07-09-2013 19:04 - 1000 Ouguiya pour une carte d’identité : Anticonstitutionnel et discriminatoire

1000 Ouguiya pour une carte d’identité : Anticonstitutionnel et discriminatoire

L'émission d'une nouvelle carte nationale d'identité biométrique à tout citoyen mauritanien âgé de 15 ans ou plus, est indispensable pour le plein exercice de ses droits civils et politiques.

Le mauritanien lambda ne fait usage de sa carte d’identité que dans de rares cas de démarches administratives. Mais en cette période pré électorale, les citoyens sont de plus en plus motivés pour s’inscrire sur la liste électorale et augmenter ainsi leur chance de voter. La carte d’identité est la seule pièce d’état civil, obligatoire pour l’inscription et le vote.

Or, le retrait de la carte d’identité auprès des agents en charge, se fait moyennant le paiement d'une charge administrative de 1000 ouguiyas. Ce montant constitue un obstacle pour beaucoup de citoyens, pour entrer en possession de leur nouvelle carte d’identité.

Pourtant, selon la Banque Mondiale, le revenu moyen annuel brut par mauritanien en 2011 était de 1000 $US, soit 2,74 $US par jour (environ 816 ouguiyas par jour).

Ce revenu n’a pas été amélioré au 1er semestre 2013. En outre plus de 40% de la population mauritanienne (à famille nombreuse) vit sous le seuil de la pauvreté, ce qui les exclus théoriquement de l’accès à la nouvelle carte d’identité qui n’est d'ailleurs pas la priorité vitale pour cette frange. Ils attendent qu’une personnalité, un élu, un chef traditionnel, un notable ou autre individu ayant un intérêt politique, vienne payer à leur place.

Le droit de vote ne peut être soumis à des conditions économiques qui excluent une frange importante de la population. Cette discrimination est anticonstitutionnelle en ce qu’elle viole les dispositions de l’article 3 de notre constitution, relatives au caractère universel du suffrage.

Obliger une partie de l'électorat à ‘’quémander’’ des apports financiers d'individus politiquement intéressés pour obtenir le seul document essentiel à l'exercice de leur droit de vote n'est pas une pratique compatible avec les valeurs démocratiques que défend la Mauritanie.

Le payement de 1000 UM, constitue donc une discrimination basée sur la fortune, et une restriction déraisonnable, prévues par le Pacte International pour les droits civils et politiques, auquel la Mauritanie a adhéré. En effet, les articles 2 et 25 dudit pacte stipulent :

Article 2 : Les Etats parties au présent Pacte s’engagent à respecter et à garantir à tous les individus se trouvant sur leur territoire et relevant de leur compétence les droits reconnus dans le présent Pacte, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.

Art. 25 Tout citoyen a le droit et la possibilité, sans aucune des discriminations visées à l’art. 2 et sans restrictions déraisonnables:

a) De prendre part à la direction des affaires publiques, soit directement, soit par l’intermédiaire de représentants librement choisis;

b) De voter et d’être élu, au cours d’élections périodiques, honnêtes, au suffrage universel et égal et au scrutin secret, assurant l’expression libre de la volonté des électeurs;

c) D’accéder, dans des conditions générales d’égalité, aux fonctions publiques de son pays.

Dans plusieurs pays dont la France, le Cameroun, le Pakistan, etc. l’obtention de la carte d’identité nationale est gratuite. Les pays qui exigent des frais, le justifient ‘’par le fait que la nouvelle carte n'est pas obligatoire, ou que l'ancienne demeure valide (par exemple en Géorgie), ou n'est pas le seul document qui permet de s'enregistrer ou de voter’’.

J’invite les autorités du pays à supprimer ses frais pour se conformer à la légalité et prouver pour une fois que les citoyens sont réellement au cœur de leur préoccupation.

Malick Fall
President d’ONG
Mail : secoursnet@yahoo.fr



"Libre Expression" est une rubrique où nos lecteurs peuvent s'exprimer en toute liberté dans le respect de la CHARTE affichée. 

Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.





Commentaires : 4
Lus : 3815

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • BELMAGVAR (H) 08/09/2013 03:01 X

    @persi al de France,
    J'ai donné mon point de vue qui évidement peux ne pas convenir à un mécontent éternel.

    Quant à "roublard","voleur",ce language ne donne pas de coup de pousse et ne fait pas que vous ditent une vérité quelconque. Enfin,revoyez vos idées avec un minimum d'honneteté et moins de passion de mécontent pour reconnaitre que le droit de timbre est partout et loin d'etre anticonstitutionnel comme le soligne l'auteur et comme tu soutiens avec mauvaise foi.

  • presi al (H) 07/09/2013 23:14 X

    @ BELMAGVAR
    Arrêtez la!! et arrêtez tout de suite, on voit bien que vous ne maîtrisez pas le sujet, avec tout ce que l'auteur développe ici, vous vous permettez de l'appeler je cite "un droit de timbre"?

    ou vous êtes un gros roublard, ou vous faites parti de ces grands voleurs de la république, qui se sucrent bien sur le dos des pauvres populations.

    Merci a Mr FALL pour cet article, c'est le rôle des ONG et une société civile qui se respecte doit s'impliquer dans ce sens.

  • fidelis (H) 07/09/2013 21:54 X

    C'est effectivement un probleme de fonds que chaque mauritanien honnete doit denoncer. Les citoyens riches et pauvres n'auront pas les meme facilites d'acces a la carte d'identite : c'est une grave discrimination.

  • BELMAGVAR (H) 07/09/2013 21:19 X

    Malick Fall
    La mauritanie ne fait pas exception et dans tous les pays du monde le droit du timbre pour tout acte administratif est prévu et réglementaire.

    Arretez ces balluvernes de mécontent éternel, qui poussent à dire que prendre des droits de timbre est anticonstitutionnel.

    connaissez vous le sens de discrimination pour l'utiliser ici, face à une mesure pour tous?????