16-01-2013 07:53 - 'La Mauritanie, ma seconde patrie'.

'La Mauritanie, ma seconde patrie'.

Après la projection, vendredi 18 janvier à 18 h 30, de "Mon ami disparu" (13 mn) de Zein Ould Abidine ou comment des jeunes sont recrutés pour être transformés en "bombes humaines", suivront "Soufisme, lumière du cœur" (1 h 06 ; a obtenu le 3e Prix de la SENAF *) et "Fleur de chagrin" (18 mn ; sélectionné dans plusieurs festivals), deux documentaires réalisés respectivement en 2011 et 2012 par Françoise Dexmier (notre photo), une artiste plasticienne qui se partage depuis 10 ans entre la France et la Mauritanie dont elle dit volontiers qu'elle est sa "seconde patrie".

La réalisatrice, que nous avons rencontrée, évoque donc l'attachement à ce pays africain qui aurait pu être celui de sa naissance : "La Mauritanie n'est pas le pays d'Afrique le plus connu et pourtant il est, à ma connaissance, le plus tolérant et le plus ouvert du monde !

Il est toutefois placé dans une position inconfortable, à cheval entre le Maghreb et l'Afrique noire. Et maintenant il y a cette situation explosive au Mali.

Depuis toujours les Mauritaniens craignent un effet "poudrière".... Il faut dire que dans cette république islamiste, tournée vers les autres, c'est une religion modérée qui est prônée, et le gouvernement lutte de toutes ses forces contre le terrorisme. Les deux protagonistes des films présentés à Prades sont d'une part Djibril Li, un directeur d'école, grand écologiste et poète qui s'exprime sans tabou et en toute liberté ; et d'autre part Mamadou Wane, historien au départ, puis aussi poète, âgé de 38 ans.

Il est atteint depuis sa naissance par une maladie génétique, la drépanocytose, qui va malheureusement le rendre aveugle. Nous avons évoqué ensemble les belles choses de la vie et mon regard fut pour lui comme une sorte de "pinceau" posé sur une toile imaginaire à laquelle il aurait donné ses propres couleurs... Dans le film seul est visible Mamadou. On entend juste ma voix en off.

Ce sont deux hommes bons, dignes, courageux, qui ont une conscience aigue des réalités. Je suis très fière de les avoir rencontrés et noué avec eux des liens d'amitié sincère. J'espère simplement que les spectateurs ressentiront le respect et l'émotion que j'ai éprouvée à leur contact".

* Semaine nationale du Film


Va. P.



Commentaires : 0
Lus : 2609

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)