas en relativisant tout , et rejoindre le camp de l'opulence et de l'oppression , on ne peut que regretter , mais le mensonge si enjolivé soit il finit par se savoir , si tard soit il.

  • alhagh (H) 30/08/2018 11:43 X

    cher Hanefi N'acceptez pas d'être trompé ou d'emarger aux RG pour des meittes que vous pouvez ganger honnetement, tranquille en ame et cosncience. Je pense qu'être amibigu ne vous sert pas et ne sert pas le changement; malgré mon peu estime pour la plupart des acteurs politiques (excepté un certain Ahmed Daddah et Mohamed Maouloud), je pense que denigrer tout le monde est une vieille manoeuvre des renseignements pour annuler toute veilleité de choix pour le changement; Aziz est destructeur; il n'y a rien à dire ni ajouter et n'importe qui peut etre facilement meilleur que lui. Nous ne sommes pas des anges mais ce peuple et sa classe politique récele pour sur des hommes et des femmes de qualité plus juste et plus compétent que ce soldat de niveau Bac-7. Cessons de tromper le peuple. Quel pays Al Hagh

  • pyranha (H) 29/08/2018 23:28 X

    décidément Hanefi ,une équation complexe.Dire qu'il faudrait s'accrocher à ce tyran en attente de voir mieux me pose problème, j'espère que lui aussi n'est pas Krombelisé .Franchement je me demande comment ces gens peuvent-ils se permettre un tel mépris à ces pauvres citoyens chaque jour martyrisés ? Hanefi tu es dans ton Koweït à l'abri de tout souci cessez de nous imbeciliser de grâce trop c'est trop.

  • craicra (H) 29/08/2018 23:04 X

    Nombreux semblent s'accorder qur rien ne va chex nous. Mais à qui la faute? Ne me dites pas qu'à eux seuls Daddah, Haifalla, Maaouya, Ely, Sidi et Aziz peuvent détruire le pays. Peut on developper un pays sans société homogène du point de vue patriotique où chaque citoyen à sa place?

  • bleil (H) 29/08/2018 22:38 X

    Non ! notre avis est que votre ami Aziz doit se résigner à quitter le siège qu’il ne remplit pas et qui ne lui sied pas … ces idiots, vous savez de quoi je parles, doivent partir pour que cesse le saccage du pays, de ses valeurs morales, de son élite intellectuelle et de ses paisibles populations … Rien n'est si contagieux que l'exemple, et une fois qu’un président, digne de ce nom, légitimement choisi dirigeant une équipe gouvernementale de haut niveau pour remettre le pays sur les rails du progrès socio-économique alors les citoyens sauront que l’heure de la vérité a sonné … On devrait interdire la politique aux angoissés (racistes, les Sdf, les peshmergas, les talibans et autres illuminés…), ce sont des proies faciles : ils ont la faiblesse de croire, l’espace d’une campagne électorale, qu’ils ont droit à leur part de bonheur…

  • billal (H) 29/08/2018 21:25 X

    Un bel article riche en remarques pertinentes du quotidien pas trés gai de notre pays. Encore une fois merci Hanefi. يا ويلهم من الله

  • Ksaleh (H) 29/08/2018 20:15 X

    Merci Mr Hanefi de ce carnet de voyage pas du tout exotique ! Merci de poser ici en clair la lugubre situation de notre pays, avec à sa tête Mohamed Ould Abdel Aziz qui doit rester, mais pas pour les raisons que vous évoquez, mais pour achever le travail de destruction qu'il mis oeuvre depuis 10, il faut qu'il achève son travail, c'est ce que nous méritons, nous qui avions tout permis.

  • Adiekodda (H) 29/08/2018 20:09 X

    Bravo! Rien à rajouter car vous avez tout dit mais seriez-vous écoutés et entendus. Pas sûr. Croire au pouvoir d'un seul homme et ignorer celui qui detient le pouvoir éternel n'est rien d'autre qu'absence de foi. Il est où cet islam qu'on chante partout dans ce pays .