17-09-2018 12:00 - Le Mali, la Mauritanie et le futur protectorat de l’Azawad en bordure du Sénégal (Par Babacar Justin Ndiaye)

Le Mali, la Mauritanie et le futur protectorat de l’Azawad en bordure du Sénégal (Par Babacar Justin Ndiaye)

Dakaractu - Après le vacarme électoral et l’investiture sobre du Président Ibrahim Boubacar Keita (le calendrier sino-africain avait bloqué plusieurs chefs d’Etat à Beijing), le compte à rebours a commencé simultanément à Bamako, Nouakchott, Alger et Paris.

La paix au pas de charge (à vive allure) meuble le second mandat du Président malien qui est pris en étau par des faisceaux de pressions, tous vecteurs d’urgence et d’accélération dans l’application correcte de l’Accord d’Alger du 15 mai 2015. A cet égard, des signes structurants du sort du Nord-Mali sont tantôt signalés, tantôt observés et toujours guettés.

Et tous convergent vers un remodelage institutionnel et territorial du Mali. Le ton est donné, à l’unisson, au sortir de la cérémonie d’investiture du 4 septembre, par les ambassadeurs de France et d’Algérie à Bamako.

Leurs Excellences, Evelyne Decorps et Boualem Chebihi, ont dit à IBK – par médias interposés – que la paix et la sécurité sont les attentes de leurs gouvernements respectifs. Le cahier des charges est ainsi collé et imposé au Président réélu.

Dans cette optique, la lecture et l’analyse de quelques évènements récents ou en cours, pré-dessinent un schéma inspiré par l’Accord de paix d’Alger mais amendé et amélioré dans un sens (présumé) politiquement plus digeste. Un Plan de paix vraiment inédit. Convenons-en, le ver de la partition du Mali était déjà dans le fruit, avant d’être glissé, aux forceps, dans une chemise déposée sur la table de travail d’IBK. En effet, l’Accord d’Alger du 15 mai 2015 constitue, en lui-même, une oraison funèbre pour le Mali, jusque-là, Etat entier et indivisible sur la mappemonde.

D’où sa difficile voire sa périlleuse application par le Président de la république qui en est pourtant le cosignataire. Le référendum qui devait constitutionnellement préluder à sa mise en œuvre, est abandonné face à l’énergique réprobation du peuple massivement descendu dans la rue, pour conjurer toute velléité de démantèlement du « Grand-Mali ». Un blocage que la France désireuse de décamper (BARKHANE coûte cher et s’ensable) contourne habilement par le parrainage d’une entité étatique dénommée Azawad qui sera placée sous la tutelle de la Mauritanie. Un Protectorat formellement maintenu dans l’ensemble malien mais étroitement rattaché à la Mauritanie qui le sécurisera, en lieu et place, de l’armée de Bamako définitivement interdite d’accès à Kidal.

Plusieurs faits alertent et intriguent les observateurs. D’après nos confrères du site Africa-Kibaru, une colonne d’une quinzaine de véhicules de l’armée mauritanienne est entrée à Kidal, dans la nuit du 11 au 12 septembre. Le détachement précurseur est commandé par le Colonel Ahmed Mohamed Abdi. Immédiatement, les contacts entre l’officier mauritanien et ses collègues français de BARKHANE ont commencé. Informations ni confirmées ni infirmées par le gouvernement muet de Bamako.

Après l’alerte donnée par Africa-Kibaru, Dakaractu a interrogé des journalistes du site Kidal-infos qui ont répercuté des rumeurs persistantes. Des rumeurs qui enflent sans cesse et précisent que la base principale et le PC des soldats mauritaniens seront implantés à Essouk, à 45 km de Kidal. Pour l’instant, selon les derniers échos, le matériel et quelques militaires mauritaniens bivouaquent non loin des Abattoirs de Kidal. Question : Nouakchott pose-t-elle les premiers jalons d’une annexion convenue et, surtout, bénie par Bamako, Alger et Paris ?

En tout cas, chacun des trois pays trouverait des motifs de bénédiction et de satisfaction dans un tel cas de figure. La France allègerait son dispositif puis mettrait progressivement un terme au lourd volet malien de BARKHANE, tandis que l’Algérie serait moins inquiète et plus heureuse de voir l’armée française assez éloignée de sa frontière. Mieux, les Algériens apprécieraient, sans aucun doute, une tutelle rampante de la Mauritanie, un pays ami qui a reconnu, dès 1979, le Polisario.

Et qui, demain, stabiliserait l’Azawad, en encadrant la future armée régulière du MNLA. Vu d’Alger, la permanence de la présence et l’accroissement de l’influence de la Mauritanie (pays arabo-africain) seraient le moindre mal dans le Nord-Mali. Quant au Président Mohamed Abdelaziz, il saisirait cette aubaine octroyée par Macron et IBK, pour asseoir son leadership dans le Sahel. Une division géopolitique du travail qui ferait du Président Idriss Déby, le Clausewitz du Sahel et du chef de l’Etat mauritanien, le Bismarck du G5. Dans l’attente de la dissipation du brouillard encore épais autour du débarquement de l’armée mauritanienne à Kidal, admirons la maestria dans cette manœuvre exécutée par le Général Aziz ! Un double champion du coup de poker et du jeu clair-obscur. Après avoir joué sa partition dans la déstabilisation de son voisin, « l’homme fort de Nouakchott » se pose en sauveur du Mali au bord du naufrage.

Pour les milieux bien informés, les visées de la Mauritanie sur le Mali ont fait l’objet d’une réelle planification. Rien n’a été improvisé. Grandement servie par l’histoire et la géographie, la Mauritanie possède une grande et pointue connaissance du Mali (ex-Soudan français) dont elle a avalé, en 1941-1945, les villes de Néma et d’Aïoun el-Atrouss, à la faveur d’un redécoupage territorial subitement opéré par le Gouverneur Christian Laigret. D’où le gros vivier de « Maures de culture bambara » bien éparpillés dans l’administration, la police et les armées mauritaniennes.

Le Général Hanena Ould Sidi, nouveau Commandant en chef des Forces du G5 Sahel en est la parfaite illustration. Natif de Néma (département de Bassiknou), ce n’est pas un hasard, si le Président Abdelaziz en a fait le Patron du QG de Mopti et, par ricochet, le Proconsul du Sahel, une sorte de Général Mc Arthur de la bande saharo-sahélienne. Exactement dans le même que le pugnace Général américain joua, jadis, au Japon et dans le Pacifique. Avant la nomination du Général Hanena Ould Sidi, c’est un autre Maure-bambara, le Colonel Hassan Koné, attaché militaire et haut cadre des services de renseignement mauritaniens qui a supervisé, depuis l’ambassade de Mauritanie à Bamako, tout le processus qui débouche, aujourd’hui, sur le protectorat programmé de l’Azawad. En mai 2014, le Colonel Hassan Koné prépara – en tant qu’éclaireur de pointe – la brève visite de médiation du Président Mohamed Abdelaziz, à Kidal.

Le savoir-faire personnel du Président Mohamed Abdelaziz n’est pas en reste. Bien au contraire. L’action couronnée de succès a été préparée de longue main. En effet, le chef de l’Etat mauritanien a été le parrain et l’artisan, au plan logistique, de la réélection contestée d’IBK. Les gros des moyens de la campagne électorale ont été fournis par Nouakchott. IBK a fait le tour du Mali, à bord d’un avion de « Mauritanie Airways ». Beaucoup de véhicules 4X4 allongeant indéfiniment les cortèges du candidat IBK, gardaient intacts leurs numéros d’immatriculation RIM. Il n’est donc pas étonnant – par voie de conséquence – que la première visite à l’étranger du second mandat d’IBK soit effectuée, le 24 août, en Mauritanie. Avant son investiture.

Un axe Bamako-Nouakchott tellement fluide qu’il a accouché de la sous-traitance du destin de l’Azawad, à la Mauritanie. Signe de la complicité du duo Macron- Aziz et, notamment, de l’enchevêtrement des intérêts des deux pays, c’est l’actuel l’ambassadeur de France à Nouakchott, Joël Meyer, qui va incessamment présenter ses lettres de créances à Ibrahim Boubacar Keita, en qualité de nouveau Représentant de la France au Mali. En attendant d’être cumulativement nommé à Kidal.

La partie dissimulée de l’iceberg (la tutelle mauritanienne sur l’Azawad) réside profondément dans les calculs et les arrière-pensées du Président Abdelaziz. Avec l’ajout des Touaregs blancs, c’est une Mauritanie davantage arabo-berbère qui prendra démographiquement forme. Dans le Gotha politique mauritanien, ce sont les tenants du nationalisme et, surtout, du panarabisme hégémonique qui se frottent les mains. La deuxième occasion est ainsi offerte, de réajuster ou de rééquilibrer le peuplement de la Mauritanie de plus en plus noire.

Déjà, lors du conflit sénégalo-mauritanien de 1989-1990, certains conseillers de l’ex-Président Maouiya Ould Taya avaient préconisé un transfert massif de réfugiés Touaregs maliens sur la rive mauritanienne du Fleuve Sénégal, en vue de surclasser numériquement les Haal Pulaars, au lendemain des déportations massives. Comme on le constate, l’agenda de la Mauritanie s’accommode mal de la présence vigilante du Sénégal dans le G5 Sahel. D’où la mise à l’écart de Dakar. Voilà les agissements, d’hier et d’aujourd’hui, d’un voisin avec lequel le Sénégal est en double partenariat gazier et pétrolier. A l’heure des craquements territoriaux et des bouleversements géostratégiques qu’induit le crépuscule de la crise malienne – La Mauritazawad est entrain de naitre – le Sénégal est englué dans le parrainage, alors qu’il a besoin de blindage.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 15
Lus : 7219

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (15)

  • moukhabarat (F) 19/09/2018 12:56 X

    La seule leçon à retenir de cet article est la frustration maladive des sénégalais d’être exclu du G5

  • mystere1 (F) 19/09/2018 09:18 X

    Très pertinent article, une bonne analyse, nul n'est à l'abri du danger, que cela déplaise à ceux qui veulent se voiler la face dans ce pays.

  • Thiapato99 (H) 18/09/2018 13:42 X

    Ce Messieur quant il parle,il faut l ecouter.c est quelqu un qui connait tres bien l histoire,surtout africaine.il faut ecouter ses conferences et ses interventions.

  • negremen (H) 17/09/2018 20:41 X

    Je penses que tu es en retard de le connaître maintenant. Je te donne juste ces exemples comme preuve: 1. Tous les réfugiés maliens ont des actes de naissances et des cartes d'identité mauritaniennes. 2.le siège de MNLA se trouve à Nouakchott. 3. Les soldats du MNLA entrent en Mauritanie avec ordre de mission reconnu par la Mauritanie 4. Le QG du G5 sahel a été attaqué et tous les drapeaux mis par terre sauf celui de la Mauritanie, qu'est ce que ça veut dire?

  • GERONIMO TASK-FORCE (H) 17/09/2018 19:34 X

    Article non seulement provocateur avec ses allégations infondées.Les maliens sont les seuls responsables de la situation chez eux.Surtout ATT.Mais encore ce journaliste brillant ne vérifie pas la fiabilité de ses sources : Hassan Kone un Maure-Bambara.Alors qu'il Bambara et peul ,de la dynastie des yaalalbés et Déniankobés.IBK pour sa campagne a affrêté des avions mauritaniens de la MAI et non de Mauritania Airways de Bouamatou qui n'existe plus...Décidément personne n'aime voir la RIM émerger, libre , souveraine et jouer un rôle important.

  • leguignolm (H) 17/09/2018 18:47 X

    Je ne suis pas du tout surpris de la création "Maurtazawad" quand je disais les groupes terroristes n'ont aucun intérêt déstabiliser le système en Mauritanie puisqu'il peut fragiliser le mouvement du grand Azawad pour n'est pas dire à la mort née de la région Grand Azawad.

  • synthetiseur (H) 17/09/2018 18:37 X

    Cette affaire de l'Azawad du Mali rapelle à bien des égards pour ceux qui connaissent l'histoire du proche orient le pédigrée du roi Faycal de Jordanie à qui les anglais avaient donné tout leur soutien pour se débarrasser des ottomans en Mésopotamie, en Syrie, au Liban,en Egypte et en Palestine. En contrepartie les anglais lui offraient la souverainté sur toute cette partie du monde.En définitive cette promesse se retrecira comme peau de chagrin et anglais et francais se partageront la région Suite au fameux accord de Sykce PicotLes Français administreront directement une zone allant du littoral syrien jusqu’à l’Anatolie ; la Palestine sera internationalisée (condominium franco-britannique de fait) ; la province irakienne de Basra et une enclave palestinienne autour de Haïfa seront placées sous administration directe des Britanniques ; les Etats arabes indépendants confiés aux Hachémites seront partagés en deux zones d’influence et de tutelle, l’une au nord confiée aux Français, l’autre au sud aux Britanniques. La ligne dite Sykes-Picot, qui divise le Proche-Orient, doit aussi permettre la construction d’un chemin de fer britannique de Bagdad à Haïfa. Le roi et les hachémites seront les derniers informés en termes voilés et confus. Moralité les recompositions des frontières faites sous l'auspice des puiissances occidentales aboutissent un jour au l'autre au dépecage des pays concernés suivant des interets stratégiques et économiques de ces pays occidentaux et non dans l'interet des populations locales.A bon entendeur salut.

  • synthetiseur (H) 17/09/2018 18:05 X

    Pour un militaire qui n'a pas fait d'etudes poussées en géostratégie, ni sciences po, ni prospective, reconnaissons que Mohamed Abdel Aziz a dépassé la moyenne. Pouvoir concocter la renaissance du grand ensemble maure et touareg et qui englobe en plus de la Mauritanie le sahara occidental et l'Azawad n'est pas donné à tout le monde à moins que l'homme travaille au sein d'une internationale qui implique des parties puissantes et bien armées. Le seul souci que l'on peut se faire cest est ce que l'homme et la Mauritanie ont les moyens de leur politique et pourront il tenir le défi et jusqu'à quand? Si jamais il rate son coach alors c'en est fini et de lui et la Mauritanie et du Mali aussi en tant que pays souverains dans leur géographie actuelle. Comme quoi c'est bien d'avoir des ambitions faudra-t- pouvoir les rendre compatibles avec les moyens et la stature.

  • Oeil du Hibou2019 (H) 17/09/2018 16:36 X

    Nous avons aussi compris pourquoi la France ne dit rien sur la violation des droits de l’homme en Mauritanie, la France veut faire payer à Aziz son soutien aux rebelles Touaregs qui ont tués des français et mis en mal BARKHANE grâce aux soutiens d’Aziz. Créer un état AZAWAD entre la Mauritanie et le Mali était toujours le souci de Mohamed Abdel Aziz et les dirigeants du système esclavagistes, Samory ould BEYE avait tiré la sonnette d’alarme dans cet article http://cridem.org/C_Info.php?article=706797 Aziz mettra ce pays en feu et en sang, les milices se retourneront contre son peuple et il aura du mal à les contrôler et le sud ne bougera pas.

  • Oeil du Hibou2019 (H) 17/09/2018 16:35 X

    Depuis trois jours certains Tweets parler de cette situation peut commode entre la Mauritanie et le Mali, nous savons que l’artisan de tout cela n’est autre que le président mauritanien Aziz qui fait tout pour créer une situation de 3ème mandat même en versant du sang des mauritaniens, je me demande est ce que cela vaut le coup de faire tout cela, en sachant que dieu fera autrement de ce que les hommes veulent comme du mal contre les autres hommes de la paix, mais nous disons heureusement que le Sénégal ne fait partie du G5 avec la CEDEAO, comme cela ce dessin est voués à l’échec, Aziz paiera cette traitrise contre son peuple.

  • medabdul (H) 17/09/2018 15:21 X

    PERTINENT RIEN A REDIRE.

  • medabdul (H) 17/09/2018 15:19 X

    @ babacar ndiaye;l'endiguement des poulars toucouleurs ;et leur marginalisation avait commence depuis senghor;pourquoi tu ne le dis pas? SENGHOR avait lui meme délimité la frontière entre les deux pays q partir du lit du fleuve senegal

  • sammbasy (H) 17/09/2018 13:51 X

    La Mauritanie et l'Azawad : http://cridem.org/C_Info.php?article=632724

  • sammbasy (H) 17/09/2018 13:50 X

    Relire la "Mauritanie et l'Azawad" de Ould Breydelil le penseur mauritanien du bathisme zénophobe, qui vient de pondre (mauvais présage) la première partie d'un texte où il parle beaucoup de "guerre". Qu'Allah nous préserve des mauvais démons ...

  • yawonni (H) 17/09/2018 13:42 X

    Rendons a Cesar ce qui lui appartient. Justin est le Prince de la plume et l'adepte par nature de Moliere. Cet article est instructif,pertinent.Tout indexeur lui ferait reverence et chapeau.Merci pour cet bel enseignement journalistique et merci de nous informer encore et toujours de la nouvelle mauritanie: mauritazawad . Honte a ce zebre de president malien. (***)