28-05-2014 19:39 - Nouvelles d’ailleurs: «Timbuktu» ou l'autre miroir...

Nouvelles d’ailleurs: «Timbuktu» ou l'autre miroir...

Le Calame - « Timbuktu » n'a rien obtenu. Pas le moindre prix, pas la moindre distinction, hormis les deux prix, parallèles, obtenus à Cannes, en guise de « lots de consolation ».

Comme tout le monde, j'espérais que notre pays reçoive une consécration artistique qui aurait fait que le monde allait parler de nous, non plus pour ses coups d'Etat, non plus pour son histoire tumultueuse, non plus pour sa crise politique... mais pour ce qu'il peut produire de plus beau, à savoir l'art, la sensibilité, le regard créatif et la création tout court. Dire que je suis déçue est un euphémisme.

Car « Timbuktu », s'il n'a pas été primé par un jury qui a préféré le normatif à la poésie, un peu décalée, du cinéaste mauritanien, a été l’un des favoris des amoureux du cinéma. J'imagine la déception d'Abderrahamne Sissako et de ses acteurs.

Elle doit être à l'image de notre amertume, immense... Comme un goût d'inachevé, d'occasion ratée. Bien sûr, nous pouvons nous consoler, en nous disant que « Timbuktu » a déjà gagné, dans le cœur des festivaliers et que les cinéphiles se presseront, en masse, à sa projection en salles. Mais manquera, quand même, cette consécration internationale.

Par-delà un prix, une reconnaissance aurait été une manière, aussi, de saluer le cinéma africain, lui qui n'a jamais obtenu le Grand Prix. On se souvient de Mahamat Saleh Haroun, le tchadien qui reçut le Prix du Jury... et de la fierté que nous avions pu, nous Africains, ressentir alors, receveurs, par procuration, de cette reconnaissance, comme si nous la recevions aussi...

Un prix, aussi mimine fût il, nous aurait, nous Mauritaniens, ancrés dans notre appartenance au Monde, dans notre identité africaine, dans notre longue marche vers la naissance d'une autre Afrique, non plus celle des horreurs auxquelles nous sommes abonnés, loin de la sanglante Centrafrique, loin des fanatismes meurtriers des fous de Dieu, loin de la guerre au Mali, loin des attentats, des enlèvements, des interventions étrangères, loin des pauvretés, immenses, loin des potentats locaux, loin de la mémoire, atroce, du Rwanda ; mais qui nous aurait « recréés », le temps d'une distinction, en hommes, dans le sens le plus simple du mot. Hommes en création, hommes en paix.

Loin de moi l'idée de vouloir « sanctifier » notre cinéaste national. Ce serait lui faire endosser un rôle qui n'est pas le sien. Certains, chez nous, lui reprochent de ne pas avoir fait un film sur les évènements de 1989 ou sur l'esclavage. D'autres lui reprochent son poste de conseiller à la Présidence, comme si ce poste était rédhibitoire et « sale ».

Chacun d'entre nous, dans notre pays non-réconcilié avec lui-même, a projeté ses douleurs sur la tête de cet homme, chaque mémoire réclamant justice. Comme si un cinéaste, chez nous, se devait d'être le porteur de tous nos drames, là où nous-mêmes n'avons pu faire nos deuils.

C'est une charge lourde à porter pour un seul homme que celle d'exorciser notre mémoire. Et un faux procès. Il a filmé un Mali déchiré, englué dans ses contradictions internes, ses grandes et petites lâchetés, otage des exigences sécuritaires de ses voisins, incapable de créer un sentiment d'appartenance chez tous ses citoyens, emporté par la sécession, la rancœur, la violence des djihadistes, les guerres entre différentes fractions.

Il a choisi de filmer un Mali qui nous ressemble étrangement, même si nous ne connaissons pas, actuellement, la guerre fratricide. Pourtant, nous l'avons connue, cette guerre fratricide : ce fut la guerre du Sahara, ce fut 1989...

Il a filmé un Mali en proie aux fanatiques assassins. Nous l'avons connu, aussi, avec nos salafistes locaux qui ont tué sur notre territoire. Il a filmé un Mali où des extrémistes ont tenté – et tentent encore – d'imposer leur vision réductrice et simpliste d'un Islam de mort. Nous le connaissons, aussi. Il a filmé un Mali où les communautés se regardent en chiens de faïence, empêtrés dans les peurs et les fantasmes. Nous savons ça, aussi.

Il a donné de l'humanité, là où il n'y a plus d'humanité ; un visage, aux victimes ; un nom, à la résistance ; une « douceur », même aux djihadistes, nous rappelant que ces derniers ne sont pas des extra-terrestres, mais nos enfants perdus d'un développement qui a laissé, au bord de la route, des centaines de milliers d'abandonnés.

Alors, par-delà le Mali, Abderrahmane Sissako a parlé de nous, en miroir, en gestation. De nous, Africains dans les tourmentes d'un continent devenu fou, où la violence ne semble être que le seul langage audible. Il a filmé ces monstres que nous avons créés. Il nous a filmés, nous, tout simplement. Nous.

Salut,
Mariem mint Derwich


Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 4
Lus : 2424

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • mauritanienne_Metisse_Fiere (H) 07/06/2014 14:12 X

    Merci ma soeur Mariem pour toutes ces bonnes précision. C'est dommage que ce grand réalisateur aussi malien que mauritanien mais à mon sens plus PRO malien, ne puisse lui même pas communiquer de façon honnete. Beaucoup de poudre aux yeux avec des pseudos prix ''du Jury'' à Cannes, alors que le vrai prix du Jury est Canadien, et puis quoi d'autre, Il a abandonné son vrai métier pour se planquer à la présidence, Quel Dommage ! et Qu' as t il fait depuis pour l'art? la culture ou même lui même?

  • eyquem (H) 29/05/2014 14:10 X

    C'est vrai qu'il est difficile de se glorifier surtout quand nous nous sommes capables de produire que des vilaines, des monstruosités. Pour le reste, je pense qu'à défaut d'avoir été prime à Cannes, nous devrions faire l'effort de le primer chez nous. Et si on faisait une première, une projection spéciale, allez disons au palais des congrès, entre deux moubadaras de soutien politique au Président Aziz. Et si justement c'est Le Président Aziz qui le demande ! Nous aurons notre fierté, Sissako aura son trophée, et Aziz pourra s'enorgueillir, comme une réalisation de son premier mandat.

    Alors une avant-première du film Tumbuktu au palais des congrès durant la campagne présidentielle !

    Bravo Abderrahmane, tu nous es notre fierté.

  • BLAKGEND (H) 29/05/2014 10:50 X

    Merci sœurette pour cet excellent article sur le film Timbuktu. Ce film méritait une consécration internationale malheureusement ceux qui décident pour nous ne ressentent pas les mêmes joies, les mêmes peines et les mêmes souffrances que nous. De là, ils ne comprendront jamais ce que véhicule ce film à la fois beau et poignant.

    Ma déception est grande mais allons tout de même nous autres africains voir ce film.

  • Innahoo (H) 29/05/2014 01:44 X

    Juste pour rectifier une petite erreur de Mariem Mint Derwich: un film africain a déjà été Palme d'or du Festival de Cannes. C'est d'ailleurs le seul à ce jour; il s'agit de "Chronique des années de braise" du réalisateur algérien Mohammed Lakhdar-Hamina, lauréat en 1975.