06-09-2018 15:58 - Entretien avec Aboubacar Soumaré, candidat de l’AFCD à la mairie de Sebkha

Entretien avec Aboubacar Soumaré, candidat de l’AFCD à la mairie de Sebkha

Le Calame - Les électeurs de Sebkha ont voté, le 1er septembre. En tant que candidat, comment avez-vous vécu cette journée au niveau de votrencommune ?

Aboubacar Soumaré : Assalam 3aleykoum. Je tiens en mon nom personnel et en celui du parti de l’AFCD (Avant-garde des Forces de Changement Démocratique) à remercier tous les habitants de la commune de Sebkha pour l’accueil qu’ils nous ont fait et la confiance qu’ils nous ont accordée.

Cette journée électorale a été très intense. Eprouvante pour les électeurs qui ont fait preuve de beaucoup de combativité afin de retrouver leur bureau de vote et de patience dans les files d’attente. Je tiens encore une fois à les remercier pour avoir participé avec conviction à ce processus démocratique vital pour le vivre ensemble et le bon fonctionnement de nos institutions.

Le jour du vote concentre tous les espoirs et toutes les tensions après une pré-campagne de plus de deux mois et une campagne de deux semaines pendant lesquelles nous avons opté pour une communication de proximité, faisant du porte à porte, rencontrant les citoyens chez eux et répondant sans détour s à toutes leurs questions.

J’ai passé cette journée sur le terrain avec les habitants de Sebkha et mes équipes m’impliquant à la fois dans l’opérationnel et dans la coordination. Une très belle expérience.

Les électeurs et leurs candidats attendent encore les résultats. Et dans cette circonscription, il y avait près d’une cinquantaine de candidats. Pensez-vous que le jeu a été loyal ? Y’aurait-il eu de manœuvres frauduleuses, comme le pointe déjà l’opposition, en particulier, l’AEOD?

Il y a eu exactement 45 candidats aux élections municipales de Sebkha. D’après mes informations les opérations électorales en ce qui concerne les municipales à ce stade ont été plutôt loyales.

Il y a eu bien évidemment des entorses à la loi telles que : des extraits de procès-verbaux non signés ou carrément non remis aux représentants des partis dans les bureaux de vote des représentants de partis mandatés non admis dans les bureaux de vote sans une « intervention » des représentants exclus illégalement des bureaux de vote pour contestations. Si la liberté d’expression n’est pas respectée dans un bureau de vote au moment où la démocratie s’exprime, où le sera-t-elle ? et la plus grave qui m’ait été reportée et pour laquelle j’attends confirmation : une falsification assumée des chiffres dans le bureau de vote 24 de l’école 4. Comme je l’ai dit j’attends confirmation.

Ces dérives sont à mon sens plus du fait du manque d’expérience et de coopération de certains présidents de bureau de vote « dictateurs » qui ne saisissent pas le sens de la démocratie et de la liberté que d’une instruction de la CENI ou de l’Etat.

Il y a également beaucoup de rumeurs qui circulent au moment des élections. Si nous exigeons de la rigueur auprès des membres de la CENI, nous devons également en avoir quant au traitement de toutes les informations qui nous arrivent.

Je tiens ici à féliciter ceux des présidents de bureau qui ont été exemplaires, rigoureux et courtois dans la gestion des opérations électorales les concernant.

Ce scrutin aura été marqué par le un nombre élevé de bulletins nuls. Comment analysez-vous ce phénomène ?

Le grand gagnant de ces élections est le parti « Bulletins nuls ». Plus de 2.600 nous concernant dans les municipales à Sebkha.

Ceci s’explique par :

le modèle de bulletin de vote et le très grand nombre de candidats. Ce n’est pas facile de retrouver son logo imprimé en tout petit dans le document au milieu de tous les autres et de cocher dans la case minuscule correspondant sans dépasser les conditions d’accueil des électeurs qui sont très difficiles. Par exemple j’ai voté dans le bureau 60 de la commune de Sebkha. Le bureau a ouvert avec 4 heures de retard faute de couvercle sur les caisses électorales. L’endroit était exigu, sans lumière, il n’y avait pas d’éclairage. L’isoloir faisait moins d’un mètre carré et la toute petite table à disposition était très basse. Ce sont des conditions très défavorables à un vote serein.

L’analphabétisme également est un réel problème dans notre pays. Il faudrait dans le long terme évidemment développer l’éducation mais à court terme pour les élections plus d’assistance aux votants dans les bureaux de vote.

Pensez-vous qu’au sortir de cette élection on saura lire la carte politique et donc envisager dans la sérénité, l’échéance de 2019 ?

En ce qui concerne la commune de Sebkha, nous avons eu 46 candidats dont une candidature qui a été rejetée. Cette multiplication des partis politiques et des candidatures traduit une dissolution évidente du tissu politique.

La politique à mon sens n’est ni mensonges ni affaires. La politique est un engagement, un sacrifice, la défense de nos valeurs pour une société meilleure. La politique est une responsabilité.

Pour l’échéance 2019 les choses ont l’air un peu floues avec Monsieur le Président de la République qui s’engage à respecter la Constitution dont il est le garant et son entourage politico-administratif qui se met hors-la-loi en scandant un troisième mandat. Cette confusion qui, je l’espère, n’est pas calculée est un message extrêmement négatif envoyé à nos concitoyens à qui on doit montrer l’exemple de la légalité. Les institutions de notre pays sont souveraines et respectables. Elles ne doivent pas souffrir de telles contradictions. Si le porte-parole du gouvernement ne respecte pas la Constitution de la République Islamique de Mauritanie, pourquoi le citoyen lambda s’arrêterait-il à un feu rouge ?

Ce que je retiens en tout cas de mon expérience après ce premier tour est que les mauritaniens ont envie de s’en sortir. Le développement qu’ils réclament demande une vision, un programme, des outils de mesure d’avancement et surtout les hommes qui vont mener les actions à bien.

Les mauritaniens ont besoin de sincérité politique et dans les faits. Ce n’est plus vraiment une question de partis politiques. C’est une question d’hommes.

La campagne électorale aura été marquée par la très forte implication du président de la République en personne qui a appelé ceux qui souhaitent un 3e mandat de donner une majorité écrasante à l’UPR, principal parti de la majorité présidentielle qui venait de récolter, il y a quelques mois, près 1,2 million d’adhérents. Quels effets a produit cette implication du président et partant l’administration ?

Dans la commune de Sebkha, les résultats provisoires me donnent très largement en tête. L’UFP et l’UPR se battent pour la 2ème place avec un petit avantage pour l’UFP et avec l’UPR qui use de tous les recours possibles à sa disposition pour inverser la tendance.

Monsieur le Président de la République doit être au-dessus des querelles de chapelles, être garant de la constitution et éviter toute autre tentation dont les conséquences seraient néfastes pour la démocratie et peuvent mettre en péril la cohésion et la stabilité sociales.

L’implication de Monsieur le Président de la République n’a pas influencé les électeurs de Sebkha pour les municipales. Cela traduit une nécessité urgente de changer de politique locale en ce qui concerne cette commune. Elle a besoin de transparence économique, d’écoles, d’infrastructures sportives, culturelles, artistiques et de santé. Elle a besoin qu’on s’occupe d’elle avec sincérité.

C’est sur le terrain du développement que nous sommes jugés par nos concitoyens.

Propos recueillis par DL



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 4
Lus : 2636

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • sraghaa (H) 07/09/2018 14:06 X

    Bravo à SOUMARE ,je suis sûr qu'il fera un très bon maire .LES SONINKE sont les meilleurs de MAURITANIE en valeurs humaines .

  • maestro (H) 06/09/2018 18:27 X

    Kome ou horre ou dinka les soninke ne vive des ruines dee halpoular. Votre jeu est clair. Aller jusqu au bout pour voter communautaire. Partout vous faites pareil.

  • hamadel (H) 06/09/2018 16:51 X

    Bon courage petit frère AKA(l’honnête) les populations toutes confondues de la commune de sebkha te font confiance et t'accompagnent dans tous tes projets politiques actuels et futurs un habitants de baraque police .

  • simballa (H) 06/09/2018 16:38 X

    Salam Les soumaré sont des débbé goumé vous avez raison de sollicité la mairie car chez nous, nous dirigeons les villages soninké et pourquoi pas une commune à NKTT. Hoorré parmis les Hoorrés n'en déplaise les komé