07-01-2014 12:21 - Communiqué de la CNDH sur les propos blasphématoires tenus à l’encontre du prophète (PSL)

Communiqué de la CNDH sur les propos blasphématoires  tenus à l’encontre du prophète (PSL)

La Commission Nationale des Droits de l'Homme de Mauritanie a pris connaissance avec consternation des écrits d'une violence inénarrable tenus à l'encontre du Prophète Mohamed ( PSL), Prophète de l'Islam, religion de l'Etat et du peuple mauritaniens.

Blasphématoires, vexatoires et provocateurs, ces écrits hérétiques ont été confirmés par leur auteur qui a persisté dans sa diatribe contre l'islam et son Prophète. Ce faisant, il entre dans le champ d’application de l’article 306 de l’Ordonnance n°83-162 du 09 juillet 1983 portant institution d’un Code Pénal qui dispose que :

« Tout musulman coupable du crime d'apostasie, soit par parole, soit par action de façon apparente ou évidente, sera invité à se repentir dans un délai de trois jours.

S'il ne se repent pas dans ce délai, il est condamné à mort en tant qu'apostat, et ses biens seront confisqués au profit du Trésor. S'il se repent avant l'exécution de cette sentence, le parquet saisira la Cour suprême, à l'effet de sa réhabilitation dans tous ses droits, sans préjudice d'une peine correctionnelle prévue au 1er paragraphe du présent article. Toute personne coupable du crime d'apostasie (Zendagha) sera, à moins qu'elle ne se repente au préalable, punie de la peine de mort».

Cette violence, théorisant des thématiques diffamatoires ayant pour but de discréditer l'Islam et son Prophète, est inacceptable en ce qu'elle trouble et outrage tout un peuple dans ses convictions les plus profondes. La Commission Nationale des Droits de l’Homme marque sa désapprobation et sa condamnation fermes, d'une telle conception de la liberté d'expression et de conscience.

La Commission Nationale des Droits de l'Homme rappelle que choquer et blesser délibérément les peuples dans leurs convictions religieuses est un acte de violation de leurs droits collectifs qui appelle une réaction proportionnelle. La Commission Nationale des Droits de l’Homme s'associe à l'indignation unanime du peuple mauritanien suscitée par ces écrits blasphématoires.

La Commission Nationale des Droits de l’Homme salue la retenue dont à fait preuve le peuple mauritanien et se félicite de l'esprit de civilité et de citoyenneté qui a prévalu jusqu'à présent. La Commission Nationale des Droits de l'Homme réitère sa foi en la justice qui, en tout état de cause, saura garantir un procès juste et équitable pour l’auteur des écrits incriminés.

Irabiha Abdel Wedoud
Présidente de la Commission Nationale des Droits de l’Homme/ CNDH Mauritanie




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : CNDH
Commentaires : 10
Lus : 3856

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (10)

  • BELMAGVAR (H) 08/01/2014 02:21 X

    Pardon MburuSoos!!!
    Qui connait le pardon et qui l'applique?
    Certains ne sont t'ils pas entraint de mettre l'intégrité du pays et la quiétude de tous les citoyens en danger à cause de l'absence du pardon, bien qu'ils ne sont pas ayant droit(organisations raciales TPMN, FLAM et bien d'autres?

  • MburuSoos (H) 07/01/2014 23:45 X

    Chère madame
    que dites-vous de la richesse mal répartie, du racisme d'état, de l'esclavage que l'IRA est entrain de combattre et de la mauvaise gestion de l'éducation? >

    s'il avais insulté le Prophète (SAWS) de face il l'aurai certainement pardonné mais pas tué.

    Pour vous rappeler chère madame que dans la loi islamique il y a sentence mais il y a surtout pardon.

  • foutaanke (H) 07/01/2014 21:26 X

    il ne manquait plus que ca, une organisation des droits de l'homme qui condamne, j'avoue que c'est surprenant car son role devrait etre de veiller à ce que le proces du presumé coupable soit equitable et qu'on lui donne toutes les latitudes pour se defendre, mais notre CNDH nationale jette le jeune homme dans la gueule du loup car c'est un organe au service du gouvernement dont il perpetue les echos

    il suffisait que le president dise que c'est une histoire banale pour que madame retire ses jugements, le ridicule ne tue pas en rim

  • kaba (H) 07/01/2014 16:38 X

    Les mauritaniens ont besoin d'aller a l'ecole, 70% de la population n'a pas ete a l'ecole et veulent se meler des affaires publiques. Il faut que l'etat fasse des reformes fondamentales de l'education, creer des ecoles, former des vrais professeurs, sinon on ne se developpera jamais.

    Quand a cette servante d'ASS-IZ, elle est entrain de faire son boulot, rapporter ce que la dicte.

    Vous avez force la population a l'arabisation, mais vous voyez le fruit, il y a plus de mauritaniens analphabetes que d'intelectuels.

    IL FAUT DES REFORMES DE L'EDUCATION, NOS ENFANTS SONT NOTRE FUTURE. STOP LE RACISME

  • bach (H) 07/01/2014 16:17 X

    mdmdlemine: je suis un musulman, j'ai aussi lu les écrits du jeune, je ne suis ni choqué, ni indigné, ni frustré. je suis juste dessus par notre tradition millénaire a enseigner de manière partielle la réligion.

    aujourd'hui la connaissance est devenue universelle. ce jeune est juste victime de notre société, de nos pratiques et de nos soit disant vérités absolues. il a rencontré un savoir qui lui était caché (vrai ou faux, je ne saurai le dire).

    js signe que le CNDH a trempé aujourd'hui dans la médiocrité. et si vous croyez à l'éfficacité de votre "dame" vous ne l'aurez jamais souhaité un poste politique. elle peut être utile ailleurs sans sous, sans pouvoirs et sans tamtam.

  • Renard (F) 07/01/2014 15:55 X

    Ah oui... Prendre d’assaut la maison du Hakem... Promettre 4 000 000 d'Um à celui qui tuera ce garçon... Ce n'est pas de la violence? Si j'ai bien compris cette dame fait le jugement avant le juge...

    Le besoin de vous faire remarquer, de vous profiler va un peu loin chère Madame... Cette commission nationale des droits de l'homme est une mascarade... Depuis quand la représentation des droits de l'homme invoque t'elle la peine de mort comme justifiée? L'apostasie à ce que je sache n'est pas prouvée...

    Heureusement que le Saint Prophète faisait preuve de plus de grandeur, car combien de gensz aurait il fait tué de son vivant?

  • mdmdlemine (H) 07/01/2014 15:54 X

    bach ne crachez pas votre vénin sur la CNDH. Elle n'a pas réclamé l'exécution d'une vie humaine, mais juste rappelé la nécessité de préserver la force de la loi.

    Ce sont des milliards de croyants qui se sont indignés par ce blasphème auxquels vous ne témoigné aucun sentiment préférant défendre un jeune dont la mauvaise gestion de l'écrit peut enfanter d'autres livres plus blasphématoires. Il faut arrêter ce cyclone avant qu'il ne soit trop tard.

    Enfin, ne reporocher rien à la CNDH si vous tenez réellement à la décourager dans son appel ferme à appliquer la loi, surtout si l'on sait que le porblème principal dont souffre actuellement la mauritanie est le caractère de non respects des reglements. Il suffit de l'entrée en oeuvre d'une seule loi pour créer une prise de conscience irréversible chez les gouvernants et les gouvernants et contirnuer donc à l'émergence d'une soicèté organisée, sachant ses droits et ses obligations

  • bach (H) 07/01/2014 15:26 X

    CNDH, lutte contre le droit de l'homme vous avez dit? En brandissant cette disposition vous cautionner directement la peine capital, est ça vous appelez ça le droit de l'homme.

    Comment le CNDH peut brandir cet article contre ce jeune, il n'est pas coupable, il est présumé innocent, et en plus nous n'avons pas vu les charges retenues contre lui.

    Apostatasie, blasphème, réligion d'état, que du PIPPO! un état, comme une terre n'ont pas de réligion. j'ai enfin pu lire les ecrit de notre cher ami et là en tant que musulman je me pose des questions?

    Est ce que les écrits, les affirmations de ce jeune homme sont vrais ou faux?

    Nous sommes dans le pays des saints, des savants, des oulemas, des fikhs, des je sais tout, alors montrez aux monde entier que ce monsieur a écrit du faux c'est la le combat. tuer, emprisonner ce jeune homme serait une hérésie totale.

    La CNDH brille aujourd'hui par son manque de discernement. La rélation est une science sociale, elle regit les rapport entre les communautés (les rapport de force), entre hommes et femmes, entres adultes et enfants, entre maîtres et esclaves.

    comment peut on condamner, quelcun qui denonce les us et coutumes, les lois et traditions de nature a le leser et même si ces lois viennent de Dieu?

    je pense qu'il faut se reveiller et se poser des question. l'heure est plus que grave.

    dans les années a venir on verra probablement des Mauritaniens reclammer leur demission de la sainte réligion pour n'avoir pas compris, pour n'avoir pas pu faire le lien entre la pratique et la théorie, entre le visuel et le caché, entre le spirituel et le social. c'est maintenant qu'il faut agir, agir c'est eduquer, c'est expliquer et non blamer.

  • damocles (F) 07/01/2014 13:02 X

    Rien à redire si la justice fait son travail dans les regles, par contre cette dame comme tous les pseudo responsables de ce pays sont des beni oui et à ce titre ne prennent aucune initiative, ce qui revient à dire que le poste de premier ministre peut revenir au premier charetier

  • mdmdlemine (H) 07/01/2014 12:47 X

    Parfait. Rien à ajouter. Appliquer la loi rien que la loi. Courage, continuez votre progression dans le bon chemin et rassurez -vous du soutien des mauritaniens pour les bonnes causes.

    Sur un autre plan, ne pensez-vous pas comme moi, que si le Premier ministre n'a pas son pareil pour être remplacé dans le futur gouvernement de l'ère postélectorale, cette dame de fer qui mène un travail de titan pour les droits de l'homme, présente à toutes les occasions nécessaires, n'est-elle pas bien partie pour mériter une promotion dans le futur attelage gouvernemental