29-03-2013 19:29 - Ve Nuits du Rire : l’humoriste Mamane décompresse plus de 2.000 personnes [Vidéo & PhotoReportage]

Ve Nuits du Rire : l’humoriste Mamane décompresse plus de 2.000 personnes [Vidéo & PhotoReportage]

Soirée époustouflante et comique jeudi 28 mars au forum de l’Institut Français de Mauritanie (IFM) qui a réuni plus de 2.000 personnes. L’humoriste Mamane, célèbre chroniqueur à Radio France Internationale (RFI), y présentait son spectacle, Bienvenue au Gondwana, à l’invitation de l’Institut Français de Mauritanie (IFM) et de la Compagnie Vents de Sable.

L’humoriste d’origine nigérienne était à l’affiche avec les comédiens de la Compagnie Vents de Sable, Timtimol, Izdihar et les deux lauréats du concours de comédie, Nouakchott Stand up, Moussa Bâ et Bouna Diakité.

C’est le directeur adjoint de l’IFM, Jany Bourdais, qui va d’abord donner le ton de la soirée. «Oui, ce soir, ont est là pour rire. Alors, surtout, riez de bon cœur. Riez de tout votre cœur. Il faut rire. Riez comme des fous. N’hésitez pas. Tordez-vous de rires. Riez très fort, tout bas, tout haut, mais riez.

Riez comme des baleines, des tordus, des bossus. Riez à gorge déployée. Riez de toutes vos dents. Riez à vous décrocher la mâchoire. Riez ce soir aux larmes car c’est mieux d’en rire que d’en pleurer», lance-t-il à la foule.

A sa suite, Daouda Kane, initiateur des Nuits du Rire, improvise un spectacle haut en humour, avant d’introduire celui que tout le monde attend. «Mesdames et messieurs, veuillez accueillir le président de la République très très démocratique de Gondwana», lâche-t-il.

Sa voix est engloutie par une marée d’ovations et de hurlements. Puis, on entend des sirènes. «Mesdames et messieurs, chers citoyens gondwanais, le moment le plus important de votre vie est enfin arrivée. Veuillez arrêter toute activité utile. Arrêter de respirer, de penser. Ralentissez les battements de votre cœur et veuillez vous lever pour le discours à la nation de votre leader bienaimé, Son Excellence président fondateur, guide éclairé de la République très très démocratique du Gondwana», annonce une voix féminine.

L’hymne de la République très très démocratique est exécutée. Tout le public se lève pour l’écouter. Mamane apparait sur la scène, habillé jeune et très décontracté. C’est l’ovation. «Je vois que vous êtes très gondwanais», chambre-t-il.

Il consacre les premières minutes de son spectacle à raconter que c’est sa première fois d’être en Mauritanie, confie qu’il a été frappé sur le ton de l’humour par la courtoisie des mauritaniens mais se moque d’eux lorsqu’il apprend par le biais du public qu’il n’y avait pas de boites de nuits à Nouakchott. «Je comprend maintenant pourquoi vous marchez comme ça… », se gausse-t-il.

Juste ce qu’il faut pour bien démarrer le spectacle qui durera 1h 10mn. Il aborde l’organisation des élections en Afrique, les détournements des biens publics, le système éducatif et sanitaire, les séjours en prison, la situation des réfugiés et de l’emploi, les coups d’Etat, les rebellions, la mauvaise utilisation des ressources naturelles de l’Afrique par ses dirigeants.

A l’arrivée, on ne peut que soupirer: «Ah ! L’Afrique, quel beau continent ! » De temps en temps, il choisit de parler de la Mauritanie. «Depuis que je suis arrivé, j’ai remarqué que les mauritaniens sont de petits malins. Ils me disent tous : Bon, Mamane, qu’est-ce qui se passe au Gondwana, si quelqu’un finance la campagne électorale du président fondateur et qu’après, ils ne s’entendent plus ?».

Là, le public se tord de rires. «Moi, je dis non, cela n’arrive jamais au Gondwana». Il ajoute une autre couche : «Est-ce qu’au Gondwana, si, on t’arrête dans une rafle et que tu es sénégalais… ».«Qu’est-ce que tu fais Mamane, si au Gondwana, tu as fait des études en français et qu’à la faculté, on te dit que c’est en gondwanais?». «Je dis que cela n’arrive jamais au Gondwana».

A l’arrivée, Mamane a tenu fort bien son rang de grand humoriste qui sait bien s’inspirer des actes que les gens posent pour les mettre en spectacle sans ridiculiser.

Babacar Baye Ndiaye


Avec Cridem, comme si vous y étiez...













































































































Commentaires : 2
Lus : 7754

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • jemalcool09 (H) 30/03/2013 17:00 X

    C'etait super... la France, tu l'aimes ou tu la quittes... il est drole ce gars mais les sketches locaux etaient tres bien aussi

  • Le Pacificateur (H) 29/03/2013 20:12 X

    Le spectacle a tenu toutes ses promesses ! Et cette phrase de Mamane est le cerise sur le gâteau : « Depuis que je suis arrivé, j’ai remarqué que les mauritaniens sont de petits malins. Ils me disent tous : Bon, Mamane, qu’est-ce qui se passe au Gondwana, si quelqu'un finance la campagne électorale du président fondateur et qu’après, ils ne s’entendent plus ?". Suivez mon regard !!!