21-11-2018 12:33 - Études à l’étranger : la France augmente les coûts de ses diplômes

Études à l’étranger : la France augmente les coûts de ses diplômes

Jeune Afrique - En annonçant l’augmentation des coûts des formations dans le public pour les étudiants étrangers, le Premier ministre français vient d’assumer le choix d’une stratégie d’écrémage par le seul critère financier.

La France opère un changement de cap radical dans sa stratégie d’attraction des étudiants étrangers. Son gouvernement a annoncé lundi 19 novembre que les frais de scolarité dans les universités et écoles publiques allaient augmenter pour les étudiants extra-européens dès la rentrée 2019. Un choix qui semble être en cohérence avec la politique d’immigration choisie par le président Emmanuel Macron.

Jusqu’ici, les étudiants étrangers payaient les mêmes droits que les Français, soit 170 euros pour une année de formation en licence, 243 euros en master et 380 euros en doctorat.

À partir de la rentrée 2019, ils devront s’acquitter de 2 770 euros en licence et 3 770 euros en master et doctorat, soit « un tiers du coût réel » d’un étudiant étranger pour les finances publiques, a indiqué le Premier ministre français Édouard Philippe, dans une allocution tenue lors des Rencontres universitaires de la Francophonie.

« Coup de massue »

Critiquée en France par les principaux syndicats étudiants, cette décision surprend également le continent : « L’annonce a été reçue ici comme un coup de massue, tant dans les milieux étudiants que chez les professionnels de l’enseignement supérieur, indique une experte de l’enseignement supérieur panafricain, basée à Dakar. Elle est d’autant plus surprenante qu’elle est contradictoire avec la politique actuelle », poursuit-elle.

En tout, 15 000 bourses seront accordées sur la période 2019-2027

Dans son allocution consistant à exposer la nouvelle stratégie française d’attractivité des étudiants internationaux, Édouard Philippe a en effet affirmé vouloir attirer plus d’étudiants étrangers : « Notre objectif est d’atteindre 500 000 étudiants en mobilité à l’horizon 2027 », a-t-il indiqué.

Présentation de la stratégie d’attractivité pour les étudiants internationaux par @EPhilippePM https://t.co/nDvnTROCil

— Gouvernement (@gouvernementFR) November 19, 2018

Outre la modernisation des conditions d’accueil et d’accompagnement, la hausse des frais de scolarité doit aussi permettre d’augmenter le nombre de bourses et les exonérations de droits. En tout, 15 000 bourses seront accordées sur la période 2019-2027 : 7 000 seront attribuées par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et 6 000 par les universités. À ce nombre s’ajoutent 8 000 exonérations de frais de scolarité.

Avec cette décision, la France tourne le dos à l’Afrique, soit 45 % de ses étudiants étrangers

Opportunité pour les écoles africaines ?

Pour Pape Madické Diop, PDG de l’école de commerce BEM Dakar, la méthode qui semble vouloir préserver l’égalité des chances, manque de cohérence : « Si je ne raisonnais qu’à mon niveau, je me dirais que c’est une opportunité de capter davantage d’étudiants. Mais dans ce cas, il faudrait un alignement de la politique et permettre aux formations françaises implantées sur le continent et reconnues par l’Hexagone, d’être éligibles aux bourses. Cela permettrait à des écoles comme la nôtre, qui pratiquent des prix élevés, d’accueillir un plus grand nombre d’étudiants ».

À mesure qu’elle se structure, l’offre francophone au Maghreb et en Afrique de l’Ouest progresse en qualité. Mais le secteur public, bien souvent surpeuplé, peine aussi à se réformer et proposer des filières en adéquation avec les besoins des entreprises.

Dans ce contexte, rien ne dit que le revirement français se traduise par une rétention des jeunes bacheliers sur le continent. « Avec cette décision, la France tourne le dos à l’Afrique, soit 45 % de ses étudiants étrangers. Elle perdra de son influence au profit du continent mais aussi de ses voisins comme l’Espagne, la Belgique, ou l’Allemagne et de pays comme la Turquie ou la Chine », conclut l’experte en enseignement supérieur.

Par Quentin Velluet





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Jeune Afrique
Commentaires : 4
Lus : 2248

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • haadirock (H) 21/11/2018 21:28 X

    Mohamed haidara vous avez raison

  • lass77 (H) 21/11/2018 15:12 X

    C'est un message aux tenants de la francophonie sur le continent. Mesure aussi qui doit faire reflechir nos irresponsables dirigeants qui ne font rien pour faire respecter la dignité des Africains. Edouard Philippe doit revoir les frais de Santé dans les Hôpitaux Français où les dignitaires des régimes font la course pour venir se soigner en laissant les hôpitaux africains comme des mouroirs. Les deux sujets sont liés

  • Marathon International de... (H) 21/11/2018 14:48 X

    Moi Mohamed HAIDARA depuis Nouadhibou je trouve que payer 2770€ pour la licence et 3 770€ pour le master et le doctorat sont très faible pour le coût de l'enseignement et surtout la valeur de la formation en France. Je propose de 6 000€ par an pour la licence et 9 000€ pour an pour le master et le doctorat. En effet la France a eu et continue à donner beaucoup pour les étrangers qui en général les études terminées oublient que le contribuable français les a formé. Mohamed HAIDARA Dg du Marathon International de Nouadhibou

  • cccom (H) 21/11/2018 13:26 X

    Pour se passer de la France et des dépenses onéreuses du systéme officiel en rendant nos coûts par les Ecoles Cerveaux Oasis et des Universités trilingues rurales électroniques quasi gratuites au Coûts presque nuls , il faut et il suffit d'avoir confiance en soit en sortant des sentiers dictés de l'extérieur en libérant nos initiatives locales non gouvernementales de développement pour créer plus que les 150 célèbres récentes Universités du Président Erdogan et de docteurs scientifiques trilingues immunisés du terrorisme, racisme et tribalisme vulgaire ancestral croissant dans le pays. cheikhany_ouldsidina@yahoo.fr.