12-12-2012 00:53 - Traversées Mauritanides : Marie Ruggieri enflamme la salle de l’IFM.

Traversées Mauritanides : Marie Ruggieri enflamme la salle de l’IFM.

La 3ème édition de "Traversées Mauritanides" a été lancée sur les rampes hier, dans la salle de l’Institut Français de Mauritanie (IFM), en présence d’un public nombreux.

Après les discours et l’ouverture officielle du festival par le Secrétaire général du ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, place fut faite à la pièce de théâtre "Louise Michel -Ecrits et cris", interprétée par Marie Ruggieri et Christian Belhomme avec la complicité de Marie-Hélène Pinon et Samuel Raimondi, côté lumière et scénographie.

Plongée dans la pénombre, la salle de l’IFM avait retenu son souffle pour vivre ce voyage astral dans la France du 19ème siècle en compagnie de son héroïne, Louise Michel, admirablement interprété par une Marie Ruggieri qui a subjugué son public. L’histoire est celle d’une Noria, née dans les années 1830 qui résume dans ses écrits ce qu’elle est réellement, c’est-à-dire, "un cri".

C’est la vie, lue à travers ses lettres, d’une jeune femme de la société, née bâtarde d’un père châtelain qui ne la reconnaîtra jamais et d’une mère servante qui lui donna son nom, Mariane Michèle.

Louise traversera son époque comme un ouragan furieux, passant du métier d’enseignante à celle de révolutionnaire engagé, prenant part aux Barricades à Paris, frôla plusieurs fois le peloton d’exécution, et vit ses idoles, à l’image de Théophile Ferré, tomber sous l’échafaud. Voltaire, qu’elle prenait pour son Maître, était son confident, son confessionnel.

Par delà la vie tragique et mouvementée de Louise Michel, déportée pendant 7 ans en Nouvelle Calédonie après deux ans d’incarcération à Auberville, entre 1871 et 1880, c’est l’idéal d’une femme qui rêvait déjà d’égalité des sexes, d’émancipation des peuples et de justice sociale, une femme qui avait sacrifié toute sa vie pour les autres, qui passera en filigrane.

Sa mort en 1905 et les 120.0000 personnes qui suivirent en silence son cercueil, marquent l’apogée d’une icône dont la France et le monde se rappellent encore, plus d’un siècle après.

C’est surtout la force représentative de Marie Ruggieri qui a concouru plus que tout à restituer au personnage toute sa dimension humaine, pathétique et tragique. A la fin de la représentation, le public ne pouvait s’arrêter d’applaudir. Après la séance, il était difficile de réintégrer le présent, tellement le passé transposé par la troupe de la compagnie théâtrale Marie Ruggieri était réel.

Cheikh Aïdara.



Commentaires : 1
Lus : 1829

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • Baye Diagana (F) 05/07/2013 01:55 X

    Vous avez raison, c'était un très beau spectacle émouvant ! A travers cette histoire française, je voyais se dessiner celle de mon pays.