22-02-2020 11:33 - La CVE/VR dévoile sa plateforme : conférence de presse de Dia Alassane, président de la coalition

La CVE/VR dévoile sa plateforme : conférence de presse de Dia Alassane, président de la coalition

Le Calame - Au cours d’une conférence de presse, tenuejeudi 20 février, par la coalition Vivre Ensemble/Vérité-Réconciliation (CVE/VR), son président, Dr. Alassane a déclaré : « nous vivons ensemble sans vivre ensemble, nous ne vivons pas ensemble, mais côte à côte, en nous tournant le dos ».

La CVE/VR venait dévoiler sa plateforme et sa vision de la Mauritanie, de son unité nationale et de sa démocratie…

En effet, explique son président, après la scission intervenue au sein de la coalition vivre ensemble, mise en place à la veille de la dernière présidentielle, la coalition qu’il préside a engagé un intense débat pour préparer et présenter aux mauritaniens sa vision de l’avenir de ce pays.

Une vision consignée dans un document de six pages, distribuée à la presse. Il retrace l’histoire politique de la Mauritanie, depuis le Congrès d’Aleg de 1958 jusqu’à nos jours, en passant par les évènements de 1966, 86 et 90. Et le conférencier de tirer un constat : les mauritaniens ne vivent pas véritablement ensemble, mais les uns à côte des autres, en se tournant le dos. C’est un véritable cloisonnement, s’inquiète le président Dia.

Interrogé sur la nouvelle dénomination de la coalition, Dr. Dia Alassane explique qu’elle vient se démarquer de l’autre coalition, mais aussi pour prouver combien elle est attachée au Vivre Ensemble.

Et pour la CVE/VR, pour vivre ensemble, indique le président Dia, il faut avoir le courage de se dire la vérité sur la cohabitation entre les différentes composantes du pays, mais aussi sur ce qui s’est passé depuis le congrès d’Aleg, sur les évènements de 1966, de 86 et 1989/90, sur la question des terres, sur la répartition des charges de l’état, des ressources du pays, sur la démocratie, sur la liberté d’expression … On ne peut pas continuer à faire comme si de rien n’était, à exclure des pans entiers de la population du pays des institutions et des rouages de l’économie. Résultat des courses, toutes ses composantes laissées en rade ont élevé la voix pour exprimer leur rejet du système qui régente leur pays.

Et Dr Dia Alassane de rappeler la publication du Manifeste des négro-africains de 1986, celui des Harratine, des Soninké, des Ouolof et des Maalimin... C’est un véritable délitement de l’Etat auquel nous assistons depuis quelques années. Et d’ajouter, nous ne vivons pas ensemble, mais côte à côte et en nous tournant le dos. C’est extrêmement grave pour l’avenir de ce pays, prévient Alassane Dia. En se parlant, en se disant la vérité, on finit par trouver une solution consensuelle aux problèmes du pays. Et c’est pour éviter l’ « irréparable » que la CVE/VR exige un débat national autour de l’unité nationale, une préoccupation première de la coalition.

Interrogé sur les dispositions du pouvoir à régler le problème de la cohabitation en Mauritanie, le président de la CVE/VR affirme que les autorités actuelles ne font montre d’aucune disponibilité afin d’apporter des solutions aux problèmes ainsi posés ; pire, elles renforcent l’exclusion des autres communautés. Pour étayer son assertion, il cite les résultats des différents concours de recrutements organisés par le gouvernement, les nombreuses nominations prises à chaque conseil des ministres et qui ne profitent qu’à une seule communauté.

Face à cette situation périlleuse, la CVE/VR appelle à la résistance mais aussi au sens de responsabilité de tous patriotes de toutes les composantes. C’est dans ce cadre que la CVE/VR a salué les rencontres avec les responsables du RAG/IRA et d’autres responsables. Le président Dia a profit d’ailleurs de cette occasion pour saluer les partis politiques et mouvements de la société civile et de jeunes venus assister à cette conférence qui marque le début effectif des activités de la CVE/VR.

Cette coalition comprend un conseil des présidents et un bureau exécutif. Tous les deux sont présidés par des jeunes. Pour Dia Alassane, ils s‘agit là de messages forts à l’endroit de la jeunesse, mais aussi un démenti cinglant à l’endroit de ceux qui déclarent que la coalition est minée par une querelle de leadership.

Le choix porté sur ma personne prouve, vu leur expérience, leur engagement au service de notre noble cause que ces messieurs que vous voyez autour de moi sont mus par l’intérêt de ce pays, pour qui, ils ont sacrifié leur temps et de leur énergie. Ils ont été arrêtes, emprisonnés, humiliés et privés de leurs droits. C’est l’occasion de leur rendre ici un vibrant hommage pour leur combat contre l’oppression et l’exclusion.

Le président Dia a remercié ses ainés pour leur posture responsable avant d’inviter les jeunes à assumer leurs responsabilités et à se montrer au travail pour être à la hauteur de la mission qui leur est confiée. Signalons enfin que la coordination du bureau exécutif est confiée à M. Guindo.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1712

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • lass77 (H) 23/02/2020 15:10 X

    Tout ce qui lutte pour une Mauritanie égalitaire et juste est à saluer néanmoins, il ne faut pas qu'on voit une couleur communautaire. Je ne sais pas pourquoi , il n'ya pas de beidans ? Pourquoi il n'ya pas de Maures noirs ? pourquoi il n'ya pas de soninkés ? D'aucuns diront que la porte est ouverte à tout mauritanien d'où qu'il vienne mais il faut associer et chercher les autres mauritaniens. Je ne suis pas certain qu'il n'existe pas de beidans qui ne s'opposent pas à l'injustice en Mauritanie. On doit les entendre aussi.