03-06-2014 18:46 - La Chasse à la vie - 15ème épisode : L’échappée :

La Chasse à la vie - 15ème épisode : L’échappée :

Cheibou - À la maison en présence de ma mère et de ma petite presque à terme de grossesse, nous étions en train de prendre le thé composé des « trois normaux ». Il s’agit d’un moment de détente familiale où la prise de thé est source de réflexion et de débat de sujets importants pour la famille.

Tout à coup, une crise de nerfs s’emparait de mon père adoptif suite à une polémique à laquelle je n’avais pas assisté, pour une raison ou une autre, il me demandait de quitter les lieux et de lui libérer sa maison. Je fus touché par sa réaction, sachant que ma petite sœur qui est un état de grosses s’en trouvera marquée, et l’effet d’un tel acte ne pouvait que lui porter un coup dur dans son état actuel.

Je l’ai regardé, alors qu’elle avait les larmes aux yeux, la maman était en peu gênée par l’acte de son mari, mais que pouvait-elle devant un tel monstre, qui était maître des lieux, responsable de ses propres actes, et dont elle partageait tout.

Je ne l’en voulais pas pour cette fois encore, car c’est devenu pour moi une habitude, ce genre d’acte de sa part, je sais qu’un jour proche, je serais de retour parmi mes proches, et il commettrait les mêmes réactions à mon égard, j’en suis conscient et convaincu.

Je décidais dès lors de louer une chambre, où dans ce refuge, je recevrais la visite de ma mère, ainsi ma sœur.

Le fils aîné du vieux est un ami, il me rendait visite à chaque fois que l’occasion se présentait, et il est allé jusqu’à me proposer de travailler avec lui, dans son atelier de soudure à la Cité, où il prospérait, dès qu’il débauchait. Il est assez différent et même très différent de son père ; auquel il ressemblait comme deux gouttes d’eau.

Ainsi, pendant deux mois, je faisais l’apprenti soudeur dans son atelier au quartier dénommé « Dumez » du nom d’une ancienne entreprise que la Miferma avait mis à contribution pour son installation, lors de la découverte des mines de fer en Mauritanie.

Je venais régulièrement à cet atelier où je fais de mon mieux pour apprendre le métier, mais mon plus grand objectif était de partir très loin, il n’était pas question que je m’éternise dans ce coin.

Durant certaines visites, ma mère m’expliquait qu’elle était touchée par le comportement de son mari à mon égard.

- Maman, il ne faudrait pas te faire des remords à cause de ce problème, je sais qu’on ne pouvait pas vivre ensemble, cela est mieux. Je ne doute pas de on amour pour moi, mais un lien plus important et lit avec lui, c’est celui d’un mariage qui symbolise votre union, vous vous entendez bien, c’est l’essentiel pour moi, et il n’est pas question que je mette fin à ce lien sacré qui vous unit, dis-je.

- Oui, mais mon fils, tu dois me comprendre, je souhaiterai m’en débarrasser pour que tu rejoignes la maison, devait-elle conclure.

- Hélas, non, il n’est pas question, car moi, je vais bientôt partir très loin, je pense aller à Nouadhibou, d’où je compte me débarrasser de mes soucis, les portes de bonheur et l’avenir doivent s’ouvrir pour moi, il faut que j’évolue dans la vie.

Quant à toi, et ton mari. Je ne vois pas en quoi consiste votre séparation si elle n’est pas règlementaire, alors que vous avez tout deux opté pour cette union qui dure depuis plus d’une vingtaine d’année, vous avez aussi vos enfants et rien au monde ne devrait entamer vos relations, pas même mon départ.

Donc, vaudrait mieux que vous restiez ensemble, je te demande de m’accorder cette faveur. je ne l’en veux nullement pour ses actes, et ses agissements, il a ses raisons que la raison comme on dit ne connait pas, et moi non plus je ne cherche pas à savoir. Lui dis-je.

Ce fut notre dernière causerie à ce sujet.

Une semaine après, je me préparais pour aller à la grande aventure.

A suivre ...la Chasse à la vie - 16ème épisode : Départ vers Nouadhibou.

Alioune Ould Bitiche
46.78.57.32 - 22.48.57.32
émail : bitiche@gmail.com.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : cheibou
Commentaires : 1
Lus : 2302

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • morelam (F) 03/06/2014 19:48 X

    "Je venais régulièrement à cet atelier où je fais de mon mieux pour apprendre le métier, mais mon plus grand objectif était de partir très loin, il n’était pas question que je m’éternise dans ce coin."

    l'immigration est l'exode rural son 2 facteur qui ont retardes l'Afrique nous ki vivons a l'etranger que Dieu augmente la discretion mais nous souffront a ceux qui reste au pays il faut aussi s'auto suffir car on ne peut pas etre depandant jusqua ever donc a 20 ans il faut faire n'im,porte kel travail est sortir de la maison. je ne blame pas le pere adoptif car on ne peut pas contunier anourir des vieux .