21-02-2020 19:16 - En Mauritanie, une dizaine de défenseurs des droits de l’homme ont été arrêtés

En Mauritanie, une dizaine de défenseurs des droits de l’homme ont été arrêtés

La Croix - À peine créée pour promouvoir une Mauritanie pluriethnique et lutter contre l’esclavage, l’injustice et l’impunité, l’Alliance pour la refondation de l’État mauritanien est victime d’un coup de filet.

Quatorze personnes ont été interpellées, dont plusieurs défenseurs des droits humains, et neuf d’entre elles sont incarcérées depuis la semaine dernière à Nouakchott, en Mauritanie, a alerté Amnesty International. L’ONG s’est dite « extrêmement préoccupée » par leur sort, en raison des poursuites pour atteinte à la sûreté de l’État.

Pour la militante féministe et défenseure des droits humains Aminetou Mint El Moctar, nul doute que le coup de filet visait particulièrement l’Alliance pour la refondation de l’État mauritanien (Arem), dont elle est une des vice-présidentes.

L’Alliance a été fondée à Paris, début janvier, par des Mauritaniens de Mauritanie et de la diaspora, avec la volonté d’en finir avec « les vieilles pratiques de mauvaise gouvernance, d’injustice et d’impunité ». Elle entend lutter contre l’esclavage et le système de castes persistant dans le pays, favoriser la mixité ethnique, défendre les droits humains et la libération des femmes.

« Nous avons été onze personnes interpellées trois jours après la première réunion de l’Alliance dans une auberge à Nouakchott, des membres du bureau de l’Arem et des membres du mouvement « Nous voulons une Mauritanie laïque », également réunis dans l’auberge », rapporte Aminetou Mint El Moctar, qui a été libérée sous contrôle judiciaire, tout comme la propriétaire de l’auberge, Mekfoula Mint Brahim, lauréate du prix franco-allemand des droits de l’Homme en 2018 et décorée de la Légion d’honneur française en décembre dernier. La notoriété internationale des deux femmes a certainement contribué à leur libération.

Trois arrestations pour prosélytisme chrétien

Les onze personnes interpellées ont été associées à trois jeunes, arrêtés auparavant pour prosélytisme chrétien, alors qu’ils distribuaient des copies de la Bible, sur le sol de la République islamique. « Nous sommes devenus un groupe de quatorze, poursuit Aminetou Mint el Moctar.

Lors des interrogatoires, toutes les questions ont porté sur l’Arem pour chacun d’entre nous. Jusqu’ici le mouvement pour une Mauritanie laïque, qui a fêté ses trois ans, n’avait pas été inquiété ».

Les autorités ont, selon elle, la nouvelle Arem dans leur ligne de mire. Qui a organisé la réunion de l’Arem ? Qui l’a financée ? L’Alliance est-elle dirigée par le mouvement laïque ? En qualité de vice-présidente, Aminetou Mint El Moctar a été assaillie de questions.

Et le premier chef d’accusation de « tenue d’une réunion non autorisée » a ensuite été requalifié en « atteinte à la sûreté de l’Etat ».

Une source judiciaire a confirmé à l’AFP que les militants de l’Arem sont « soupçonnés de porter préjudice à l’unité nationale, à la cohésion sociale, et à la religion, alors que la Mauritanie est une république islamique ».

S’attaquer à la religion, et plus encore à l’immuable système de castes, et prôner la mixité interethnique sont des accusations qui pèsent très lourd en Mauritanie, comme le rappelle le cas de Mohamed Cheikh Mkhaitir, ancien condamné à mort pour ces raisons, qui a trouvé refuge en France après avoir passé près de six ans dans les geôles du pays.

« Il est impossible de visiter les neuf détenus incarcérés, nous, les militants de l’Arem, sommes victimes d’une campagne de dénigrement dans tous les médias publics et privés, toute liberté d’expression est muselée, non rien n’a changé avec le nouveau président », se révolte Aminetou Mint El Moctar. Mohamed Ghazouani a succédé, en août dernier, à l’ancien président et putschiste Mohamed Abdel Aziz resté au pouvoir près de dix ans.

Par Marie Verdier




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 2446

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • hayerim (H) 25/02/2020 21:32 X

    Amalgames et mensonges. Dire que la misité ethnique est interdite est un mensonge et une diffamation et son auteur doit être l'objet de plainte par l'Etat mauritanien tout comme birame-bokassa et ses semblables, arriérés et complexés, qui osent traiter notre pays d'apartheid. C'est vrai qu'ils sont nuls puisqu'ils sont à la solde de sionistes et les capitalistes américains, vrais racistes, eux qui le pratiquent au vu et au su de tous, en Palestine et aux USA. Demandez aux canadiens et mexicains qui sont à côté sans être dedans aux USA!