06-09-2018 10:35 - Le président mauritanien joue avec le feu

Le président mauritanien joue avec le feu

Mondafrique - Le dictateur Mauritanien, Ould Abdel Aziz se croit le plus intelligent sur terre.

Rattrapé par l’histoire de sa main basse sur les ressources du pays et par celle de l’injustice qu’il fait subir aux Mauritaniens en général et aux noirs du pays en particulier, il ne se voit pas une sortie honorable. C’est pourquoi, il cherche vaille que vaille à tordre la main au peuple en changeant la constitution pour légitimer son troisième mandat.

Pour justifier une telle forfaiture, il travaille depuis un certain temps à l’avènement des Islamistes comme première force de l’opposition. Ainsi, sa candidature pour un troisième mandat serait justifiée comme étant celle du Deus Ex Machina venu freiner l’avancée tumultueuse des Islamistes.

Ce qu’il oublie c’est que le terrorisme qu’incarnent les barbus et la dictature dont il est le porte-drapeau sont tous les deux des fléaux désastreux condamnés, aussi bien par l’opinion internationale que par l’opinion nationale.

Toute sa gymnastique lors de ces dernières « élections » était de prouver que les deux forces politiques en Mauritanie restent : l’UPR, son parti politique et Tawassoul, les Islamistes.

Sauf qu’il oublie que d’autres dictateurs, de loin plus intelligents que lui et de loin plus tenaces, ont tenté de manipuler leur Constitution pour un troisième mandat sans succès : ils ont été chassés du pouvoir par leur peuple qui n’en voulait plus. C’est sans doute ce qui attend notre général, Ould Abdel Aziz.

Abda Wone



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Mondafrique
Commentaires : 5
Lus : 4601

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • ASSOCIATION MAIN PROPRE (H) 06/09/2018 19:21 X

    Nul ne doute que l’auteur de cet article insensé est ridicule. Abda Wone a toujours inventé de toutes pièces ces articles torchon. Ce faux journaliste s'appelle ABDALLAH WONE . Il s'agit en réalité d'un faux refugié mauritanien vivant au Sénégal. VIVE AZIZ ET VIVE LA NOUVELLE MAURITANIE

  • Ould Yarg (H) 06/09/2018 14:15 X

    Mr Wone je vous suit depuis une decenie et je trouve que vous avez une haine accerbe contre la Mauritanie qui est votre pays. tu reclame d'etre journaliste, defenseur des droits humains et des causes des noirs mauritaniens, tant mieux, mais qu'est ce que tu as apporte a ton pays depuis que tu insulte tes compatriotes,??? ne serait-il pas mieux de rentrer au bercail et travailler de l'interieur pour changer ce qui ne va pas dans ton pays?? C'est facile de rester a Dakar,et de lancer des insultes a l'autre cote du fleuve. le courage c'est de faire face a la realite et transformer les choses par un debat d'idees pas des accusations comme ce president dictateur machin..... Je sais que tu cherche l'attention, mais ce n'est pas de la faute de la Mauritanie si cela te manque Mr Wone, Certes tu as quitte le pays ou deporte a l'age de 8 ans mais saches que la fuite vers l'exterieur n'est pas la solution pour regler nos problemes Mauritaniens.

  • mystere1 (F) 06/09/2018 13:03 X

    Je ne sais pas si notre prési joue avec le feu, ou pas, et même si comme vous le dites cher confrère Abda ! que d'autres dictateurs plus tenaces et intelligents avant lui dans d'autres pays, lui avait devancé en l'art de dictature, les mentalités de nos peuples sont différents, ceux des autres se sont réveillés, alors que le notre dort encore, on est un peuple de lâche,connu pour la traitrise de certains, l'hypocrisie, et bien sûr la corruption ! finalement l'on se demande vers qui se tourner et qui est qui, ainsi tant que nous peuples mauritaniens, ne se débarasseront pas de nos préjugés, mauvais sentiments, l'insolidarité, le racisme et j'en passe à tous ces maux que nus endurons, alors sachez que seydi Wone, rien n'ira dans ce pays, même si un autre dirigeant correcte viendra après, le problème ce n'est pas le prési seulement, c'est tout un peuple mon frère ! même si on est dans le régime militaire, il n'y aura que soit deux options afin que le pays se redresse, soit par la guerre psychologique des consciences par l'esprit de solidarité, de respect à son prochain, de l'unon des peuples sans distinction de races, ethnies, et non la guerre violente civile qui ne fera que reculer en bas ce pauvre pays ! c'est vrai que c'est reconnu que les noirs mauritaniens ne sont pas soudés, au contraire ils sont désunis par traitrise, méchanceté, et j'en passe à tous les maux, alors que les arabo-bèrberes eux sont unis, soudés malgré leurs differents internes entre eux ! au final tant que noirs et blancs ne seront pas compris, aimés, et unis, alors le pays ne méritera pas le titre de RIM, car Deu Veut que nous soyons unis et non désunis, ce n'est pas un hasard qu'IL A Destiné les peuples du nord et du sud des 2 afriques blanches et noires, à cohabiter dans cette mauritanie devenue métisse, de ses habitants noirs autochtones comme les indiens d'amériques, donc Abda le problème n'est pas le prési seulement, c'est tout un peuple qu'il s'agit, et hélas, si cela continue, ce sont les générations futures qui en payeront le prix très cher, et être victimes de guerres génocidaires, que Dieu nous en Sauve et Garde, Amin !.

  • medabdul (H) 06/09/2018 12:48 X

    trop pessimiste comme pamphlet;ce q'on veut c'est la stabilité. la paix que AZIZ reste 20 ou 30 ans tant qu'il y'a la paix SOIT; y'a pas de démocratie dans toute l’Afrique qu'on nous tympanise pas avec cette notion bidon a l'aune de l'occident qui a carbure 1000 ans avant de parfaire leur démocratie et encore;......

  • pyranha (H) 06/09/2018 11:31 X

    Mr WONE votre analyse est certainement pertinente, mais si et seulement si vous vous adressiez à des citoyens qui ont quelque chose dans les cranes et dans les tripes on aurait compris. Les citoyens Mauritaniens, manipulables comme des robots ne bougeront jamais même si on les immolait un à un. Ce qu’on a ici comme parti d’oppositions n’en sont pas un, tous roulent pour leur propre intérêt .L'exemple le plus marquant est celui de Boghé où quelques énergumènes exempts de toute dignité et d’honneur mènent si facilement toute une ville à la guillotine en les faisant choisir par les urnes leur propre bourreau, et qu’ils ne cessaient pourtant de vilipender il a quelques mois. Mais bien que des voix d’un extrême radicalisme commencent à fendre l’horizon du refus de la forfaiture, il restera toujours à ces victimes innocentes , à ces veuves et orphelins à ces exclus de leur droit de propriété une ultime chance d’un assaut et d’un sursaut massif et définitif de dénonciateurs.