24-11-2012 17:59 - Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République française.

Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République française.

L'association nationale des guides sahariens à Monsieur le Président de la République française, mesdames et messieurs les ministres et décideurs Mesdames, Messieurs,

Il y’a quelques jours, un tout jeune garçon répondait à notre demande concernant la fréquentation de l'auberge où nous nous arrêtions: « Des touristes ? On n'en voit même pas à la télé ! ». C'était à Tijikja, qui fait face courageusement à la sècheresse inquiétante de cet été 2011. Les troupeaux, richesse du Tagant, sont déjà en difficultés.

Et les équipements touristiques, qui pourraient apporter le revenu complémentaire si nécessaire à la région, sont inoccupés.

La même histoire pourrait se raconter depuis l'Adrar. Chinguitti, haut lieu de l'Histoire, blottie depuis quelques 800 ans an bord de son oued, semble en léthargie sous le sable qui l'étouffe. Ce sont en fait les plus hauts sites de la Mauritanie qui se trouvent brutalement éjectés des circuits touristiques mondiaux. Que s'est-il passé ?

La Mauritanie, membre du monde francophone, a naturellement développé son tourisme naissant pour l'essentiel à partir des agences françaises. Or, par palier depuis 2007 et jusqu'à aujourd'hui, le ministère des affaires étrangères français a classé les principales zones touristiques du pays en « zones rouges », formellement déconseillées aux touristes. Les agences ne peuvent prendre ce risque, et suppriment peu à peu cette destination de leurs catalogues.

Mesdames et Messieurs, avez-vous vraiment conscience qu'en classant ainsi les zones touristiques mauritaniennes, vous condamnez à mort une activité essentielle au développement de notre pays vers un modèle respectueux de notre population, de l'environnement, et riche de nos savoirs-faire ancestraux ?

Vous objecterez que des drames survenus en Mauritanie en 2007 et 2009 expliquent ce classement. Pouvons-nous humblement vous demander s'il est des places au monde qui n'aient jamais été éclaboussées par les soubresauts liés à l'état actuel du monde ? En pleine métropole, des drames de grande ampleur ont ensanglanté Madrid, Londres, Paris même. Auriez-vous laissé classer votre capitale, depuis l'affreux attentat du RER Saint Michel, en zone fortement déconseillée ?

Plus récemment encore, le célèbre café Argana à Marrakech dans lequel plusieurs citoyens français ont trouvé la mort, a suscité même une réaction positive du gouvernement français en encourageant et en approuvant cette destination. La surveillance des routes de Mauritanie a permis maintenant deux années sans aucun incident à déplorer.

En effet, le gouvernement mauritanien déploie depuis cette date de gros efforts en matière de sécurité de ses frontières et même au-delà. De tels efforts et de tels engagements des pouvoirs publics sont même salués par votre gouvernement sans que cela ne soit compensé en conséquence. Plus que cela, l’Adrar et le Tagant, que nous venons d'évoquer, n'ont jamais connus aucun épisodes dont ait pu souffrir un touriste. Le maintien de la classification rouge est injuste.

Nous voudrions que vous compreniez également qu'elle risque d'être parfaitement contre-productive. La vraie question qui nous est posée à tous est celle du non retour de tels actes. Les vastes espaces mauritaniens présentent une caractéristique importante : ils sont vivants, c'est-à-dire habités. Et ces populations qui les habitent et maintiennent vivantes les oasis, qui les parcourt inlassablement avec leurs troupeaux, sont le meilleur rempart contre leur utilisation par des bandes maffieuses, de coloration politique ou non.

Le développement touristiques de ces régions, où les savoirs-faire ne sont pas enfermés dans des musées ethnologiques, mais déployés au quotidien par la population, en permettant à ces gens de vivre décemment de leurs savoirs, et créant de nouveaux débouchés pour les jeunes, construit un véritable mur vivant contre la dégradation des régions du Sahara en zone de non droit.

Il est très urgent de repartir sur ce chemin, tant que les jeunes pousses du tourisme apparues il y a une quinzaine d'année ne sont pas définitivement perdues. Nous vous appelons de toutes nos forces à lever le classement en zone rouge des régions touristiques de la Mauritanie, classement injuste et potentiellement catastrophique.

Très respectueusement,

Pour l'association nationale des guides sahariens, Mohamed Mahmoud Bewba Nemoud


Commentaires : 0
Lus : 2478

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)