21-03-2015 23:00 - Une présentation de l’histoire de la fondation mauritanienne – journal et entretiens avec Ahmed Baba Ould Ahmed Miske automne de 1967

Une présentation de l’histoire de la fondation mauritanienne – journal et entretiens avec Ahmed Baba Ould Ahmed Miske automne de 1967

Le Calame - (Suite du journal personnel, publié le 11 mars dernier)
La rencontre d’un compétiteur

Pour Ahmed Baba Ould Ahmed Miske, aucun doute, l’échec du Parti unique de l’Etat, acquis selon lui, tient au manque d’engagement du président Moktar Ould Daddah. Sa relation avec celui-ci est personnalisée depuis le tutorat moral assumé par son grand-père sur le tout jeune interprète à F’dérick. Notre rencontre et ce que me confie le Président montre la totale différence d’interprétation des événements dont ils sont ensemble les principaux acteurs de 1958 à 1961 quand se débattent le calendrier et les formes de l’indépendance du pays.

Depuis, dans l’esprit du dissident un moment associé au pouvoir et surtout à la fondation du Parti unique, la partie est égale avec le tenant du pouvoir, d’autant que ses amis du temps de l’autonomie interne ont progressivement été appelés à toutes les responsabilités gouvernementales : une sorte d’apothéose en Juin 1965, puis ont été éliminés ensemble à la suite des « événements » de Février 1966, et le soutiennent à présent en comité ayant même séduit certains membres du nouveau gouvernement.

Sans rapport avec ces entretiens mais peu après, j’ai été amené à travailler sur certaines archives du Président dans le bureau du directeur de son cabinet à l’époque, Abdoul Aziz Sall. Dans l’armoire pas considérable, deux dossiers à sangle pas très épais sont étiquetés : Ahmed Baba Ould Ahmed Miske. J’ai estimé que la relation entre le Président et celui-ci, « affaire » ou pas, ne me concernait pas et ne les ai donc pas ouverts.

En revanche, l’explication de cette relation et les conséquences de la détérioration de celle-ci relèvent de l’Histoire d’où la rencontre que j’ai sollicitée et obtenue dans le climat-même de l’affaire, d’où aussi cette publication puisque le compétiteur de 1967 qui n’a jamais eu sa revanche, c’est-à-dire le pouvoir, vient de démentir des mémoires qu’il considère adverses.

Sans avoir encore écrit – à ma connaissance - les siens. Leur éventuel contenu pour ce qui est de la période fondatrice du pays est schématisé dans ces propos de table ou en tête-à-tête tenus en Octobre 1967. En revanche, il est nécessaire que cet acteur à la grande longévité politique justifie la suite et la fasse connaître de son point de vue. La brigue du poste de Premier ministre institué par les militaires de 1978-1979, vite après leur coup, puis l’option pour le Polisario, enfin le concours apporté au putschiste de 2008.

Bertrand Fessard de Foucault - Ould Kaïge

o OOO o

Suite de mon journal manuscrit

+ dans la nuit du vendredi 20 au samedi 21 Octobre 1967 - 01 heures 15

Soirée chez Ahmed Baba Ould Ahmed Miske. Présence de sa femme, du ménage Darde [1], d’un journaliste interlope italien, de Thierry de Beaucé [2], et d’une petite altesse cambodgienne (au masculin).

Affaire actuelle

Se dit complètement innocent. Affaire politique pour le discréditer. Va retourner à Nouakchott. Solution entre les mains du Président. Faire déclarer non-lieu et erreur. Sinon procès public, où journalistes et avocats internationaux seront là, et où ce sera le procès du régime à la face du monde. Sa femme ajoute même que Moktar joue plus sa tête dans cette affaire que Ahmed Baba, et fait allusion à éventuelle intervention tribale.

Ahmed Baba ne dit pas les choses de cette façon, mais décidé à obtenir justice.

Inspection de ses comptes par Ismael Ould Amar [3]. Parfaitement en règle quand a donné son rapport, en fin 1966, puis un an après se rétracte et retrouve des erreurs de gestion. Prévenu par des amis – dont le journaliste présent – qu’il va être arrêté le 20 Juin au plus tard. Lors d’un passage par Rabat, on lui fait savoir qu’on l’accueillerait volontiers. Il refuse naturellement. Voit le Président quelques jours avant son arrestation qui le prend à la blague, lui dit qu’il ne court aucun risque d’être arrêté, et lui propose une nomination à l’UNESCO.

Le fait sonder par d’autres pour être ministre. Arrestation. Son frère démissionne [4]. Avait prévenu le Président qu’il n’était pas d’accord. Cour suprême, en formation de discipline budgétaire, uniquement composée de Français, essentiellement Potabès, déclare que Baba a fait des fautes de gestion, déclare que son mémoire est irrecevable, et que ses témoins ne peuvent être entendus.

Deux fois la grève de la faim. La première totale, ne pouvait guère. La seconde, en buvant de l’eau. Comité de soutien. Signataires sont suspendus de leurs fonctions. Kane Elimane et Mohamed Ould Cheikh, bel et bien arrêtés, malgré démenti présidentiel. Ba Bocar absolument pas actif, mais a simplement reçu les membres du comité. Refuse de partir à Néma. Son successeur pour l’hôpital de Nouakchott, aucune qualification pour cela.

Mise en liberté provisoire, on démarche à l’intérieur de la RIM, mais surtout à l’extérieur, et pression officieuse de la France, pendant le séjour de Moktar Ould Daddah à Paris. Affaire arrangée par téléphone, avant le départ pour Bonn. N’a pas revu le Président depuis son arrestation. Ne refuse pas de le voir à Paris, éventuellement à son retour de Pékin, mais dit qu’il ne fera pas le premier pas.

Relation Moktar Ould Daddah – Ahmed Baba Ould Ahmed Miske

Vers 1942-1943, Moktar Ould Daddah, jeune interprète à Fort-Gouraud. Vient du Trarza, est un peu perdu. Demande conseil à Bazeid, grand-père d’Ahmed Baba, il est reçu par ce notable, qui est également interprète [5]. Devient fils de la famille et Ahmed Baba le considère alors comme un grand frère. Amitié. Quand Moktar Ould Daddah est parachuté pour devenir Vice-président du Gouvernement, Ahmed Baba qui milite dans l’Association de la Jeunesse – mouvement politique qui marche et s’implante – se réjouit, et tous les jeunes avec lui : Moktar Ould Daddah est jeune.

Cela change des vieux interprètes qui ne pensent qu’à des questions locales et qu’aux places. Mais vite déception : MoD ne fait rien. La Jeunesse fait alors la distinction entre les autorités françaises et Moktar Ould Daddah, et attaque les autorités coloniales, laissant entendre que celles-ci lui doivent MoD qui est leur victoire.

Pas d’attaque directe contre Moktar Ould Daddah et Ahmed Baba, en fondant la Nahda, fait bien savoir à MoD qu’il ne s’agit pas de le mettre en cause : lui, mais simplement le colonialisme. Entrevue en 1959 (avant les élections ?). Moktar Ould Daddah n’arrive pas à croire qu’Ahmed Baba ne lui en veut pas et ne cherche pas à le renverser.

Echec de cette entrevue [6]. Courant 1959, Ahmed Baba, à l’occasion d’un séminaire de sciences administratives, passe à Rabat [7], au moment où le gouvernement n’a pas encore fait sien officiellement les thèses de Allal El Fassi [8]. Il voit de hautes autorités marocaines ainsi que les transfuges. Demande qu’on aide la Nahda, comme le Maroc aide les nationalistes algériens, mais qu’on reconnaisse la Mauritanie qui, de toute évidence, se crée. Refus du Maroc.

Ensuite, espèce d’accord objectif du Premier Ministre, des autorités françaises et du Maroc, pour faire passer la Nahda comme un parti pro-marocain. Alors qu’il n’en est rien, et qu’Ahmed Baba le fait savoir à tel point qu’il figure sur la liste noire des hommes à abattre. Moktar Ould Daddah ne le croit pas et d’autre part tire argument des réticences du P.R.M. pour éviter toute réconciliation et participation au gouvernement. Ahmed Baba arrêté une première fois au début de 1960, à Sélibaby [9]. Puis avec tout le bureau de la Nahda, en Septembre 1960 [10]. Tous les papiers de la Nahda sont saisis. (Pour ma part, je n’en ai retrouvé trace ni à la permanence du Parti, ni au ministère de l’Intérieur).

Février 1961, nouvelle tentative de regroupement qui réussit cette fois. Ahmed Baba, secrétaire général de la « Table Ronde » [11]. Part déterminante au Congrès de l’Unité. Secrétaire administratif du Parti en 1962. Membre du BPN jusqu’au congrès de Kaédi.

Mais Moktar Ould Daddah n’a pas confiance dans le ralliement de la Nahda et ne donne pas l’appui de l’Etat au nouveau Parti. Nécessité absolue en effet de l’appui de l’Etat au Parti, pour que celui-ci vive et s’implante : appui qui est donné maintenant mais trop tard. Occasion manquée à tout jamais. Mouvement d’unité souhaité par tous. Enthousiasme réel. Mais on n’a pas profité de ce moment en fin 1961 et en 1962, par méfiance pour le personnel du nouveau Parti, pour en faire un parti de masses.

Ahmed Baba, déjà réticent en 1961 pour continuer à faire de la politique. Aurait préféré se retirer. On lui demande de rester pour aider à construire le Parti. A Kaédi, il propose de partir à l’étranger éventuellement, pour que le Parti puisse réellement se construire. Déclare à nouveau que la politique ne l’intéresse pas.

A Washington, il retrouve Dey Ould Sidi Baba, représentant le Maroc à l’ONU, et le frère de Bamba Ould Yezid. Guère d’instructions du ministre des Affaires Etrangères de Nouakchott. Il fait un peu la politique qu’il veut. Prend en main l’affaire du Sahara espagnol, dont il est tout à fait évident qu’il doit revenir à la Mauritanie. Mollesse et négligence du gouvernement mauritanien dans cette affaire. Démissionner ou pas ? à cause de cela. Mais il dit démissionner pour des raisons personnelles, et fait tout pour que cela ne gêne pas le régime. Rentré tout de suite à Nouakchott où il déclare vouloir se reposer deux ans en brousse, éventuellement faire de l’enseignement et des recherches. Et maintenant, cette affaire…

Points de détail

– accuse le Président de méfiance perpétuelle à son endroit depuis 1959, malgré amitié, et carrément de duplicité en Juin dernier, puisqu’il l’avait vu, lui avait dit de ne pas s’inquiéter, lui avait même laissé entendre que lui-même n’était pas éternel, qu’on comptait sur lui

– pendant qu’il était à Washington[12], n’a guère été au courant de ce qu’il se passait à Nouakchott. A son retour, très sollicité, et il voit beaucoup de choses qui ne marchent pas. Il le dit au Président, tout en l’assurant qu’il préfère se retirer de la politique

– n’accuse le Président qu’indirectement : celui-ci ne fait rien, non par mauvaise volonté, mais par manque de fermeté et de volonté, et cela depuis 1957

– tout est retourné contre lui. Le fait qu’il aille à Washington, c’est pour se faire un nom. Le fait d’épouser une Française, c’est pour montrer qu’il n’est pas anti-français, et se placer pour le pouvoir, etc.…

– puissance actuelle de Mohamed Salah, que l’on considère à Nouakchott comme le Premier Ministre. C’est lui qui actuellement a des idées sur le Parti, bien plus que Moktar Ould Daddah

Bouyagui : choisi comme président de la Nahda, parce qu’il fallait un vieux qui ait de l’expérience. Sinon, très personnel et bavard. Sidi El Moktar : sérieux, parle peu, mais sérieusement

– responsabilité de la France : son soutien est indispensable encore maintenant à la RIM : finances, assistance technique. Besoin de ses conseils

Impressions

– charme considérable

– pour le conflit actuel avec Moktar Ould Daddah, déclare que MoD a seul la solution en main, et que la situation est plus dangereuse pour MoD que pour lui. Solution éventuelle : non-lieu prononcé à la demande officieuse de Moktar Ould Daddah. Ahmed Baba prêt à signer une déclaration comme quoi il ne briguera aucun poste politique

– n’a jamais été favorable au rattachement avec le Maroc. Simplement partisan de bonnes relations avec le Maroc, surtout si le Maroc avait une attitude normale vis-à-vis de la Mauritanie. Il a donc eu une position nette vis-à-vis du Maroc, refusant d’être un pion dans son jeu, et de faire croire que la Nahda était pro-marocaine

– dans la crise actuelle, un Ambassadeur de France du genre de Deniau [13] aurait - interdit que des magistrats français se prononcent sur l’affaire Miske,

- conseillé à Moktar Ould Daddah de ne pas engager d’épreuve de force avec Baba Miske,

- aurait peut-être été « l’honnête courtier » entre les deux parties, et aurait peut-être contribué à ce qu’ils aient de nouveau une confiance réciproque

– personne ne cherche à renverser Moktar Ould Daddah (ce qui recoupe Dah Ould Cheikh)

– Baba n’approuve ni une interprétation que des tierces personnes cherchent à le brouiller avec Moktar Ould Daddah, depuis longtemps et particulièrement actuellement, et ne dit rien sur le rôle de Mohamed Salah, mais laisse dire

– il me paraît clair qu’en fait Moktar Ould Daddah tient au pouvoir et de plus en plus, et a tendance forcément à écouter ceux qui lui disent de se méfier de tel ou tel qui pourrait contester ce pouvoir. Ahmed Baba, qu’il le veuille ou non, par son passé – Nahda et ambassade – cristallise autour de lui beaucoup de choses. On ne dit à Moktar Ould Daddah que ce que l’on croit qu’il souhaite entendre. D’où l’importance d’un Ambassadeur de France, qui connaîtrait bien le pays, et aurait ses entrées auprès de MoD, vg. Deniau

– rôle de Larue [14] confirmé par Ahmed Baba. Intelligence, connaissance du pays, absence d’ambition et d’intérêt personnel. Moyen pour le Président d’être informé. Moyen pour la France et pour d’autres, d’approcher le Président. Le Président a beaucoup perdu en le perdant, cela s’est senti tout de suite dans ses discours. Aucun Mauritanien n’a la compétence nécessaire pour le remplacer.

Confirmation que les Deniau sont séparés. Quel malheur !

o OOO o

+ Lundi 23 Octobre 1967 . 22 heures 25

Fin d’après-midi passionnante avec Ahmed Baba Ould Ahmed Miske, dans un café place Victor Hugo. Profonde séduction comme Moktar Ould Daddah ou Abdallahi Ould Daddah. A certainement une classe égale à celle de Moktar, mais n’a pas son expérience ni son sens de l’arbitrage entre forces et tendances. J’ai le sentiment qu’une réconciliation entre eux est possible. Ce ne serait pas la première fois, et Moktar a la souplesse et le charme nécessaires. Et puis il incarne l’intérêt national ce qui est beaucoup.

Même ton de voix de Moktar ou Abdallahi. Je ne serai pas étonné de revoir Ahmed Baba, ministre dans quelques semaines ou quelques mois, et pourquoi pas les Affaires Etrangères.

o OOO o

+ Mardi 24 Octobre 1967 - 22 heures 20

Déjeuner avec Ahmed Baba Ould Ahmed Miske. A l’ordre du jour, surtout la relation avec le Maroc. Elles sont on ne peut plus claires, et l’on ne peut accuser la Nahda de collusion avec le Maroc. Problème du Rio de Oro, incontestablement mauritanien. La France aurait conseillé à Moktar Ould Daddah de se séparer de Mohamed Ould Cheikh en Février 1966. Cela me paraît bien étonnant. Il n’en a aucune preuve. Mais on le lui a dit.

o OOO o + Mercredi 25 Octobre 1967 . 21 heures 15

Revu une dernière fois Ahmed Baba, de 14 heures 30 à 15 heures 30. Vraiment de la classe, de la présence d’esprit, de la clarté. Se veut pur et dur, et développe cette ligne. Ce qu’il m’a dit ces trois jours, en était une illustration. Ce qui est troublant, c’est cette affaire actuelle : ou lui, ou Moktar mentent dans cette affaire. A-t-il ou non détourné des fonds ? Sur ce plan, il m’est impossible de me prononcer.

Sur le reste, il est clair que sur beaucoup de points, notamment sur certains traits de Moktar – sur la politique vis-à-vis du Parti – Ahmed Baba a raison. Il reste quand même que par sa souplesse, et son talent d’arbitre, Moktar donne à la Mauritanie des années nécessaires et qu’aller plus vite serait peut-être n’aller nulle part.

Cependant Ahmed Baba voit très bien l’influence du pouvoir sur un homme, et combien il est difficile de l’exercer. Il ne me paraît nullement irréconciliable avec le Président. Mais comment celui-ci trouvera-t-il une solution lui permettant de sauver la face, tant aux yeux de l’opinion, que même aux yeux de Ahmed Baba, et de lui-même ? Car il est nécessaire que MoD continue de se sentir fort vis-à-vis d’Ahmed Baba.

De toutes façons, même si Ahmed Baba n’entend pas jouer un rôle politique, son passé, ses capacités intellectuelles, son don d’organisateur et d’analyste ne peuvent que faire se cristalliser autour de lui beaucoup de tendances et d’arrière-pensées. Je le lui ai d’ailleurs dit.

o OOO o

(extrait)

Entretien avec le président Moktar Ould Daddah,

Nouakchott, mardi 19 Décembre 1967 12 heures 30 à 15 heures 20

net ad hoc le soir du lundi 9 Mars 2014… des notes prises manuscrites pendant l’entretien

Evolution générale du Parti en 1961 et ensuite … et les responsables successifs.

Jusqu’à Kaédi, de 1961 à 1964, malgré notre option pour le parti unique, le Parti unique est resté un multipartisme sans le dire. Autrement dit, au lieu que les tendances aient continué de s’exprimer dans des formations différentes, elles ses sont exprimées à l’intérieur du Parti. Ensuite, les tendances et les mentalités n’étaient pas reconverties, surtout le parlementarisme.

A la suite du congrès de Nouakchott, décision de supprimer ce qui choque : l’autonomie financière de l’Assemblée Nationale et son aisance. L’Assemblée Nationale n’a pas voulu se soumettre et renoncer à son autonomie financière. Le BPN était composé de députés pour moitié : 10 sur 21, et quand j’ai vu qu’ils ne voulaient pas respecter les décisions du Congrès, je me suis retiré du BPN et dit que je ne collaborerai plus avec le BPN et que je voulais plus cautionner les décisions du BPN.

Les éléments députés ont fini par comprendre qu’ils ne pouvaient rien faire sans Moktar Ould Daddah, et peut-être croyaient-ils que je n’irais pas jusqu’au bout, quand j’ai dit que je ne collaborerai plus, et que je rendrai compte… Mise en sommeil du BPN. C’est ce qui a provoqué Kaédi : une conférence de cadres s’est transformée en congrès du Parti.

Le Parti n’a commencé à prendre vraiment en 1964 le virage décisif. C’est au fond le congrès constitutif du Parti, tel que je le voulais moi-même et tel qu’il est en train de devenir, et devenu depuis.

Le choix a été fait pour le parti de masse. L’idée d’un parti de cadres était surtout celle de Mohamed Ould Cheikh, pas retenue ni par le Congrès ni par le BPN. Ceux qui y ont été favorables au BPN, l’étaient plus par affinité avec Mohamed Ould Cheikh.

Jusqu’à Kaédi, je n’avais pas choisi entre parti de masse et parti de cadres. Je considère que le Parti du Peuple est né à Kaédi. Auparavant, c’était un amalgame de partis.

Le choix étant fait depuis Kaédi et par une conférence de cadres. Finalement, c’est là que je me suis aperçu qu’il faut un parti de masse, un chef arbitre. Pour cette affaire, il y avait deux tendances. Je voulais…

Ma conviction est très lente à se faire. J’ai besoin d’être convaincu pour m’engager, mes hésitations sont surtout un manque de conviction. Je peux m’être trompé, mais quand j’ai vu, je continue sur ma route sans hésitation. Les décisions tranchées ne correspondent pas apparemment à mon tempérament. A partir de Kaédi, mon choix était fait. C’est le parti de masse qu’il nous faut.

A la suite de Kaédi, Mohamed Ould Cheikh était fatigué en arrivant au Congrès, était pratiquement malade et, jusqu’à son départ du gouvernement, il était fatigué et malade. Je ne voulais pas trancher pendant son absence ni pendant qu’il était malade. La maladie de Mohamed Ould Cheikh a retardé la précision de la formulation du choix.

Les personnes.

Mamoudou Sy : plus désigné au BPN suivant. Haïba : pas homme de bureau.

Mohamed Salah, plus les pieds sur terre, est administrateur, il a son expérience administrative pratique, alors que les autres sont beaucoup plus théoriciens, Mohamed Ould Cheikh, et aussi Ahmed Baba qui, lui, était à une époque où l’on ne pouvait pas grand-chose..

Le Secrétaire Général signe toutes les correspondances et circulaires ayant un caractère doctrinal et les réponses à certaines questions. Le Permanent s’occupe de l’administration courante. Mohamed Salah s’occupe de l’administration du Parti, à la différence des deux autres qui ont cru qu’ils étaient quelque chose par eux-mêmes. Il sait que quand on veut faire quelque en Mauritanie, il faut le faire avec moi et par moi.

Mohamed Ould Cheikh était persuadé qu’il était l’homme fort du régime. Même chose pour Ahmed Baba. Mohamed Salah, plus mûr, plus âgé, se cantonne dans son rôle.

Tant que je partage la responsabilité avec quelqu’un, j’ai une confiance totale. Cela ne se partage pas. Les gens sont désorientés quand je me sépare de quelqu’un, c’est simplement qu’à la seconde S, je me suis aperçu que je me suis trompé.

Le passé, je l’assume. Ce que les personnes ne peuvent pas comprendre, c’est qu’assumer un passé, ce n’est pas assumer un avenir quand on est convaincu ce que ce n’est pas celui que l’on croit.

Parti de masse.

Le peuple – mieux vaut faire les choses avec lui que contre lui. Cela correspond aussi à mon tempérament personnel. J’ai un préjugé favorable pour l’homme. Est-ce être démocratique ? Je préfère la persuasion à toute autre méthode. Je crois que les hommes sont de bonne foi. La manière forte, je ne l’aime pas en elle-même. Quels que soient les moyens de cette méthode, elle est condamnée.

Depuis un an ou deux, nous accomplissons des miracles de réconciliation spectaculaires de tribus, rivales depuis des centaines d’années. Sur le plan de l’administration, nous réalisons des choses extraordinaires au point de vue de l’investissement humain, vg. auprès des émirs, etc.…

(. . .)

Nahda

J’expose mon analyse

D’accord, avec une nuance personnelle.

J’étais dans une position très inconfortable. J’étais élu par l’UPM, soutenu par le PRM. Sentimentalement et idéologiquement, j’étais du côté nationaliste, sauf compromission, c’est-à-dire sauf en ce qui concerne le flirt tactique avec le Maroc.

La Nahda, c’est la jeunesse mauritanienne. La Nahda s’est surtout développée en Adrar, avec le voisinage de l’Algérie. Moi-même j’étais très nettement engagé au sujet de l’Algérie : refus de l’OCRS parce que le Sahara est algérien.

Mes amis du PRM ne se privaient pas de dire que j’étais un faux frère jusqu’au moment où la Nahda a commencé à faire des manifestations qui pouvaient encourager la propagande marocaine. Jusqu’à l’assignation à résidence du bureau de la Nahda, j’étais en contact avec eux par lettre ou par personne interposée. Mes amis du PRM ne me comprenaient pas et ne comprenaient pas que je cours après des gamins.

Contacts pour l’unité

Dès mon arrivée au pouvoir, dès mon élection, j’ai dit à mes amis qu’il faut absolument faire l’unité et que je ne comprends pas mon rôle

J’ai même exigé de mes amis politiques de faire entrer au gouvernement deux membres de l’Entente : Dey Ould Sidi Baba et Mohamed El Moktar Ould Bah. J’ai même conditionné ma participation au gouvernement, mon acceptation de faire le gouvernement à cette participation de l’Entente. Mes amis, c’est-à-dire l’UPM, et l’administration française se sont résignés.

Ensuite, sous ces auspices, on a entamé la préparation du 1er congrès de l’Unité, celui d’Aleg. Avant la réalisation du Congrès, Dey Ould Sidi Baba et Mohamed El Moktar Ould Bah sont partis rallier le Maroc. J’étais très gêné vis-à-vis de. mes amis.

Il y avait donc de quoi se décourager. J’ai préféré mener les contacts avec d’autres, je me suis adressé à d’autres responsables de l’Entente et au congrès d’Aleg, des contacts ont été pris avec la Jeunesse. J’ai pris plusieurs membres de cette Jeunesse comme chefs de cabinet dans le gouvernement, vg. Ahmed Bazeid, comme mon chef de cabinet qui venait d’être arrêté et interrogé par la police pour nationalisme, était suspect et il est devenu chef de mon cabinet. Mohamed Ould Cheikh, déplacé pour ses opinions, pris comme chef de cabinet. Nommés en Mai ou Juin 1957. Idem pour Soumaré Gaye Silly.

Dès mon arrivée au gouvernement, j’ai fait entrer les éléments de l’opposition officielle, et j’ai tendu la main aux jeunes, étant les plus représentatifs, étant – disons-le – beaucoup plus qu’Ahmed Baba, qui ne faisait pas parler de lui. La Jeunesse n’a pas voulu venir à Aleg, mais les contacts ont continué avec eux.

Contacts pour l’unité, puis avec la Nahda

En 1960, l’administration mauritanienne existe… théoriquement, mais c’était surtout l’administration française qui existait. La Nahda a été autorisée par moi, mais seulement après le referendum. La France ne voulait pas que la Nahda soit reconnue, surtout en Adrar : les militaires étaient très réticents, ils allaient créer l’USMM. J’ai accordé la reconnaissance de la Nahda. Quelques heurts qui ont un peu provoqué l’administration.

A mon niveau, les contacts sont assez suivis. Le PRM n’y est pas favorable : intérêts matériels et la Nahda est pro-marocaine. Septembre 1960 ? pour moi, cette période est la moins présente dans ma mémoire car il n’y a pas de faits marquants, mais beaucoup de choses à faire. Le tout est de savoir qui a fait ces provocations : la Nahda persuadée qu’elle est en position de force ? ou le PRM qui voulait refuser sa participation.

Au lendemain de l’indépendance, ils m’ont écrit. Tichitt dépendait de Tidjkija, le commandant de cercle était Ahmed Ould Mohamed Saleh, et il a servi d’intermédiaire et m’a rapporté qu’ils offraient leurs services. Leur assignation n’était qu’une mesure administrative. Les pourparlers ont eu lieu entre le Secrétaire Général et la Nahda, malgré le PRM.

(A suivre – notes prises pendant l’entretien du 23 Octobre 1967)

[1] - Madame Darde, particulièrement dynamique, reçoit chez elle dans son appartement parisien les étudiants et stagiaires mauritaniens de la capitale française. Mon initiation au pays commence avec elle, le 31 Janvier 1965 : Ahmed Killy, Abdallah. Par elle, j’entre en relation très précieuse avec l’ambassadeur d’alors le très regretté Abdallahi Ould Daddah, puis Ahmed Ould Daddah à la Cité universitaire à Paris, Abderrahmane, et ainsi de suite. Son mari, ingénieur, participe à cet accueil dont le ministère de la Coopération aide la logistique. Dans les années 1960, ce suivi familial importe et contribue beaucoup à la familiarité entre les deux pays désormais indépendants l’un de l’autre

[2] - présence imprévue de ce camarade de l’Ecole nationale d’administration, avec qui j’aurai beaucoup d’affinités. Il a été proche de Norodom Sihanouk puis de François Mitterrand qui lui a donné quelques mois en 1988-1989 un secrétariat d’Etat aux relations culturelles internationales

[3] - personnalité forte et d’importance dans la période fondatrice. Sa réflexion écrite sur une possible nationalisation de Miferma, remise au Président par Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi alors ministre du Développement industriel, a été déterminante. Son soutien au putsch de Juillet 1978, logistique (carburant) et politique en tant que directeur général de la S.N.I.M. – il en a été le premier – a été également décisif. Dès l’automne de 1978, il est critique envers le nouveau régime.

[4] - Ahmed Bazeid Ould Ahmed Miske, collaborateur de Moktar Ould Daddah, dès l’investiture gouvernementale de celui-ci en 1957, directeur adjoint du cabinet présidentiel à partir de 1964, et enfin ministre de la Défense, en remplacement, le 20 Février 1966, de Mohamed Ould Cheikh – par solidarité avec son frère aîné, il démissionne le 23 Août 1967

[5] - évoqué dans ses mémoires par Moktar Ould Daddah . La Mauritanie, contre vents et marées (Karthala . Octobre 2003) pp. 94-95 à l’occasion de son premier séjour à F’Derick . Décembre 1941 . Septembre 1943 – Quant au vieux Bazaïd que j’allais affectueusement appeler père Bazaïd, appellation qui devait se substituer à la précédente et lui rester, père Bazaïd, que Dieu ait son âme, était une personnalité très connue dans tout l’Adrar où il avait fait la quasi totalité de sa carrière d’interprète de plus de trente ans, entre Chinguitti et Atar ...

Natif de la région de la Tiris, il passa sa jeunesse dans sa tribu, les Ideykoub, recensée à Méderdra. Puis, il alla à Saint-Louis du Sénégal où, jeune commerçant, il fréquenta l’école des fils de Chefs qui existait encore en tant qu’école indépendante de Blanchot. D’une intelligence exceptionnelle, il a appris ainsi le français alors qu’il connaissait bien l’arabe littéraire comme l’écrasante majorité de sa tribu.

C’est ainsi qu’il devint interprète. Après un séjour à Méderdra, il fut affecté en Adrar qui venait d’être conquis par les Français quelques années auparavant. Arrivé comme interprète pendant la Première guerre mondiale en Adrar, il s’y installa définitivement après sa retraite.

Donc, le père Bazaïd connaissait très bien toutes les tribus adrariennes et leurs problèmes. Par chance pour moi, il se trouvait, en disponibilité, sans solde, à Fort-Gouraud où il faisait du commerce. Connaissant ma famille - nous étions, lui et moi, de la même région dite des Trarza - et se considérant, à juste titre, comme le père de ses jeunes collègues servant en Adrar, il m’a tout de suite adopté comme si j’étais, sinon son fils, du moins un très proche parent.

Il m’a aussi parfaitement initié à ma nouvelle fonction dont il avait la plus haute idée morale, contrairement à ce qu’ont pu en dire certains de ses adversaires. Il m’a vraiment appris l’Adrar et tous ses problèmes généraux et spécifiques : politiques, économiques et sociaux. Je peux dire qu’il m’a bien “adrarisé”.

C’est ainsi que j’ai fini par connaître les adrariens et l’Adrar infiniment mieux que les gens de ma région natale et leurs problèmes. Et c’est ainsi qu’à la fin de mes deux séjours en Adrar, j’y avais beaucoup plus d’amis qu’à Boutilimit et dans sa région. Et ce fut ainsi jusqu’en 1978. C’est ce qui explique que ma première circonscription électorale fut l’Adrar, en 1957.

Au début de mon séjour à Fort-Gouraud où la vie était très dure et chère à cause des effets conjugués de la guerre mondiale et de la sécheresse qui s’ajoutaient à ceux dûs à l’éloignement et à l’isolement du poste, le père Bazaïd avait absolument tenu à me prendre gratuitement comme pensionnaire (bien sûr je m’arrangeais pour compenser, indirectement et partiellement le prix de ma pension, mais il ne voulait pas entendre parler de paiement de ce qu’il considérait comme son devoir d’hospitalité).

Au bout de quelques mois, sa disponibilité se termina et il reprit son service à Atar, comme interprète du Commandant de cercle. Durant mon séjour d’environ six ans en Adrar, puis tout mon séjour en France comme étudiant, j’ai maintenu avec lui ces relations filiales.

[6] - en comité directeur, les 6-8 Février 1959 à Nouakchott, la Nahda opte pour l’indépendance mauritanienne et des relations seulement économiques avec le Sénégal et le Soudan – elle attaquera en diffamation toute personne qui proclamerait que la Nahda est un parti marocain – le 27, le bureau exécutif du parti gouvernemental délibère sur les contacts avec la Nahda et rejette son offre d'unité d'action de la Nahda – une rencontre d’Ahmed Baba avec le Premier ministre, à la mi-mars, ne peut aboutir et le congrès « restreint » du PRM, réuni du 17 au 20 Mars, "rejette purement et simplement les offres d'unité d'action faites par les dirigeants de la Nahda … et demande au Gouvernement de prendre toutes les mesures nécessaires pour pallier aux activités de tout mouvement subversif qu'il se dénomme Nahda ou autre" – le 4 Avril 1959, Mauritanie nouvelle publie un éditorial attaquant violemment la Nahda, une photo de la lettre du secrétaire général de la Nahda à Moktar Ould Daddah la présentant comme une demande d'aman et la circulaire du 28 Février 1959 par laquelle le PRM repousse l'unité d'action

[7] - Août 1959, Ahmed Baba Ould Ahmed Miske, secrétaire général de la Nahda, passe le mois en URSS, puis en Septembre, séjourne trois semaines au Maroc et s'entretient avec les "transfuges" et les autorités marocaines, tout en insistant sur le fait que la Maroc doit cesser sa revendication territoriale et que la libération du pays ne peut se faire que de l'intérieur

[8] - inexact : Mohamed V énonce la revendication marocaine le 25 Février 1958, à Mhamid du Draa, le jour où s’achève l’opération franco-espagnole « Ecouvillon », de « nettoyage » de la possession espagnole

[9] - 29 Février 1960. Il n’est pas le premier : le 18, Hadrami Ould Khattri est assigné à Tichitt, Yacoub Ould Boumediana et Abdoul Aziz Ba à Fort-Trinquet, à la suite du communiqué sécessionniste de l’U.N.M. partisan du Mali d’abord (fédération du Sénégal et du Soudan) . Bouyagui Ould Abidine a été reçu par Mohamed V le 24 Février – assignation transféré à Boutilimit le 23 Mai tandis que Bouyagui diffuse une circulaire aux adhérents de la Nahda : "l'analyse de la situation politique d'ensemble du parti fait apparaître des erreurs et des faiblesses"

[10] - le 23 Juillet 1960, sont rapportées les mesures d'assignation à résidence prises en Février à l'encontre de Hadrami Ould Khattri, Yacoub Ould Boumediana, Abdoul Aziz Ba et Ahmed Baba Ould Ahmed Miske – le 24 est promulguée la loi sur l’organisation des partis – tandis que la campagne de ralliement de l’UNM, dirigée par Abdoul Aziz Ba ne fait pas difficulté, l'arrivée des dirigeants de la Nahda, venus à Nouakchott, en l’absence de Moktar Ould Daddah, le 7 Septembre dans l'idée d'une 'table ronde' des partis, provoque différentes manifestations, exploitées aussitôt par la propagande marocaine – de retour à Nouakchott, le 12, le Premier ministre assigne à résidence surveillée à Tichitt les dirigeants de la Nahda : Bouyagui Ould Abidine, Ahmed Baba Ould Ahmed Miske, Bamba Ould Yezid, Mohamed Malainine Chebih, Haiba Ould Hamody

[11] - le climat d’union nationale à l’occasion de la proclamation de l’indépendance ne fait sans Ahmed Baba – la Nahda est divisée : le 1er Octobre 1960, Radio Rabat diffuse une déclaration de Ahmed Ould Abdallah, dirigeant de la Nahda, de passage à Rabat vers l’ONU :

"si en dépit de nos démarches et de celles du gouvernement marocain, le colonialisme français nous imposait une indépendance factice, nous prendrions les armes" tandis que le Comité directeur réuni les 2-4 Octobre sous la présidence de Yahya Ould Menkouss (seul membre du bureau exécutif à ne pas être assigné à résider à Tichitt) "décide à l'unanimité d'accorder plein pouvoir au bureau exécutif actuellement en résidence surveillée à Tichitt pour engager avec le Gouvernement toutes les discussions afférentes à l'indépendance, à l'unité des partis politiques et à la question marocaine"

– le 4, les responsables de la Nahda, de l'UNM et de l'USMM décident de rejeter toutes prétentions d'où quelles viennent, de construire le pays et répondre à l'appel lancé par le Premier Ministre et de faire cause commune – mais au lendemain de l’assassinat, le 8 Novembre d’Abdallah Ould Obeid, le maire d’Atar, les dirigeants de la Nahda sont de nouveau assignés à résidence, tandis que Bouyagui et Bamba Ould Yézid télégraphient leur ralliement au Premier ministre

– libérés le 12 Février 1961, les assignés de Tichitt sont reçus le 24 Février 1961 par le Premier Ministre : "l'indépendance étant chose acquise, il ne reste plus à l'ancienne opposition anticolonialiste que deux solutions : soit la réalisation de l'unité entre tous les Mauritaniens pour la défense de l'indépendance obtenue et la consolidation, soit une opposition constructive dans un cadre uniquement national"
– évoquée par l’USMM en réponse à la proposition écrite de Moktar Ould Daddah le 13 Août 1960, la première réunion de la "table ronde" des partis et tendances politiques se tient du 20 au 22 Mai 1961 à Nouakchott, la Nahda enfin intégrée : elle a pour but la "réalisation rapide de l'unité politique en Mauritanie" et moyen l’"unité d'action entre les formations en présence" : un bureau permanent du Comité d'union : Abdoul Aziz Ba, Ahmed Baba Ould Ahmed Miske et Dembele Tiecoura. C’est elle qui fait la candidature de Moktar Ould Daddah à l’élection présidentielle en Août et organise le congrès de l’Unité en Décembre

[12] - du 20 Décembre 1963 au 20 Avril 1966 – Abdallahi Ould Daddah, son successeur ne présente ses lettres de créance que le 10 Août 1966

[13] - très jeune inspecteur des Finances, Jean Deniau arrive du cabinet de Maurice Couve de Murville, ministre des Affaires étrangères du général de Gaulle, arrive à Nouakchott présente ses lettres de créance le 21 Décembre 1963 et sa mission ne prend fin que le 10 Octobre 1966 – le voyage de Moktar Ould Daddah en Guinée et les démonstrations anti-françaises auxquelles il a accessoirement assisté a tant déplu à Paris que le nouvel ambassadeur doit explorer la succession du Président

[14] - Maurice Larue, administrateur de la France d’Outre-Mer est pour Moktar Ould Daddah son collaborateur de totale confiance de 1959 à la catastrophe aérienne du 2 Octobre 1964



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 2427

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)