28-04-2014 08:17 - Le langage d'autorité politique et ses traductions en Mauritanie précoloniale rois, chefs et émirs dans la Gibla du XIXE siècle (conclusions)

Le langage d'autorité politique et ses traductions en Mauritanie précoloniale rois, chefs et émirs dans la Gibla du XIXE siècle (conclusions)

Adar-Info - Les passages cités précédemment suggèrent de manière variée et contradictoire des manières par lesquelles les habitants de la gibla décrivaient le pouvoir, l’autorité et les qualités des chefs qui présidaient au commerce des escales et qui recevaient en leur nom les coutumes.

Dans la lettre qui ouvre cet article, Muhammad al-Rajil dément de manière véhémente que les coutumes « appartiennent à Ahmaddu », et il met en doute les hypothèses légitimistes des Français en présentant un idéal collectif de chefferie qui « prend en charge ses affaires » sous couvert de sa parenté.

La lettre de wuld Khaddish fait état des mêmes valeurs, mais critique Muhammad al-Rajil en affirmant qu’il ne les a pas adoptées. Le Roi a perdu son droit à être amîr parce qu’il a « abandonné » les dépendants des Ahl Aghrish et, pire encore, a conduit les ennemis des Trârza contre eux.

Les lettres de Muhammad al-Habib et de Sidi A‘li montrent encore des images différentes des chefs. Pour le premier, les solidarités des Ahl Aghrish sont hors de propos ; naturellement, la question de qui possède l’autorité en droit était décidée « en dehors des Awlâd ‘Abdallah ». La responsabilité de l’amîr se réfère, quant à elle, au pays en tant que tel, à la suppression de la corruption et à l’amélioration (des conditions de vie).

La lettre de Sidi ‘Ali adopte la même terminologie, mais l’habille du contexte spécifique des relations entre les Européens et la gibla. Le terme fasâd indique la corruption qui provient des querelles avec les commerçants et « altère ce qui a existé » dans les escales. Dans ce sens, le terme islâh indique l’amélioration qui provient de la restauration de la bonne harmonie, telle qu’elle était définie par la coutume à l’époque de Ahmaddu. Seul Sidi A‘li peut garantir l’islâh parce qu’il est le seul à avoir hérité de son père un droit dynastique.

Ces différentes lettres décrivent l’autorité des émirs de différentes manières, qui reflètent la très grande ambiguïté de ce qui était l’autorité au sein de la société de la gibla. Dans certains contextes, l’amîr était un shaykh, un sayyid ou un ra‘îs, le chef de son groupe de parenté et de ses pairs. Dans d’autres contextes, l’amîr était un chef de guerre. Il pouvait être aussi un sultân ou un buur, des termes qui suggèrent l’influence idéologique des sociétés sédentaires voisines au Nord [le makhzen du Maroc] et au Sud [les États wolof].

L’importance relative de ces personnalités politiques a évolué, sans aucun doute, d’une époque à une autre. Cependant, toujours et partout, l’émir était Roi. Ce furent les escales qui fournirent les plus claires différenciations entre l’autorité émirale et les autres chefferies guerrières. Le commerce de la gomme arabique ne fournit pas seulement les coutumes mais un régime symbolique très élaboré, fait d’honneurs, d’étiquette, et de dignité qui entourait le Roi durant sa visite annuelle à l’escale.

Au cours du milieu du XIXe siècle, ces coutumes étaient fortement ancrées. Parmi les Trârza, elles perdurèrent sept ou huit générations, chez les Brâkna quatre ou cinq générations [1].

Affirmer l’importance du commerce extérieur dans l’évolution des coutumes de la gibla concernant la chefferie politique, ne signifie pas, bien sûr, affirmer que l’autorité du Roi ou des émirs était un simple produit de l’imagination coloniale, ou que cette autorité était, d’une manière ou d’une autre, conférée par des étrangers Européens sur les groupes locaux .

Cela ne signifie pas plus que le rang social dans les escales était séparé d’une conception plus générale des rangs au sein de la société guerrière. Au contraire, les lettres citées montrent comment les écrivains de la gibla dessinaient les idéaux guerriers locaux du pouvoir politique, de responsabilité et du commandement, comme étant les qualités de l’amîr, tout en ré-interprétant ces idéaux à fin de persuader les Français.

Ce que je voudrais suggérer ici c’est que les concepts internes d’autorité politique développés parmi les chefs hassân de la gibla furent réalisés en contact étroit avec la lingua franca des escales, une sorte de no-man’s-land conceptuel où les Européens cherchaient les Rois, et où les guerriers voulaient imposer le hurma (l’impôt coutumier) sur une nouvelle espèce de tributaires. En dernière analyse, les deux parties trouvèrent que pour être comprises, il fallait qu’elles s’adaptent au discours de l’autre.

Cette dynamique de traduction qui animait ces échanges ne fut pas restreinte à la gibla, elle n’est pas non plus exclusive aux rencontres entre Africains et Européens. Il s’agit certainement d’un thème général de l’histoire de l’Afrique. De fait, dans l’Afrique précoloniale (et contemporaine) les idées circulaient librement, à travers les multiples frontières du langage et de l’ethnicité.

À chaque frontière, changeante dans le temps, on trouvait de personnes capables de traduire leurs pensées dans de discours destinés à être compris par leurs voisins, ce faisant, les uns et les autres ajustaient leurs propres modes de compréhension et de perception de l’Autre.

Dr Raymond M. Taylor Saint Xavier University, Chicago (États-Unis) .Traduit de l’Anglais par Christophe de Beauvais .Publié dans : Colonisations et héritages actuels au Sahara et au Sahel, sous la direction de Mariella Villasante Cervello, Paris, L’Harmattan : 205-236.

Articles précédents : http://adrar-info.net/?p=24356 ; http://adrar-info.net/?p=24396; http://adrar-info.net/?p=24400;http://adrar-info.net/?p=24441; http://adrar-info.net/?p=24456; http://adrar-info.net/?p=24472

[1] Si l’on tient compte de la liste canonique des Rois ou des émirs Trârza on peut compter : Haddi, A‘li Shandura et ses frères, ‘Amar wuld A‘li Shandura, la génération de al-Mukhtar et de A‘li al-Kawri wuld ‘Amar, la génération des fils de al-Mukhtar wuld ‘Amar, une partie de la génération entre ce dernier et ‘Amar wuld al-Mukhtar, la génération de Muhammad Lhabib et ses frères, et enfin la génération des fils de Muhammad Lhabib.

Références citées

Sources d’archives

Archives Nationales du Sénégal, Dakar (ANS)

ANS 9G-4, 2, Ahmaddu wuld Sidi A‘li au Gouverneur, le 25 Avril 1818.

ANS 9G-1, 6, ‘Amar wuld al-Mukhtar au Gouverneur, sans date, circa 1820-1822.

ANS 9G-6, Traités, Maures Trarzas, 1810-1893, Traité du 7 Juin 1821.

ANS 9G-6 (Traités, Maures Trarzas, 1810-1893), document n°6, « Réflexions sur la paix avec les Trarzas », E. Brunel, Inspecteur des cultures, le 25 Février 1829.

ANS 9G-6, Traité du 15 Avril 1829 entre Brunet, Pellegrin, Calvé et Alin de la part du Gouverneur ; et Ahmad wuld Laygat, Ahmad wuld Bûbakar al-Sadiq, Ahmaduta, et Muhammad wuld Sidi de la part de Muhammad Lhabib.

ANS 9G-4, 12, Ahmaddu wuld Sidi A‘li au Gouverneur, 1840.

ANS 1G-19, Voyage chez les Braknas par M. du Château, 1848.

ANS 9G-1, 28, Gouverneur à Mhammad wuld Sidi, avec la réponse, 1848.

ANS 9G-4, 27, Bûbakar wuld Khaddish, Sidi Ahmad wuld Muhammad, Bûbakar wuld Gayla‘ et Mhammad Khayy à Reverdit, sans date, circa Mai-Juin 1848.

Q-20, 85, Rapport de Reverdit sur le commerce des coutumes, le 6 Juillet 1848.

ANS 9G-1, 101, Rapport de Reverdit au Gouverneur, le 14 Février 1849.

ANS 9G-4, 31-32, le 4 Août 1848, Muhammad al-Rajil au Gouverneur, traduction française et original en arabe.

ANS 9G-4, 56, Sidi A‘li wuld Ahmaddu au Gouverneur, le 29 Mai 1853.

ANS 9G-4, 55, Trad. française du dossier ANS 9G-4, 56, Sidi A‘li wuld Ahmaddu au Gouverneur, le 29 Mai 1853.

ANS 9G-1, 145, Chefs des Awlâd Khlifa au Gouverneur, le 19 Février 1857.

ANS 9G-4, 100, Sidi A‘li wuld Ahmaddu au Gouverneur, le 23 Janvier 1860.

ANS 9G-1, Correspondance Trarzas, 1799-1864, et 9G-4 Correspondance Braknas, 1817-1885.

ANS 9G-1, 211-2, Sidi Mbayrika au Gouverneur, le 1er Mai 1864.

ANS 9G-4, 149, Muhammad al-Habib wuld al-Mukhtar au Gouverneur, le 29 Juillet 1864.

ANS 9G-4, 152, Muhammad al-Habib wuld al-Mukhtar à Faidherbe, le 21 Décembre 1864.

ANS 9G-4, 166, Muhammad al-Habib wuld al-Mukhtar au Gouverneur, le 10 Janvier 1865.

9G-1, 23, A‘li wuld Muhammad Lhabib au Gouverneur, sans date (circa 1873-86).

ANS 9G-5, 5, Muhammad wuld Swayd Ahmad au Gouverneur, sans date.

Références bibliographiques

As-Sa’d Muhammad al-Mukhtar ould, 1989, Émirats et espace émiral maure. Le cas du Trarza aux XVIIIe-XIXe siècles, REMMM 54, 4 : 53-82.

Azan H., 1864, Notice sur le Oualo (Sénégal), Revue maritime et coloniale 10 : 327-360, et 466-498.

Bonte Pierre, 1982, Tribus, factions et état. Les conflits de succession dans l’émirat de l’Adrar, Cahiers d’études africaines, 87-8, 22, 3-4 : 489-516.

Bonte Pierre, 1985, Ramages maures, Journal des africanistes, 55, 1-2 : 39-52.

Bonte Pierre, 1987, Donneurs de femmes ou preneurs d’hommes ? Les Awlad Qaylân, tribu de l’Adrâr mauritanien, L’Homme, 102, 27, 2 (Avril—Juin) : 54-79.

Bonte Pierre, 1998, L’Émirat de l’Adrâr. Histoire et anthropologie d’une société tribale du Sahara occidental, thèse de doctorat d’État, EHESS, Paris.

Bourrel M., 1861, Voyage dans le pays des Maures Brakna, Rive droite du Sénégal, Revue maritime et coloniale, Septembre 1861 : 511-544, et Octobre 1861: 18-77.

Cheikh Abdel Wedoud ould, 1985, Nomadisme, Islam et pouvoir politique dans la société Maure précoloniale (XIème-XIX siècles). Essai sur quelques aspects du tribalisme, thèse en sociologie, Université de Paris V.

Cheikh Abdel Wedoud ould, 1997, Les Fantômes de l’Amîr. Note sur la terminologie politique dans la société maure précoloniale, The Maghreb Review 22, 1-2 : 56-74.

Cultru Pierre, 1913, Premier Voyage du Sieur de la Courbe Fait à la Coste D’Afrique en 1685, Publié avec une Carte Delisle et une Introduction, Edouard Champion/Emile Larose, Paris.

Delcourt André, 1952, La France et les établissements français au Sénégal entre 1713 et 1763, IFAN, Dakar.

Dubié Paul, 1952, La vie matérielle des Maures, in Mélanges Ethnologiques, Part II : 112-252.

Faidherbe Louis, 1859, Notice sur la colonie du Sénégal et sur les pays qui sont en relation avec elle, Challamel Ainé, Paris.

Golberry Silv. Meinrad Xavier, 1802, Fragments d’un Voyage en Afrique, Fait pendant les années 1785, 1786 et 1787, dans les Contrées occidentales de ce Continent, (deux volumes), Treuttel et Würtz Libraires, Strasbourg, An X.

Hamet Ismaël, 1911, Chroniques de la Mauritanie sénégalaise. Nacer Eddine, Leroux, Paris.

Lamiral Dominique Harcourt, 1789, L’Affrique et le Peuple Affriquain, considérés sous tous leurs rapports avec notre commerce & nos colonies, Dessenne, Paris.

Marty Paul, 1919, L’Émirat des Trarzas, Leroux, Paris.

Marty Paul, 1921, Études sur l’Islam et les tribus Maures. Les Brakna, Leroux, Paris.

Poulet Georges, 1904, Les Maures de l’Afrique occidentale française, Librairie Maritime et Coloniale, Paris.

Robinson David, 2000, Paths of Accomodation : Muslim Societies and French Colonial Authorities in Senegal and Mauritania, 1880-1920, James Currey, Athens.

Stewart Charles C., 1973a, et E. K. Stewart, Islam and Social Order in Mauritania: A Case Study from the Nineteenth Century, Clarendon, Oxford.

Stewart, Charles C., 1973b, Political Authority and Social Stratification in Mauritania, in Ernest Gellner and Charles Micaud (éds.), Arabs and Berbers : From Tribe to Nation in North Africa, Duckworth, London : 375-93.

Taylor Raymond, 1995, Warriors, Tributaries, Blood Money and Political Transformation in Nineteenth Century Mauritania, Journal of African History, 36, 3 : 419-441.

Taylor Raymond, 1996, Of Disciples and Sultans : Power, Authority and Society in the Nineteenth Century Mauritanian Gebla, Ph.D. Thesis, University of Illinois, Urbana-Champaign.

Taylor Raymond, 2000, Statut, médiation, et ambiguïté ethnique en Mauritanie précoloniale (XIXe siècle): Les cas des Ahl al-Gibla et des Ahl Ganaar du Trarza, (trad. par Christophe de Beauvais), in Mariella Villasante-de Beauvais (dir.), Groupes serviles au Sahara. Approche comparative à partir du cas des arabophones de la Mauritanie, Paris, Éditions du CNRS : 83-95.

Taylor Raymond, 2002, L’émirat précolonial et l’histoire contemporaine en Mauritanie, (trad. par Christophe de Beauvais) Annuaire de l’Afrique du Nord 1999, Vol 37 : 53-69, Paris, CNRS Éditions : 53-69.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 2162

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)