02-12-2013 07:54 - Rentrée littéraire : Djibril Hamet Ly, hôte de Paroles d’ Ecrits animées par Manuel Bengoéchéa [PhotoReportage]

Rentrée littéraire : Djibril Hamet Ly, hôte de Paroles d’ Ecrits animées par Manuel Bengoéchéa [PhotoReportage]

Le 21 novembre dernier, Djibril Hamet Ly était également l’hôte de Paroles d’ Écrits animées par Manuel Bengoéchéa pour la présentation de sa pièce de théâtre, "L’arbre à la cour criminelle", à l’Institut Français de Mauritanie (IFM).

Quelque part sur terre, dans un Palais de justice, l’enfant arbre est appelé à la barre pour témoigner au procès de ses propres bourreaux, les hommes. Le décor ressemble à celui d’une cour de justice où l’on retrouve l’avocat général, le président de séance, l’avocat de la défense, de la partie civile, les témoins à charge et à décharge…Autant de symboles qui rappellent un procès.

"Votre honneur, qui tiendra compagnie à l’homme si je ne suis plus ? Où pense-t-il pouvoir vivre seul sur cette terre ? L’homme risque fort d’être rattrapé par sa bêtise. J’ai été témoin de violences que la raison ne peut accepter. J’ai vu des arbres massacrer", lance l’enfant arbre, lu par Manuel Bengoéchéa.

La déforestation et l’extinction des espaces verts ont inspiré l’écriture de la pièce de théâtre "L’arbre à la cour criminelle". "Je retourne à mon village après plusieurs années. La forêt que je traversais et qui était touffue, dans laquelle il était difficile de passer, est devenue un espace nu. Rien que des arbres secs et un lac sec. Plus rien. Je constate choqué", se rappelle encore Djibril Hamet Ly.

A l’époque, il avait 33 ans et était inspecteur de l’enseignement fondamental. Cette pièce de théâtre rappelle le mal enfanté par la main de l’homme qui cherche du bois de chauffe, qui transforme le bois en charbon ou encore en meuble.

Puis, les discussions sont lancées entre lui et le public rassemblé sous la khaima. Il répond aux questions de l’assistance, balaie d’un revers de la main l’idée selon laquelle, "le théâtre n’est pas une prépondérance culturelle mauritanienne". Il cite, par exemple pour convaincre l’auditoire, Hamame Fall qui jouait régulièrement du théâtre à Nouakchott et à Atar. Ensuite, il évoque ces "troupes théâtrales qui sont filmées, qui jouent, qui se déplacent de villes en villes" en citant par exemple Sifa Hanki Pinal Handé, Timtimol ou encore Jallude Jam.

Passé ce point de vue sur le théâtre en Mauritanie, celui dont l’écriture théâtrale est poétique, comme il le revendique évoque ses projets d’écriture constitués de nouvelles, d’un roman épistolaire en français, d’un roman en Pulaar, d’un panorama de la littérature peule en Afrique de l’Ouest, d’un dictionnaire encyclopédique en Pulaar, d’un recueil de poèmes sur sa vie carcérale.

Comment l’auteur de cette grande œuvre non encore publiée écrit-t-il ? "J’écris sur plusieurs fronts à la fois. Je me fatigue d’un projet, je me repose avec un autre. Voilà comment j’écris!"Belle optique de transformer le temps, son existence, sa chair spirituelle, son vécu, son passé et ses interprétations de la vie mouvementée.

Babacar Baye Ndiaye

Avec Cridem, comme si vous y étiez...








Commentaires : 2
Lus : 3936

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • Dakoma (H) 02/12/2013 10:37 X

    M Ly est un homme d'une sociabilité exceptionnelle, décomplexé, généreux,et grand pédagogue. Il aime la culture en général et la sienne en particulier, mais sans chauvinisme aucun. A sa table je me suis toujours rempli la panse, des copieux repas préparés par la parfaite maitresse de maison qu'était son épouse, (qui j’espère l'est toujours.) Comme j'ai bénéficié de sa sagesse,et de ses conseils.

    Enfin je l'accompagnais souvent le soir après dîner à l'école "Marché" ou il faisait faire des répétions à sa troupe. Les hommes comme lui l'histoire n'en produit qu'un tous les siècles.

    Témoignage d'un élève

  • boubou_kibili (H) 02/12/2013 08:01 X

    SE Madame la Ministre, Je vous aurais cru si vous étiez de la COD ou du coté des boycottistes. Vous savez bien que votre formation (PRDR) a été rattrapée par l'histoire car n'oubliez jamais que ce furent vos méthodes du temps de la defunte PRDS et bien l'Union Pour Rien (UPR) qui a vecu de vos cendres vous fait la même chose.

    Je suis d'accord avec vous que ce n'est pas sympa on ne traite pas les parrains de la sorte!!!!! Soyez plus prudente à l'avenir. Mes respects tout de même.