09-03-2015 14:30 - Abderrahmane Sissako, le réalisateur de "Timbuktu", "assume" face aux critiques

Abderrahmane Sissako, le réalisateur de

Slate Afrique - Porté au pinacle puis voué aux gémonies après le succès triomphal de son film "Timbuktu", le réalisateur mauritanien Abderrahmane Sissako dit "assumer" face aux critiques qui lui sont adressées, notamment sur sa proximité avec le président Aziz.

"Timbuktu" a reçu sept Césars français et une nomination aux Oscars. C'est aussi l'un des films favoris pour l'Etalon de Yennenga, le trophée majeur du Fespaco, l'un des principaux festivals de cinéma africain, qui sera décerné samedi à Ouagadougou. La non-programmation de cette fiction, qui raconte la vie quotidienne dans le nord du Mali sous la coupe des jihadistes, avait un temps été envisagée pour des raisons sécuritaires.

Question : "Timbuktu", diffusé au Fespaco, ce n'était pas du tout évident au départ. Comment appréciez-vous l'accueil du public jeudi pour sa première diffusion ?

Réponse : "Le film a eu un accueil extraordinaire. L'attente a été j'imagine longue parce que l'Afrique a attendu un peu trop longtemps le film qui existe depuis quelque temps et circule dans le monde. Le Fespaco est pour moi une vitrine extrêmement importante.

C'est comme un miroir sur l'Afrique. Cette projection avait un sens et a un sens très important pour moi. Et le public l'a rendu de la plus grande et la plus belle des manières par son accueil."

Q : L'Afrique fait de plus en plus face à la montée de l'islamisme radical. "Timbuktu" est-il un message pour la jeunesse du continent ?

R : "Absolument. C'était une urgence pour moi de raconter le drame de notre pays, le drame surtout de la ville de Tombouctou, qui a été prise en otage par des jeunes avec des valeurs qui ne sont partagées ni dans le pays, ni dans la sous-région, ni dans l'islam tout simplement.

En quelque sorte, c'est aussi l'islam qui est pris en otage par ces gens. C'est la dignité humaine qui est défendue à travers les gens de Tombouctou. Faire un film sur la résistance pacifique, c'est important parce que ça met en valeur des gens qui se sont libérés.

Car la libération de Tombouctou, ce n'est pas que Serval (l'opération militaire française qui a libéré le nord Mali des djihadistes, ndlr). Elle a été aussi faite par celles et ceux qui, de façon parfois silencieuse, ont bravé la mort pour arriver à cette libération parce qu'ils y croyaient. Ils y croyaient parce que Tombouctou est un creuset de valeurs humanistes qui ne peuvent être tuées par ces gens venus d'ailleurs. J'ai joué mon rôle, je ne suis ni courageux ni autre chose."

Q : On dit que vous avez évité de faire un film sur l'esclavage des Noirs dans votre pays la Mauritanie pour faire un film d'actualité sur le jihadisme, peut-être moins polémique ...

R : "On peut faire un film sur tout, il y a des milliers de sujets. Moi, j'ai des sujets qui ne me plaisent pas, j'ai des sujets sur lesquels je compte travailler. Il ne s'agit pas d'accuser, c'est trop facile quelque part. Moi je suis un homme d'action. Que ce soit +Timbuktu+ ou +Bamako+ avant, je ne les ai faits ni pour glorifier, ni pour magnifier le continent. Ce n'est pas moi le porte-parole de l'Afrique. Celui qui pense qu'il peut faire d'autres sujets n'a qu'à les réaliser."

Q : On vous critique beaucoup pour avoir accepté le poste de conseiller culturel auprès du président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz.

R : "Pour moi, ce n'est pas une polémique. Ma légitimité en tant que personne, au-delà des fonctions que j'occupe, ne se justifie pas à travers des articles de presse. Mon peuple accepte ma fonction, mon pays l'accepte, c'est le plus important pour moi. Je l'assume et le fais."



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Slate Afrique
Commentaires : 2
Lus : 2766

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • OULDOUMOU (H) 09/03/2015 16:59 X

    X ould y avait écrit: sissako le collabo : depuis quelques semaines, la presse europpéenne n'arrete pas d'encencer le réalisateur mauritanie abderahmane sissako, pour la sortie de son film BAMAKO. à ceux qui ont la mémoire courte je rappelle quelques détails, qui tendent à prouver que, pendant que ould taya tuait les négro-africains, pendant que med hondo (un autre réalisateur mauritanien) vivait en exil, abderahmane était réçu en audience par ould taya, qui voulait le féliciter d'avoir rafler l'étalon de yenenga, la recompence suprême qu'un cinéaste peux gagner an afrique, elle est decerné lors du FESPACO, le féstival panafricain du cinéma de ouagadougou, au burkina faso. sissako l'avait gagné pour son film Heremakono. lors de cette audience, abdarahmane a offert son prix à ould taya, non, il ne le lui a pas dédié, il lui a offert l'étalon, physiquement. en faisant ce geste, abdarahmane a degringolé du statut de réalisateur et artiste (au même titre que youssouf chahine et sambène ousmane), à celui de "safag, au même titre que abdallahi salem ould ahmedou wah et lemrabott sidi mahmoud ould cheikh ahmed. aujourd'hui, le natif de kiffa est le cinéaste africain le mieux critiqué et le plus primé, pour la mauritanie je m'en félicite mais je lui rappelle simplement cette page noir de son parcour, et je continuerai à la lui rappeler jusqu'à ce qu'il fasse amende honorable. il a fait des films très réussi mais, pour obtenir les moyens et les autorisations, il a courber l'échine devant le dictateur. la fin ne justifie pas les moyens.

  • dykrim (H) 09/03/2015 15:48 X

    Ne te décourage pas fasse aux critique nous sommes tous derrière toi, tu as tout prouvé que on le gouvernement mettait les moyens à la disposition d’un noir de ton pays l’apportera sur des cieux inespérés. Combien de fois ce pays s’est sacrifier pour certains de ces fils, mais ils sont toujours au point de départ rien de bon dans tous ce qu’ils reprennent, ils sont là et ils se connaissent chaque jeudi on les désigne à la tête des fonctions importantes mais on connait la suite ‘’DETOURNEMENT’’. Nous remercions le Général AàZ doit avoir très certainement cette fois ci conseils et avertis ces hommes troupes qui ont tourné ce film avec Abdourahmane Sicoko comme figurants ou acteurs, ici j’ai bien cette (fois ci) car nous avons des petits anecdotes. Chose incroyable la langue dont la constitution Mauritanienne a épousé en cache communément appelé chez mariage ‘’Sirriya’’ notamment la langue Bambara, une langue de la Mauritanie dont notre constitution fait tous pour la faire disparaitre, c’est dans cette langue que la RIM triompha sur les tapis rouge de Canne par un enfant appelé ‘’TIMBUKTU’’. Ne te décourage pas si Allah d’applaudi alors dance sinon ça serra a jamais.