27-05-2020 09:54 - Le gouvernement décide la reprise des cours pour les éléves qui doivent passer le bac, le brevet et le concours

Le gouvernement décide la reprise des cours pour les éléves qui doivent passer le bac, le brevet et le concours

Adrar Info - Le gouvernement mauritanien a décidé d’ouvrir les écoles le 1er juillet, avec des mesures préventives strictes en classe.

Des sources de Zahra Chinguetti ont indiqué que les cours se poursuivront du 1er juillet au 15 juillet et seront limités aux éleves et étudiants qui doivent passer le bacclauréat, le brevet et le concours d’entrée au collège.

Les classes dans les écoles seront désinfectées, chaque élève se placera sur une table à part et le port des masques est obligatoire, pendant toute la période d’étude prescrite.

Source : http://zahraa.mr/node/23904

Traduit par adrar info





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 9187

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • komaxu komaxu (H) 27/05/2020 20:55 X

    Parmi les victimes collatérales des mesures barrières prises pour endiguer le coronavirus, figurent les enseignants vacataires des établissements scolaires privés. Pour s’imprégner de leurs conditions de vie, j'ai eu un échange avec certains d’eux dans un groupe Whatsapp.

    Depuis la fermeture des établissements scolaires, le 14 mars 2020 dernier, la plupart des professeurs vacataires dans les établissements privés éprouvent d’énormes difficultés. Nos interlocuteurs ne cachent pas leur désarroi. Pour ces professeurs, cet arrêt des cours a des conséquences ‘’désastreuses’’ sur ses conditions de vie.

    « Depuis le 14 mars dernier, ils sont obligés de dépenser chaque jour alors qu’il n’y a pas de rentrée d’argent. Du coup, vivre devient difficile. Ils essayent de jongler pour s’adapter à la situation de COVID-19 », déplorent-ils. Ils estiment que les professeurs vacataires ont été relégués aux oubliettes dans les mesures prises par le gouvernement.

    « En aucun point les vacataires ont été pris en compte dans les mesures d’accompagnement alors que les établissements scolaires sont aussi fermés. Pourtant, ils vivent exclusivement de la vacation .Ils subissent les mêmes difficultés dues au coronavirus. « Les coûts sont énormes parce que les vacataires vivent en fonction de leurs efforts directs. S’il n’y a pas de vacation, il n’y a absolument rien.

    Aucun établissement scolaire n’a pris des initiatives pour les accompagner durant cette période difficile. Pire, certains enseignants permanents, censés entrer en possession de leurs salaires du mois de mars, ont vu leurs contrats suspendus en attendant la reprise des cours. De ce fait, ils ont exhorté le Ministère de l’Education nationale à se pencher sur leur sort.

    Pour lutter contre le COVID-19 dans le milieu scolaire, nos interlocuteurs préconisent la sensibilisation des élèves, parents d’élèves et fondateurs d’établissement aux mesures de protection. Chaque établissement privé doit aussi mettre en place ses dispositifs de lave-mains et de bavettes pour ses élèves, avant la reprise des cours.