17-12-2012 21:38 - Fleur de chagrin, un film qui raconte la vie d’un jeune homme se battant contre la douleur.

Fleur de chagrin, un film qui raconte la vie d’un jeune homme se battant contre la douleur.

La réalisatrice française Françoise Dexmier a présenté ce dimanche 16 décembre son film Fleur de chagrin au Centre Culturel Marocain (CCM) de Nouakchott. Ce court-métrage a déjà été projeté au Festival de l’Image et du Fleuve, à Nouakshort Films (ex-Senaf) et bientôt au Maroc, en Espagne et en France.

Quelque part à Rosso, dans le sud de la Mauritanie, dans une maison, on entend le gazouillement d’oiseaux. Quelques visages surgissent. Puis celui de Mamadou Wane, qui a fait de la lutte contre la drépanocytose son cheval de bataille. La réalisatrice Françoise Dexmier filme les moindres détails de l’intérieur de la maison.

Les images sont enveloppées dans la voix nostalgique et triste d’Ami Diallo. Le bruit des gouttes d’eau ajoute au film un sentiment de douleur. La puissance de l’évocation de cette vision contemplative déchire l’emballage de la monotonie.

Entre poésie et documentaire, Fleur de chagrin montre le combat d’un jeune poète contre la drépanocytose qui "handicape douloureusement sa vie". "Après avoir perdu un œil, sa vie est une prière pour que jamais l’obscurité ne vienne assombrir le ruisselet de lumière qui lui reste. Lui l’amoureux du soleil, des couleurs, d’un brin d’herbe, d’un grain de peau".

On y découvre un jeune homme qui se bat contre la douleur quotidiennement. Le film nous fait pénétrer dans les zigzags d’une vie pleine de bouleversements, de souffrance, de chagrin, de fragilité, de lamentation. Ce film qui décrit "un homme en pleurs" et "le cœur brisé" est également un film d’espérance, une vision contre la fatalité.

"Dieu !Faites que je devienne l’oiseau pour m’envoler. Faites que le monde et les océans me portent sur leurs ailes". Fleur de chagrin est le premier film qui raconte la vie d’un drépanocytaire, de la drépanocytose qui demeure encore en Mauritanie une maladie banale. "On ne doit pas rester les bras croisés face à la drépanocytose" qui est une maladie héréditaire, a lancé Mamadou Wane, auteur du recueil de poèmes La rive des lamentations publié en 2011, après la projection du film.

Babacar Baye Ndiaye








Commentaires : 1
Lus : 1816

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • Homme Noir (H) 17/12/2012 22:13 X

    Ce film n'est pas à la hauteur non plus la poésie et les acteurs