31-07-2012 09:36 - Enquête : Les ' fous du volant ' sont de retour - [Video 5mn 27' & Reportage Photos]

Enquête : Les ' fous du volant ' sont de retour - [Video 5mn 27' & Reportage Photos]

Le début du mois de ramadan marque l’ouverture d’un rendez-vous bien connu à Nouakchott : « les cascades du mois de ramadan ». Au Ksar, par exemple, faute d’espace, «Les fous du volant », comme on les appelle, ont transformé l’axe routier allant du carrefour du marché de Ksar à la base de l’armée de l’air en circuit fermé.

Ces jeunes sont souvent à bord d’une "Mercos" 190 ou d’une voiture de sport pour effectuer clandestinement des cascades audacieuses sous les applaudissements d'un public totalement inconscient du danger qu'il court. Un rendez-vous annuel très attendu par les amateurs de sport extrême, on y retrouve adultes, vieux, jeunes filles et garçons.

Les cascades de voitures en Mauritanie drainent un monde énorme qui vient fantasmer sur ces démonstrations de conduite de voitures d’une intrépidité suicidaire. Le phénomène atteint son paroxysme en cette période du mois de ramadan. En effet, on y retrouve toutes les tranches d’âge et même des fans club de cascadeurs et des favoris comme MD Salek, Jéylani, Dlaye ou encore Sultan

En m’y aventurant, la nuit dernière aux environs de 23h, j’ai tout d’abord croisé en route des enfants de 10 à 12 ans qui allaient en  cette direction avec leurs vélos. Ces enfants assurent l’ouverture du spectacle, ce sont de futurs cascadeurs, ils reprennent les même dérapages que leurs Idoles cascadeurs sur la route, effectuent des esquives et manipulations à toute vitesse de leur vélo entre les voitures. Ce spectacle excite la foule insouciante au risque à laquelle elle est exposée.

Cette foule continue de s’agrandir avec ses voitures qui viennent par dizaines se garer, pour assister au spectacle. Musique à fond, jeunes filles et garçons, tabacs à la main se la jouent "branchés". De temps à autre, un conducteur fait hurler le bruit de son moteur pour détourner les regards, avant de se lancer à quelques dérapages mal contrôlés sous les huées du public.

Il est minuit. La foule se délasse, une partie est assise sur des voitures, les trottoirs, les murs voir sur les arbres et les terrasses environnantes. Quand on entend vrombir le moteur, d’une "Mercos" 190, on l’entend de partout, il arrive à toute allure sur les artères routiers, la foule sursaute, se ressaisit. Soudain, l’assistance s’exclame, pointe la bagnole : ’’ c’est MD Salek ‘’ qui arrive avec une vitesse excessive en pleine circulation sans aucun respect de règles de conduite sous les ovations du public, il fait des dérapages et des manœuvres entre les voitures. Ca frôle la mort à chaque instant et oui frôler la mort sans s’y faire prendre est le but recherché dans ce jeu de l’inconscience.

Ensuite, le public entonne cette fois-ci : « JeylaniJéylani… ». Il roule à toute vitesse lui aussi, esquivant de justesse, une voiture de passage qui reçoit les injures du public. Il heurte l’arrière de cette voiture intruse à l’évènement, sans s’arrêter, il continue ces cascades.

C’est un vieux qui est au volant de la voiture heurtée. Il sort de sa voiture pour faire le constat mais en est vite dissuadé par une armée de jeunes qui s’acharnent sur lui, donnent des coup à la voiture : « on te l’avait dit pauvre vieux de ne pas passer par ici, c’est bien fait pour toi, tu as eu la chance. Casse toi ». Cette fois-ci, l’auteur « jeyllani », est revenu sur les faits pour constater les dégâts mais la foule lui fit signe de continuer ses belles cascades. Le vieux, lui, redémarre sa caisse et s’en va sans piper un mot.

Le spectacle ne fait que commencer. La foule se dresse en deux lignes horizontales opposées tout au long de l’axe routier bloquant ainsi tout les entrées à cette route et offrant aux stars de la soirée une longue piste. La compétition est lancée, les fous du volant sont là, chacun essaie d’innover, d’impressionner l’autre, et le public, insouciant, est servi à son péril.

La folie de ces jeunes est dérisoire et dépasse l’entendement, un braquage qui loupe et la voiture se dirige vers la foule. Heureusement, un poteau électrique lui a barré la route. Celui-là est hors de compétition, la foule vient lui prêter main forte. De l’autre coté, les démonstrations se font de plus en plus belles, les audacieux ouvrent leurs deux portières avant et n’hésitent pas à sortir la tête. C’est ainsi toute la nuit au Ksar et c’est cette même bande de jeunes qui exécute les cascades du vendredi à la plage.

«J’adore les cascades. Ce sont des stars, des ingénieux, des dieux du volant. Ici en Mauritanie, les jeunes ont besoin d’activités pour se défouler et il n’y en a pas. On retrouve dans ces cascades des sensations fortes et on aime ça, comme d’autre aime le rap ou le football», s’exprime un jeune spectateur, tandis qu’un vieux gardien, gourdin à la main, le chasse du devant du magasin qu’il garde et replace son barrage de grue en fer et de chassie de voiture ; « Ils ratent souvent leur dérapage et là, c’est vers la foule et les magasins qu’ils vont percuter. Ce barrage, c’est pour les stopper en cas de déroute. Ils nous fatiguent, l’année dernière un des cascadeur a atterri à l’intérieur du magasin», affirme ce gardien.

Au milieu de la nuit, ces jeunes font leur loi, bloquent la route, s’acharnent sur tous les véhicules intrus qui y passent. Les cascadeurs ne s’arrêtent jamais en cas de chocs. Ce sont de vrais hors la loi, ils ne montrent jamais leur visage, se masquent derrière un turban noir ou blanc et ont des pseudos à la place de leur plaque d’immatriculation : '' Md Salek, Jéylani, Machallah, al hamdoulilah, 1001…''. « Je fais des cascades avec les voitures parce que j’en ai envie, je m’éclate et la foule en raffole, je m’en fous que ce soit légal ou pas » s’exprime un cascadeur au visage bandé d’un ‘’khawli’’ blanc (comme on le voit sur la photo).

Vitesse excessive, acrobaties périlleuses, dérapages suicidaires et délinquance juvénile... On assiste souvent à de graves accidents qui peuvent causer des pertes en vie humaine. La semaine dernière, à titre d’exemple, à la plage de Nouakchott, un jeune compagnon de ces « fous du volant » a été heurté à mort sur la piste. Malgré tout, ces cascades continuent à être pratiquées et à drainer tous les soirs des foules immenses.

Margé les dangers, ces cascades ont de belles nuits devant elles au regard de l’engouement qu’elles suscitent auprès des jeunes.

Méta


Avec Cridem, comme si vous y étiez...

































Commentaires : 4
Lus : 4446

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • geronimo (H) 31/07/2012 20:01 X

    Inconscience et Irresponsabilité !!!
    Dire que ce phénomène a "commencé", en tous cas dans ces proportions, il y a 20 ans ... Suite à une émission sur la Chaine Canal + Horizons intitulée : Cascades et Cascadeurs.

    Il ya eu des rafles, arrestations au carrefour BMD devant la boulangerie, lieu de ralliement pour les rodeos. Les jeunes s'entrainaient sur le site actuel du Palais des Congres avant qu'un grand terrain vague soit " attribué " à la Sebkha 500 m après le Ministère du Pétrole en allant à la plage.

    Il y a des accidents petits et grands directement ou indirectement liés à ce phénomène. Je retiendrais le choc devant le Novotel une nuit de Mai 1994 au lendemain de la fête de l'Aid, revenant de soirées dansantes, deux courses de véhicules se sont croisées vers 4 h du matin, et deux véhicules doublant sont entrées en collision frontale.

    Trois morts et des bléssés graves, et c’étaient des camarades du lycée et des amis : Ismael le tchadien et Ismael Ould Mamy étaient les conducteurs. Dava est mort sur le coup, et mon pote le métis mauritano-russe, Denis Camara est décédé aux urgences dans un état que je ne saurais décrire… La sœur d’un ami a échappé à l’accident de justesse, car elle ne voulait pas que le tchadien la ramène, elle trouvait qu’il roulait toujours trop vite.

    20 ans après et de nombreux petits et grands drames, les rodeos sauvages continuent encore …

  • sahily (H) 31/07/2012 14:42 X

    La "police de Mousgharou, comme on l'appelle affectivement" a suscité un espoir, qui est, malheureusement en voie de faire place à une grande déception. En effet, profitant de l'absence ou de la complaisance de certains de nos services de sécurité, une part de plus en plus importante de notre jeunesse, s’adonne à des pratiques de cascades sur véhicules tous les soirs, mettant en risque leur vies, celles des autres, détériorant nos goudrons tous beaux tout neufs, narguant les citoyens et les empêchant de dormir, alors qu'ils sont de plus en plus mauvais dans les classes.

    Il est donc absolument urgent que nos autorités interdisent de façon permanente la circulation de tout véhicule non immatriculé régulièrement ou portant des vitres fumées, sauf autorisations, qui doit rester exclusivement réservé aux diplomates et certains service de l'État.

    La première sollicitation de nos citoyens reste la sécurité, qui doit demeurer prioritaire. Et nous n'avons aucune raison de montrer la moindre faiblesse sur cette question.

  • Truth (H) 31/07/2012 10:32 X

    "FAST AND FURIOUS 7" en Mauritanie. Vu aucun sport n'est favoriser, ces jeunes talentieux n'ont le choix que faire leur cascade au beau milieu de la ville.

  • Dieynaba (F) 31/07/2012 10:05 X

    On dit qu'au Ramadan, les démons sont enchainés et les portes de l'enfer fermées, mais en mauritanie les démons semblent déchainés