31-08-2018 16:33 - En Mauritanie, le président entend garder le pouvoir

En Mauritanie, le président entend garder le pouvoir

La Croix - Les élections législatives ont lieu vendredi 31 août à moins d’un an de l’élection présidentielle que le président Aziz pourrait à nouveau briguer pour un troisième mandat. Qu’il semble loin le printemps dernier, lorsque le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz déclarait, dans un entretien à l’hebdomadaire Jeune Afrique : « Je me conforme à la Constitution, qui limite à deux le nombre de mandats présidentiels. »

À la veille des élections législatives du 1er septembre, à huit mois de l’échéance présidentielle, le général arrivé au pouvoir par un putsch en 2008, élu président en 2009 et réélu en 2014, ne tourne plus autour du pot.

En battant campagne dans le pays grand comme deux fois la France et peuplé d’à peine quatre millions d’habitants, il a déclaré mardi 28 août  : « Ceux qui parlent souvent de troisième mandat doivent d’abord gagner les législatives et permettre à l’UPR [l’Union pour la République, son parti majoritaire] d’obtenir une majorité écrasante au Parlement. » « Le peuple unanime pour un troisième mandat », titrait le lendemain le site en ligne Taqadoum.

« Nous vivons sous un régime militaire en Mauritanie, rappelle Fatimata Mbaye, présidente de l’association mauritanienne des droits humains. Le président entend finir son programme qu’il juge inachevé après avoir supprimé le sénat, changé l’hymne national et le drapeau, et introduit une nouvelle monnaie ce qui, de fait, revient à une dévaluation. Il ne lâchera pas le pouvoir. »

Une mainmise sur le pays facilitée par l’absence de garantie de transparence du scrutin, sans observateurs internationaux, et par le morcellement de l’opposition (98 partis politiques participent au scrutin). D’autant plus que l’une des figures les plus populaires et bête noire du régime, le militant anti-esclavagiste Biram Dah Abeid, est incarcéré depuis le 7 août et ainsi empêché de participer aux élections.

Les autorités s’attaquent à ceux qui veulent combattre l’esclavage persistant dans ce pays qui figure en queue de liste en matière de développement humain, classé 157e sur 179 pays par les Nations unies.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 1773

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)