09-10-2012 08:18 - Wane Abdoul Aziz interpelle les acteurs du cinéma et les pouvoirs publics sur une réflexion ...

Wane Abdoul Aziz interpelle les acteurs du cinéma et les pouvoirs publics sur une réflexion ...

...autour de la cinématographie

Lorsqu’on parle de cinéma en Mauritanie, des sommités comme Abderrahmane Sissako, Med Hondo, Hamam Fall, Sidney Sokhna Sydney ou encore Mohamed Ould Saleck sortent indiscutablement du lot.

Mais, on n’a pas encore malheureusement eu ce que l’on devrait attendre du cinéma mauritanien par rapport à ce qui se passe en Afrique Subsaharienne et au Maghreb Arabe, a estimé mardi le metteur en scène Wane Abdoul Aziz.

"Actuellement, ce dont, quand même, on pourrait saluer, c’est qu’il y’a des jeunes réalisateurs qui commencent à faire aimer aux mauritaniens le cinéma"
, a-t-il néanmoins admis. Pour Wane Abdoul Aziz, "le cinéma devrait être inscrit dans le cadre d’une politique générale de l’Etat au même titre que la poésie ou le théâtre".

Si les réalisations cinématographiques des jeunes réalisateurs mauritaniens sont souvent jugées trop molles, c’est parce qu’elles ne sortent pas de l’ordinaire, ne touchent pas le quotidien des mauritaniens. Et, pourtant, ce n’est pas les sujets qui font défaut. Notamment sur "le plan politique, social et économique", complète Wane Abdoul Aziz.

"Il n’y a pas un véritable travail de recherche, un grand travail sur le plan de l’écriture par rapport à ce que l’on nous propose souvent même si les jeunes réalisateurs maîtrisent les techniques d’élaboration de scénario. La culture générale manque notamment dans le domaine de la littérature, de la philosophie et de la sociologie", ajoute-t-il.

Le metteur en scène Wane Abdoul Aziz a, par ailleurs, interpellé les acteurs du cinéma et les pouvoirs publics sur une réflexion autour de la cinématographie. "Il faut qu’on s’assoie autour d’une table et qu’on discute des véritables problèmes de l’Art et de la Culture en Mauritanie avec le soutien des pouvoirs publics", a-t-il lancé.

Il faut noter que la Mauritanie ne dispose pas de salles de cinéma ni de scènes de théâtre. "Ce manque de liberté pose un véritable problème aux jeunes créateurs. On est toujours dans l’œuf", assure Wane Abdoul Aziz.

Babacar Baye Ndiaye


Commentaires : 0
Lus : 2184

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)