25-06-2020 13:33 - Les députés adoptent une loi contre la diffusion des informations fausses sur les réseaux sociaux

Les députés adoptent une loi contre la diffusion des informations fausses sur les réseaux sociaux

Senalioune - En Mauritanie, l'Assemblée nationale a approuvé mercredi une loi présentée par le gouvernement qui réglemente le domaine de la publication de fausse information sur les réseaux sociaux.

En présentant les raisons de la loi, le gouvernement a indiqué que son objectif est de lutter contre la manipulation de l’information en général, pendant les crises sanitaires, les périodes électorales et aussi d’autres formes quelle que soit leur nature en particulier. La diffusion de fausse information affecte la tranquillité publique et la paix civile surtout en ciblant les individus et les institutions.

Les sanctions prévues par la nouvelle loi varient de trois mois à cinq ans de prison ainsi que des amendes de 50 à 200 000 Mru. La loi devra entrer en vigueur après sa publication au Journal officiel.

Un certain nombre de députés ont critiqué la loi, évoquant l’ambiguïté des définitions qu’elle contient, leur inexactitude, ainsi que la possibilité de les utiliser pour porter atteinte aux libertés garanties par la Constitution. Certains ont également critiqué la difficulté en Mauritanie d’accéder aux informations.

Le ministre de la Justice, Haimoud Ould Ramdan, a mis en garde contre la manipulation de l’information avec l’apparition de nouveaux types de communication, en particulier les réseaux sociaux, qui permettent à tous ceux qui possèdent un ordinateur ou un téléphone mobile d’écrire quoi que ce soit.

Le ministre de la Justice a indiqué que ces dernières années, les autorités judiciaires ont reçu de nombreuses plaintes de personnes concernées par la publication par le biais des réseaux sociaux.

Les juges ont annoncé souvent qu’il n’y a aucun moyen de donner suite à ces affaires, étant donné qu’elles ne peuvent pas être adaptées à ce qui est présent dans le droit pénal, qui ne comprend pas de dispositions relatives à la cyber-criminalité.

Par Moustapha Sidiya





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Senalioune
Commentaires : 5
Lus : 2514

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • Marrakech (F) 26/06/2020 08:54 X

    Ah Ah Ah : tout est faux et manipulé en Mauritanie y compris (et surtout) par les autorités !

  • insoumis (H) 25/06/2020 19:10 X

    Ils sont les premiers à diffuser des fausses informations. Tout cela ne sert qu’à étouffer la liberté d’expression et de priver les hommes politiques libres, de s’exprimer librement sur les bavures que mènent les tenants de cette monarchie arabo-berbère qui font tout pour maintenir ce système raciste, corrompu et communautaire.

  • chos (H) 25/06/2020 16:37 X

    Il serait aussi judicieux de prendre des sanctions vis à vis des responsables publics qui sont informés d'opportunités de développements et refusent d'agir: A titre d'exemple, il m'a été donné de concevoir Pour sauver l'avenir scolaire de notre jeunesse, j'ai conçu et appliqué à Maaden le systéme pédagogique novateur Cerveaux Oasis modulaire anglo-saxon, intensif, asiatique réducteur de 3/4 du cursus secondaire qui a réalisé plus de bacheliers scientifiques gratuits dans une Oasis que 100 Oasis voisines réunis en Adrar attestés par les statistiques officielles du MEN et proposé en ma qualié de Conseiller Régional de l'Adrar une opportunité de réformer notre systéme éducatif pour réaliser une économie en 3ans 60 milliards UM/an aux Conseils Régionaux et autres avantages. cheikhany_ouldsidina@yahoo.fr.

  • rimois (H) 25/06/2020 15:19 X

    Attention a ne pas se mettre devant une TV et donner des informations .....

  • rimois (H) 25/06/2020 15:14 X

    Tout ça semble ambiguë. Et la liberté d'expression dans tout ça. Les réseau sociaux sont des domaines privés pas des organes d'information. Et que qualifieront t'ils de fausses nouvelles ? Il peut toujours s'agir d'une mauvaise interprétation et non de la désinformation volontaire. Il faut bien égrainer les projets avant de les appliquer