16-04-2019 08:29 - Tractations secrètes à Nouakchott

Tractations secrètes à Nouakchott

Les Mauritanies - Ces dernières nuits ont été courtes à Nouakchott. Selon nos informations, vite démenties chez les uns et les autres, la plateforme «Vivre Ensemble» regroupant différents partis d’obédience negro-africains a pris langue avec l’Etat-major du candidat Birame Dah Ould Abeid en vue d’une candidature commune.

Les tractations sont difficiles, le leader de l’Ira, allié de l’encombrant Sawab, entendant maintenir sa candidature quelque soit l’issue des négociations. La coalition «Vivre Ensemble» pose en alpha et oméga de sa démarche, la prise en compte de la question nationale (cohabitation) comme principe non négociable.

Une analyse qui rejoint le point de vue de Birame, leader anti- esclavagiste, recordman du nombre de jours passés en prison dans la classe politique mauritanienne. Ce rapprochement en gestation dérangerait fortement les autres formations politiques.

A commencer par le parti au pouvoir, l’UPR, qui pensait avoir verrouillé la vallée avec l’aide des généraux à la retraite et des jeunes loups aspirants aux charges de l’ État (Photo archive d’une précédente rencontre entre Birame et Ibrahima Sarr).



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 6
Lus : 6536

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (6)

  • leguignolm (H) 16/04/2019 16:48 X

    Sans ça, on ira nul pars!

  • lass77 (H) 16/04/2019 16:33 X

    Sacré @ a.bennan.@ Pour toi tout va bien, donc il n'existe pas de problème en Mauritanie. Tout est rose quoi en fait. Continue ton aveuglement et inconscience face aux soucis des autres. Chaque chose a une fin. Cesse d'étre égoiste , reconnait que les autres mauritaniens doivent vivre sans soucis dans leur propre pays. Si toi , tu vis dans l'opulence en espérant que tu l'as mérité, pourquoi tu t'opposes que les autres mauritaniens que tu detestes aient une vie meilleure. Tu es certainement (***) intolérant et borgne.

  • lass77 (H) 16/04/2019 16:08 X

    Faut t-il deja que le vote du peuple soit compté et consideré; J'en doute fort.

  • Aigle Noir (H) 16/04/2019 15:09 X

    Le premier qui doit s’inquiéter de cette situation de retrouvaille est le pouvoir qui avait comme méthode de diviser pour régner entre les communautés noires de ce pays, alors en réalité, les Harratines ont des origines négro-mauritaniens de tout bord, parmi cette même origine des sérères et autres. L’erreur du système est de prendre tout pour lui et ses serviteurs et rien pour les autres et cela depuis l’avènement de la démocratie pour ne pas dire depuis l’indépendance. Ils doivent avoir peur parce que les autres avaient été trompé depuis par des menaces, des arrestations, des suspensions de salaires, d’autres formes de pressions, ce qui ne paye plus et ne fait plus peur aux hommes, ils ont compris qu’il faut accompagner le système pour l’abattre et non le contrer. Aujourd’hui avec la démocratie et le vote, ils ont une façon de sanctionner le système, les leaders se sont rendus comptent que les négociations ne mènent nuls part, ils seront ensemble pour secouer le cocotier et faire de sorte à gagner au deuxième tour. Le système avec Ghazwani, il se fragilise chaque jour que Dieu fait. Les ténors de l’UPR sont désavoués par les populations du Goorgol, Brakna, Guidimakha, tout le Fouta, le Torro et le Dièri, ils ne peuvent plus convaincre les populations qui souffrent depuis très longtemps, pour ne pas dire toujours. Quelle honte de profiter au dos des autres.

  • a.bennan (H) 16/04/2019 12:06 X

    "La question Nationale n'existe pas" et les diviseurs n'aurons aucune issue de se debiner....

  • lass77 (H) 16/04/2019 11:05 X

    Que ces pseudo-journalistes cessent abusivement d'évoquer le concept de partis negro africains etc... comme s'il existe des partis beydans, maures etc... Il existe des partis mauritaniens selon les lois en conformité avec la constitution mauritanienne et vous savez dans les préambules des criteres de partis politiques en Mauritanie et selon la constitution il ne peut y'avoir des partis communautaires puisque tous les partis doivent repondre aux interets des mauritaniens et de la mauritanie. ça peut paraitre bizarre car on ne trouve presque pas des beydans dans le parti de Mr Kane, ou Mr Sall encore moins chez Biram Abeid. Pour une potentielle négociation entre partis , c'est peine perdue comme si l'armée va accepter la victoire des Noirs d'autant il ny'aurait pas d'election libre et le respect des voix du peuple.